La querelle Erdoğan-Doğan s’intensifie alors que la justice allemande rend son verdict dans l’affaire «Deniz Feneri»


Mais pourquoi donc Recep Tayyip Erdoğan s’en prend-il aussi violemment au groupe Doğan ? C’est la question que se posent nombre de journalistes, en premier lieu ceux du groupe en question. On conçoit certes que l’affaire «Deniz Feneri» (« Le Phare ») puisse le contrarier, mais la révélation de celle-ci n’est pas vraiment nouvelle et n’expliquerait pas, à elle seule, la charge subite du premier ministre qui, commencé il y a une dizaine de jours, a repris de plus belle, lors d’un meeting de l’AKP, le 13 septembre dernier, à Istanbul. De nouveau, Recep Tayyip Erdoğan s’en est pris directement à Aydin Doğan, en dénonçant, cette fois, ses deux casquettes d’homme de presse et d’homme d’affaire, et le mélange des genres qu’elle permet. Cela pour conclure «que l’époque où ce groupe faisait et défaisait les gouvernements était révolue».

Les commentaires vont bon train sur les raisons de cette nouvelle offensive du parti majoritaire. Pour Halal Celal Güzel (qui écrit régulièrement dans Radikal, le quotidien libéral du groupe Doğan), ce surprenant conflit viendrait surtout du fait que les journaux du groupe Doğan sont aux mains d’une génération d’ex-gauchistes soixante-huitards, qui prennent en permanence des positions positivistes et laïcistes, à l’encontre de la politique gouvernementale. Pour Ertuğrul Özkök, l’éditorialiste d’Hürriyet (groupe Doğan), directement mis en cause par un récent discours du premier ministre, dénonçant ceux qui veulent à tout prix le voir participer à des réunions où des boissons alcoolisées sont servies, le premier ministre agirait désormais comme un autocrate qui ne supporte plus la critique et qui se choisit des cibles. Pour nombre de journalistes, en effet, les attaques à répétition du premier ministre contre le groupe Doğan viseraient à provoquer une baisse des actions de celui-ci pour l’affaiblir économiquement et l’obliger à céder. D’autres commentateurs comme Yusuf Kanlı (Turkish Daily News) évoquent des raisons plus spécifiques. L’épouse du premier ministre aurait très mal accueilli une photo publiée en première page du quotidien «Hürriyet», le 6 août dernier, montrant l’ombre de ses jambes à travers sa robe blanche par transparence, alors même qu’elle attendait avec son mari à l’aéroport de Bodrum, pendant les vacances, le couple présidentiel syrien. Cet incident ne saurait à lui seul justifier la colère du premier ministre. Mais l’on peut penser, comme Yusuf Kanlı, qu’il est venu s’ajouter à l’agacement provoqué par l’évocation à répétition, par les organes du groupe Doğan, d’affaires de corruptions et de scandales divers, alors même que les élections municipales se rapprochent.

De surcroît, même si beaucoup d’observateurs ont insisté sur l’ancienneté de la révélation de l’affaire «Deniz Feneri», on conçoit que sa dimension internationale, l’ampleur des malversations qu’elle révèle et surtout leur type (détournement de fonds caritatifs religieux au profit d’un mouvement politique issu de la mouvance islamiste) ait inquiété au plus au point le premier ministre et l’ait amené à prendre les devants pour détourner l’onde de choc. Le 17 septembre 2008, la justice allemande a, en effet, lourdement condamné le directeur de «Deniz Feneri» et son prédécesseur, en estimant que les cerveaux de l’affaire se trouvaient en Turquie. La procureure, Kerstin Lötz, a pointé du doigt le responsable de la chaine religieuse «Kanal7» ainsi que l’actuel directeur de la Haute Autorité de la Radio et de la Télévision (RTÜK). Quant au juge Jürgen Müller, il a estimé qu’il s’agissait de la plus importante affaire du genre, en qualifiant les activités de «Deniz Feneri» de «crime contre la démocratie mais aussi contre la liberté de conscience.»

La gravité du verdict peut expliquer la fébrilité du leader de l’AKP et ce d’autant plus que loin d’être terminée, cette affaire pourrait avoir désormais des développements turcs… Les quotidiens à grand tirage indiquaient, le 18 septembre 2008, que désormais la balle était dans le camp de la justice turque et se demandait si celle-ci oserait engager des poursuites contre les cerveaux de ce qu’on doit appeler désormais le système «Deniz Feneri». Ces prolongements pourraient en outre ne pas concerner seulement le fonctionnement de l’association à proprement parler, mais aussi les pressions que le gouvernement turc aurait tenté d’exercer sur le gouvernement allemand pour étouffer le scandale. La presse s’interroge avec insistance, depuis un certain temps déjà, sur l’incarcération expéditive d’un adolescent allemand dans le cadre d’une affaire pénale, bien que les autorités diplomatiques allemandes aient démenti à nouveau, ces derniers jours, tout lien entre les deux affaires.

Quoiqu’il en soit, le conflit Erdoğan-Doğan doit certainement être replacé dans un contexte politique plus large ; ce que fait Cengiz Çandar (Turkish Daily News) qui, depuis le début, analyse le « Blitzkrieg » du premier ministre contre le premier groupe de presse turc, comme le signe du lancement de la campagne pour les élections municipales, qui doivent se tenir en mars 2009. À cet égard, on doit d’abord se souvenir qu’en Turquie, la lutte pour le pouvoir n’oppose plus des partis politiques, mais qu’elle consiste avant tout en une confrontation entre une force politique très largement majoritaire (l’AKP) et les institutions qu’elle ne contrôle pas encore. Jusqu’à présent ces institutions ont été des instances publiques traditionnelles tenues par l’establishment : armée, justice, YÖK. Force est de constater que l’AKP a pris la mesure de ces instances auxquelles il a infligé des coups sévères, au cours des deux dernières années. Dès lors, les derniers adversaires de l’AKP sont la grande presse et les grands consortiums économiques, comme le groupe Doğan. Si ces derniers n’ont pas été directement au cœur des affrontements politiques des derniers temps, ils ont généralement apporté leur appui à la plupart des initiatives qui ont tenté d’enrayer la poussée politique de l’AKP. Les interventions directes du groupe Doğan dans la vie politique ne sont pas nouvelles et celui-ci a même accumulé, au cours des deux dernières décennies, un certain savoir-faire en la matière. On se souvient de ses campagnes, en 1994, contre le gouvernement de Tanşu Çiller et surtout, en 1997, contre le premier ministre islamiste Necmettin Erbakan, dans le cadre de ce qu’on a appelé, par la suite, le «coup d’Etat post-moderne». Dès lors que les instances traditionnelles de l’establishment sont en retrait, le parti de Recep Tayyip Erdogan sait que, dans le prochain combat que seront, pour lui, les municipales, plus que des partis d’opposition en pleine débandade, ou que les instances affaiblies contrôlées par l’establishment, son adversaire le plus coriace risque d’être la presse. Dans un scrutin local où le fait divers, l’anecdote et les dénonciations de scandales font souvent mouche, la presse peut avoir, en l’occurrence, une forte capacité de «nuisance». Le premier ministre aurait ainsi choisi de mener une sorte guerre préventive contre les médias, pour parer à la révélation d’autres scandales. Cela lui permettrait dans le même temps d’atténuer les coups qui lui sont portés et de dénoncer un chantage médiatique, dont l’un de ses adjoints a brossé, il y a quelques jours, un tableau dantesque…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *