Visite d’Ahmet Davutoğlu à Damas: de maigres résultats

Ahmet Davutoğlu s’est rendu, le 9 août, à Damas, pour délivrer un message ferme aux autorités syriennes, et leur demander de mettre un terme à la répression féroce qui tente de venir à bout d’une révolte qui dure maintenant depuis 5 mois. Le chef de la diplomatie turque a rencontré le chef de l’Etat syrien pendant 6 heures (dont 3 heures en tête-à-tête). Il a été en contact avant et après sa visite avec la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, ce qui lui a valu les foudres de l’opposition, en Turquie, notamment des leaders du CHP et du BDP, qui lui ont reproché de se comporter en petit télégraphiste de Washington. Recep Tayyip Erdoğan a balayé d’un revers de main ces critiques, en estimant qu’elles dénotaient une «ignorance» de la gravité de la situation.

Pourtant, 3 jours après le déplacement d’Ahmet Davutoğlu, il faut bien reconnaître que le bilan de l’initiative turque est bien mince. L’annonce du retrait des chars syriens de la ville martyr de Hama, le 10 août, a été accueillie avec un excès d’enthousiasme par Recep Tayyip Erdoğan, qui y a vu «une nouvelle très très importante», montrant que l’intervention turque «donnait des résultats positifs». Le gouvernement a dit attendre, à cet égard, plusieurs effets à moyen terme du séjour d’Ahmet Davutoğlu à Damas, en particulier : un calendrier pour la libération des prisonniers politiques et pour l’organisation d’élections libres, ainsi qu’un accès libre des journalistes aux sites en rébellion en Syrie (en particulier Hama et Deir ez-Zor).

Or, il suffit de consulter le site de l’agence officielle syrienne «Sana», pour se rendre compte que le régime baasiste est loin d’avoir reculé à Hama. On y voit certes des images de propagandes classiques : citoyens vaquant à nouveau à leurs occupations quotidiennes, tandis que des pains chauds sortent du four…. Mais on y lit surtout que les chars s’en vont parce que désormais «l’ordre» règne dans cette ville. Le 11 août, les troupes syriennes se sont d’ailleurs chargées d’enlever leurs dernières illusions aux officiels turcs, en attaquant la ville de Saraqeb, à 50 km de la frontière turque ; un assaut qui s’est doublé de celui al-Qusayr, une autre ville syrienne occidentale, se situant dans le gouvernorat de Homs. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, ces opérations auraient fait plusieurs morts, et conduit à une centaine d’arrestations.

Interrogé sur ces nouveaux développements ainsi que sur la rumeur d’un retour des chars à Hama dans la soirée de mercredi, Ahmet Davutoğlu s’est montré très discret, en disant ne pas s’attendre à ce que sa visite ait des effets immédiats et en expliquant qu’on avait du mal à savoir ce qui se passait réellement en Syrie, parce que les journalistes ne pouvaient s’y rendre. Il a saisi cette occasion pour répéter qu’il avait demandé à Damas, un libre accès du territoire syrien aux médias internationaux ; une remarque qui dans le contexte actuel, paraît quelque peu surréaliste.

En réalité, les autorités turques se préparent, semble-t-il, déjà au pire, qui pourrait être, à courte échéance, un nouvel afflux de réfugiés syriens sur leur territoire, si la répression continue comme ces derniers jours. L’état-major a d’ailleurs rappelé tous les officiers qui sont partis à la retraite, au cours des 5 dernières années, car cette crise humanitaire risque de ne plus seulement concerner la province du Hatay, mais aussi des zones plus orientales proches des villes de Mardin ou de Kilis.

Alors que le représentant syrien à l’ONU, Bachar al-Jaafari, a de nouveau demandé à la communauté internationale de se tenir hors des événements qui agitent actuellement la Syrie, le président américain, Barack Obama, a téléphoné, le 11 août, à Recep Tayyip Erdoğan pour évoquer avec lui l’urgence de la situation en Syrie. Les deux hommes en ont profité  «pour réaffirmer tant leur préoccupation quant à l’usage de la violence contre des civils que le droit du peuple syrien à une transition vers la démocratie.» Pour sa part, la presse turque évoque les risques d’une crise humanitaire grave, en faisant des parallèles avec la situation de la Guerre du Golfe de 1991, au cours de laquelle la Turquie avait accueilli 3000 Kurdes irakiens, fuyant la répression du régime de Saddam Hussein. Elle rejette aussi une éventuelle intervention de l’OTAN, tout en semblant la redouter. En tout état de cause, dans le contexte actuel, le gouvernement turc semble être assez démuni, et condamné à la patience. Décidément, Ahmet Davutoğlu risque de devoir encore attendre un certain temps pour que les voisins de la Turquie, et en particulier la Syrie, posent enfin… «zéro problème».

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *