Le retour des Turcs de l’étranger ?

La signature en 1961 du traité d’enrôlement des salariés turcs sur le marché du travail allemand a marqué le début de la plus grande migration de travail en Europe. Alors que l’Europe se conçoit aujourd’hui comme une citadelle assiégée, depuis 2006 de nombreux germano-turcs de la troisième génération retournent s’établir en Turquie, dessinant des flux migratoires nouveaux.

50 ans plus tard, une grande partie des travailleurs immigrés originaires de Turquie est restée en Allemagne et s’auto-définit comme allemande. Ils ne se considèrent plus comme une composante acceptée de la société allemande, mais comme des Allemands à part entière. Ces migrants de la troisième génération ont acquis un niveau d’éducation beaucoup plus élevé que leurs ascendants. En outre, ces germano-turcs parlent l’allemand nettement mieux que leur langue maternelle. Des études montrent que leurs contacts (voisinage, amitié, famille…) avec les Allemands ont nettement augmenté. Leur intégration est perceptible dans l’éducation, la mentalité et la culture.

Derrière ce constat se cachent cependant des réalités plus contrastées : en effet, les originaires de Turquie continuent à nourrir un sentiment d’exclusion et se plaignent de droits inégaux, notamment lors de la recherche d’emploi. D’après le Centre pour les Études sur la Turquie d’Essen (Zentrum für Türkeistudien), il est prouvé empiriquement que les entreprises allemandes préfèrent les diplômés allemands : l’institut a envoyé des canditatures identiques d’Allemands et de Turcs à diverses entreprises, or les personnes portant un nom allemand furent dix fois plus nombreuses que celles portant un nom turc à être invitées à un entretien.

Jeunes diplômés - Source Deutsche Presse Agentur

C’est la raison pour laquelle la troisième génération de migrants de Turquie en Allemagne ressent une certaine déception, à l’origine d’une nouvelle tendance. Alors que, pendant des décennies, le pays d’origine était un centre de villégiature où un futur était impensable, deux tiers des germano-turcs pensent à retourner aux pays selon une étude récente – et ce phénomène gagne en importance. La discrimination sur le marché du travail allemand, la croissance économique en Turquie et l’amélioration des possibilités d’emploi qu’elle entraîne, l’amélioration des relations turco-allemandes, et les presque 2000 entreprises allemandes établies en Turquie leur ouvrent des perspectives. En outre, ils espèrent trouver une meilleure qualité de vie en Turquie.

Les hommes politiques allemands ont pris connaissance de ce mouvement et débattent les causes et les conséquences d’une remigration. D’un côté, ils se demandent si la politique d’intégration a échoué, de l’autre ils pèsent les répercussions d’un départ d’Allemagne de citoyens avec un bon niveau de formation, c’est-à-dire de la main-d’œuvre qualifiée. Les universités organisent des tables rondes pour que les jeunes germano-turcs et Allemands puissent comparer leurs opportunités sur le marché du travail allemand. Entre-temps, les germano-turcs qui pensent à rentrer aux pays justifient leur position et affirment leurs prétentions dans les médias. Ils y expriment leurs attentes et leurs espoirs vis-à-vis de la Turquie : elle est appelée à leur fournir une assistance, et à coopérer aves les universités étrangères pour faciliter la recherche d’emploi en Turquie. On attend des universités turques qu’elles assurent une pleine reconnaissance des équivalences, qui n’est pas toujours évidente malgré l’existence de programmes d’échange universitaires.

Les étudiants turcs de Turquie se sentent menacés par ce nouveau mouvement qui se manifeste presque exclusivement en direction des métropoles comme Istanbul, Izmir et Ankara. En raison des examens nationaux très sélectifs comme le LYS (Lisans Yerleştirme Sınavı / Examen de classement en licence), YGS (Yükseköğretime Geçiş Sınavı / Examen d’enseignement supérieur), ALES (Akademik Personel ve Lisansüstü Eğitim Giriş Sınavı / Examen d’entrée pour le personnel académique et la formation de second cycle), KPSS (Kamu Personeli Seçme Sınavı / Examen de sélection des fonctionnaires), les étudiants de Turquie subissent une forte pression psychologique et nourrissent des craintes pour l’avenir. La comparaison avec des Turcs ayant grandi et étudié à l’étranger et qui parlent couramment deux ou trois langues étrangères entraîne une certaine peur, voire une aversion envers les « Turcs de l’étranger » qui pensent à rentrer aux pays.

Cette nouvelle tendance à la remigration a commencé doucement ; aujourd’hui, elle a acquis un caractère fort et solide. Il reste à voir comment ce phénomène se développera et quelles mesures sont prises par les États allemand et turc pour accélérer ou enrayer le mouvement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *