Le gouvernement turc condamne le massacre de Hama en Syrie

Le gouvernement turc a condamné la répression conduite par l’armée syrienne, qui vient de faire près d’une centaine de victimes civiles, dans la ville de Hama. Dimanche 31 juillet 2011, son ministère des affaires étrangères a livré le communiqué suivant :

«Aux côtés du reste de la communauté musulmane, la Turquie est déçue et attristée par ces événements, qui interviennent à la veille du mois sacré de Ramadan, au moment où l’on pouvait espérer que des efforts seraient faits pour créer une atmosphère de paix et de tranquillité.»

Ahmet Davutoğlu, le chef de la diplomatie turque, a réitéré cette condamnation, lundi 1er août, avant de partir pour la Norvège où il doit assister aux obsèques d’une jeune fille turque, qui compte parmi les victimes de la tuerie de l’île d’Utoya.

Critiquant le déploiement massif de blindés dans des zones résidentielles, il a déclaré qu’il était «impossible d’approuver la date et les méthodes de cette opération», et qu’il était «inacceptable que le mois de Ramadan commence avec des morts alors qu’on attendait du régime syrien qu’il mette rapidement en œuvre des réformes.» Le ministre a conclu en disant qu’en Turquie, «on ne pourrait pas apprécier l’esprit des fêtes de Ramadan, eu égard à ce qui se passe en Syrie.»

En dépit de l’émotion exprimée par Ahmet Davutoğlu, et après le regain de violence spectaculaire qui a marqué la conduite de la répression en Syrie au cours du week-end dernier, la Turquie se retrouve prise une nouvelle fois entre le marteau et l’enclume. Car, dans le même temps, le gouvernement turc a annoncé qu’il restait en contact avec le gouvernement syrien pour l’inciter à agir «avec bon sens et retenue». S’il est vrai que la communauté internationale, malgré les condamnations qu’elle a émises à l’encontre de Damas au cours des dernières heures, semble pour l’instant incapable de faire reculer la répression, les mises en garde turques à l’égard de Damas ne paraissent pas plus efficaces. Or, le chef de la diplomatie britannique, William Hague, qui s’est dit consterné lundi par les méthodes répressives mise en œuvre à Hama, a souhaité notamment «davantage de pression internationale», en expliquant que pour être «efficace» celle-ci ne devait pas «venir seulement des Occidentaux.» Mais, la Turquie peut-elle encore jouer un rôle en l’occurrence ?

Depuis le début de la répression en Syrie, le gouvernement turc a été contraint de revoir ses positions à l’égard du régime de Damas dont elle s’était rapprochée de façon spectaculaire au cours des 4 années qui ont précédé les printemps arabes, en établissant notamment avec lui un partenariat stratégique, soutenue par de fréquentes rencontres au plus haut niveau. Toutefois, le tour dramatique et sanglant pris par la crise syrienne, a mis Ankara et la politique de bon voisinage déployée au cours des années précédentes, dans une situation de plus en plus délicate pour ne pas dire équivoque. Pour la diplomatie turque, le massacre survenu au cours du week-end à Hama, n’est pas seulement douloureux parce qu’il rappelle la tuerie qui s’y était déroulée en 1982 et qui avait fait plusieurs dizaines de milliers de victimes, mais aussi parce qu’il fait écho aux propos qu’avait tenus Recep Tayyip Erdoğan en personne, au mois de mai dernier, lorsqu’il avait réellement commencé durcir le ton à l’égard de celui qu’il appelait encore son «bon ami» Bachar el-Assad ». «Nous ne voulons pas assister à un nouveau massacre de Hama», avait tonné alors le premier ministre turc à l’adresse du président syrien, en le prévenant qu’il lui serait difficile de maîtriser les conséquences qu’aurait une telle éventualité si elle venait à se produire. Or, elle s’est produite et l’on mesure que les injonctions dispensées par le gouvernement turc, au cours des dernières semaines, n’ont pas eu beaucoup d’effets.

Il reste que, la situation d’impuissance dans laquelle se retrouve la communauté internationale (la Chine, de la Russie et plusieurs autres membres non permanents du Conseil de Sécurité, étant hostiles à une résolution qui risquerait selon eux de légitimer une intervention militaire contre Damas), relativise malgré tout l’impuissance turque et les contradictions de la politique de bon voisinage. La Turquie demeure donc en position d’intercesseur auprès du gouvernement syrien, même s’il semble qu’elle ait définitivement perdu ses illusions. Ahmet Davutoğlu ne déclarait-il pas avant de s’envoler pour la Norvège, ce lundi :

«Les événements en cours posent la question de la sincérité du gouvernement syrien et de sa volonté de résoudre le problème posé par des moyens pacifiques.»

Il semble en effet que Damas ait définitivement fait le choix des armes.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *