Moubarak en Turquie


Le président égyptien Hosni Moubarak vient d’effectuer (les 22 et 23 mars) une visite de deux jours en Turquie à l’invitation de son homologue turc Ahmet Necdet Sezer. Loin d’être un séjour de routine, la venue du Président Moubarak a revêtu une importance toute particulière dans le contexte tendu qui prévaut actuellement au Moyen Orient et au Proche Orient. Certains commentateurs estiment même que la rivalité entre les deux grands pays du Nord et du Sud de la Méditerranée orientale est en train de se muer en un véritable partenariat. Le Président égyptien était accompagné d’une délégation importante comprenant le Ministre des Affaires étrangères Ali Aboul Gheit, le Ministre du Pétrole, Amine Sameh Samir Fahmy, le Ministre du Commerce et de l’Industrie Rachid Mohammed Rachid Hussein et le Ministre du développement de l’investissement Mahmoud Safouat Mohieldine. Une série de grands dossiers stratégiques ont occupé les discussions.
En premier lieu, les Égyptiens ont voulu rassurer leurs homologues turcs sur le dossier de l’exploitation gazière et pétrolière en Méditerranée orientale. Chypre a, en effet, signé un premier accord avec l’Egypte puis avec le Liban en 2005 pour délimiter ses eaux territoriales et son plateau continental avec ces pays. Or, on sait que la Turquie, qui a un différend de longue date avec la Grèce sur ces questions en Mer Égée, s’oppose aussi aux projets chypriotes d’exploitation pétrolière et gazière dans cette région. Elle a demandé aux Libanais et aux Égyptiens de ne pas poursuivre dans cette voie, considérée comme contraire aux intérêts turcs.
En second lieu, la visite du Président Moubarak intervient au moment même où les États-Unis et Israël refusent tout contact avec le nouveau gouvernement palestinien d’union nationale qui associe le Fatah et le Hamas. Les deux pays sont en étroites relations sur la question puisqu’ils avaient soutenu, le mois dernier, l’initiative de paix lancée par l’Arabie Saoudite et 7 autres pays musulmans et qu’ils cherchent à convaincre Israël et les États Unis d’accepter de travailler avec le nouveau gouvernement palestinien.
En troisième lieu surtout, ce rapprochement entre les deux pays intervient alors même qu’ils expriment depuis un certain temps déjà des positions convergentes sur le devenir de l’Irak, notamment pour s’opposer avec force à toute idée de partition ou de démantèlement. On a pu observer lors des récentes réunions et conférences qui se sont tenues sur l’Irak que les diplomates turcs et égyptiens avaient été en contacts étroits. De surcroît, les craintes suscitées par la question nucléaire iranienne incitent les deux parties à maintenir des liens de travail réguliers.
En dernier lieu, l’important renforcement des relations économiques entre Ankara et Le Caire auquel on assiste actuellement vient fort opportunément soutenir cette convergence politique turco-égyptienne. Depuis 2006, les deux pays sont liés par un accord de libre-échange, ce qui a « boosté »leurs échanges commerciaux. Les exportations turques en Égypte ont ainsi augmenté de près de 50% au cours de l’année qui s’est écoulée.
Force est de constater qu’en dépit de l’existence d’une rivalité légendaire, il existe actuellement un contexte objectif de convergence entre ces deux pays alliés des Etats-Unis qui bénéficient à tort ou à raison d’une réputation de modération et de prudence. Toutefois en dépit de ce climat favorable, il ne faut pas oublier que les deux États ont une géopolitique différente, l’un regardant plutôt vers l’Europe et l’autre se considérant comme le cœur du monde arabe. De surcroît, leur situation politique intérieure est loin d’être parfaitement sereine actuellement. La Turquie se prépare à la double échéance électorale des présidentielles et des législatives. La zizanie entre la présidence et le gouvernement s’est d’ailleurs manifestée par certains incidents de protocole, lors des entretiens que le président égyptien a eu à Ankara. L’Égypte pour sa part connaît toujours un fort activisme islamiste et le pouvoir en place, songeant aux prochaines élections, redoute l’avènement d’une situation comparable à celle qui a vu progressivement le Hamas s’imposer en Palestine. Tout cela doit inciter à la prudence dans l’analyse que l’on peut faire de cette nouvelle idylle turco-égyptienne dont il faudra néanmoins observer de près les développements dans les prochaines semaines, notamment lors des conférences qui doivent se tenir sur l’Irak au Caire et à Ankara.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *