Après le rapport de l’ONU sur la flottille, la Turquie réduit à l’extrême ses relations avec Israël

La commission d’enquête des Nations-Unies a rendu, le 2 septembre 2011, son rapport sur l’arraisonnement meurtrier du Mavi Marmara, le navire amiral de la flottille Free Palestine. Le 31 mai 2010, un commando israélien avait pris d’assaut dans les eaux internationales ce bateau, affrété par l’organisation humanitaire islamique turque IHH pour forcer le blocus de Gaza (cf. notre édition du 31 mai 2010). Se heurtant à la résistance d’une partie des passagers du Mavi Marmara, le commando avait fait usage de ses armes pour se rendre maître du navire, tuant neuf personnes de nationalité turque (l’une d’entre elle ayant aussi la nationalité américaine). Ce drame avait provoqué une immense émotion en Turquie en détériorant des relations turco-israéliennes déjà au plus mal, depuis l’opération « Plomb durci »,  le « One minute » de Davos (cf. notre édition du 2 février 2009) et l’humiliation de l’ambassadeur de Turquie par le vice-ministre israélien des affaires étrangères, Danny Ayalon en janvier 2010 (cf. notre édition du 14 janvier 2010).

Par la suite, alors qu’Israël et la Turquie mettaient en place leurs propres commissions d’enquête, on voyait deux commissions d’enquête se créer au sein de l’ONU, l’une à l’initiative du Conseil des droits de l’Homme, l’autre à l’initiative du Secrétariat général. Dès le mois de septembre, comme on pouvait s’y attendre, le rapport d’enquête du Conseil des droits de l’Homme condamnait l’opération israélienne en des termes très durs. Mais ce sont surtout les résultats de la seconde commission d’enquête (plus officielle) de l’ONU (présidé par l’ancien premier ministre néo-zélandais, Sir Geoffrey Palmer, assisté du président colombien sortant Alvaro Uribe) qui étaient attendus, et qui après plusieurs reports successifs n’ont été rendus publics que le 2 septembre dernier.

Au cours des derniers mois, en marge des travaux de la Commission Palmer, Turcs et Israéliens se sont rencontrés plusieurs fois pour essayer de «recoller les morceaux» (cf. notre édition du 1 juillet 2010). À l’issue de l’arraisonnement du Mavi Marmara, la Turquie avait fait savoir qu’elle ne rétablirait une relation diplomatique normale avec Israël que si l’Etat hébreu présentait des excuses officielles, acceptait d’indemniser les victimes et levait le blocus de Gaza. Face à ces prétentions, la classe politique israélienne a exprimé des points de vue divergents. Tandis que la droite nationaliste du ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, rejetait les demandes turques sans appel, Kadima (le parti créé par Ariel Sharon) et les travaillistes exhortaient le gouvernement à tout faire pour trouver une solution négociée. Récemment, le président de la commission de défense et des affaires étrangères de la Knesset, Shaoul Moataz (Kadima), regrettant que Benyamin Netanyahou n’ait pas compris l’importance acquise par la Turquie, lui avait recommandé de «rencontrer Erdoğan en tête-à-tête en Europe», et s’était dit certain qu’un arrangement pourrait être trouvé. On sait que le premier ministre israélien aurait finalement accepté de présenter des regrets et de verser des fonds aux victimes à titre humanitaire. Mais plusieurs reports du rendu du rapport d’enquête de l’ONU n’ont finalement pas eu raison de la détermination turque à demander des excuses et du refus israélien de les présenter. Ahmet Davutoğlu a notamment expliqué que quatre rencontres avaient eu lieu entre des délégations turque et israélienne, au cours des derniers mois, mais qu’en dépit de résultats significatifs, elles n’avaient pas permis d’aboutir à un accord. Il a mis cet échec sur le compte des dissensions existant au sein du gouvernement israélien.

Vendredi matin, au moment même où ce rapport (dont la rumeur avait révélé les principaux axes) était rendu, la Turquie par la voix d’Ahmet Davutoğlu, a annoncé qu’elle réduisait ses relations diplomatiques avec Israël à leur plus simple expression, c’est-à-dire à une représentation au niveau de second secrétaire. Cette décision s’accompagne d’une suspension des accords militaires (particulièrement importants) entre les deux pays et d’une mise en garde faisant connaître la détermination de la Turquie, en tant que pays disposant «de la façade maritime la plus longue en Méditerranée orientale», d’assurer la liberté de navigation sur cette mer. Cette remarque semble faire allusion au fait que la flottille arraisonnée, en 2010, par les Israéliens l’a été dans les eaux internationales. Critiquant vertement le rapport qu’il a jugé «nul et non avenu», le président Abdullah Gül a surenchéri en estimant que les mesures de rétorsion prises par la Turquie ne constituaient qu’un premier pas et que son pays se réservait le droit d’engager une procédure devant la Cour Internationale de Justice pour contester notamment la reconnaissance de la légalité du blocus de Gaza par la commission Palmer (ce qui a été confirmé le 3 septembre 2011)

Le 3 septembre 2011, le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-Moon, insistant sur l’importance stratégique des deux pays dans un Moyen-Orient en pleine effervescence, a réagi en incitant les deux pays à rétablir leurs relations à un niveau normal. Mais il faut bien reconnaître qu’en voulant satisfaire les deux parties, le rapport de l’ONU, a surtout mécontenté tout le monde. En effet, pour l’essentiel, le texte de la Commission Palmer reconnaît la légalité du blocus de Gaza, ce qui a provoqué l’ire d’Ankara, avant de juger que  les commandos israéliens ont fait un usage «de la force excessif et déraisonnable», ce qui inquiète Tel-Aviv. Influencé semble-t-il par la tenue des négociations parallèles entre les deux protagonistes, ce document est plus préoccupé par des impératifs diplomatiques, en oubliant que l’objet principal d’un rapport d’enquête est d’abord d’éclaircir les faits qui sont à la base d’un différend international. En réalité, indépendamment même de la légalité du blocus, deux questions majeures, sur lesquelles le rapport ne se prononce pas clairement, étaient en l’occurrence essentielles. La première était de savoir si l’arraisonnement dans les eaux internationales d’un navire, qui avait l’intention de forcer le blocus, était légal. La seconde était de comprendre pourquoi et comment l’arraisonnement du navire avait pu aboutir à la mort de neuf personnes. Or la démarche du rapport, consistant à examiner en premier lieu les conclusions des commissions d’enquête turque et israélienne, est contestable dans la mesure où elle essaye moins d’établir les faits que de trouver un compromis entre l’interprétation que l’on peut faire de ces faits.

En tout état de cause, eu égard aux évolutions politiques turques et israéliennes des dernières années, ce compromis était difficile à atteindre. La détérioration des relations turco-israéliennes correspond à la montée en puissance de la politique turque de voisinage, qui a fortement amélioré l’image de la Turquie dans le monde arabo-musulman. Les prises de position des dirigeants turcs (condamnation du blocus de Gaza) et les initiatives venant de la société civile turques (participation aux caravanes ou flottilles pour Gaza) ont largement assuré la popularité de ce pays au Proche-Orient, alors même qu’il y était regardé avec suspicion pendant longtemps, en raison notamment des relations qu’il entretenait avec l’Etat hébreu. Ainsi, après l’arraisonnement du Mavi Marmara et la mort de neuf de ses passagers turcs, la Turquie était plus encore en position de tenir le rôle qu’elle s’est construit au cours des dernières années : celui du pays qui ose parler haut et fort à Israël. Elle n’avait donc aucune raison de faire des concessions à un gouvernement israélien, qui de surcroît, en raison de ses positions radicales sur de nombreux sujets, a des relations difficiles avec les Etats-Unis.

Quant au gouvernement israélien, il était peu probable qu’il présente des excuses l’amenant à reconnaître implicitement sa responsabilité dans cette affaire. Car, au-delà même de son implication diplomatique, le drame du Mavi Marmara a en fait une dimension de politique intérieure non négligeable. Comme l’ont montré les médias israéliens eux-mêmes, l’arraisonnement meurtrier du navire turc a été le résultat d’une opération manifestement mal préparée dont les insuffisances ont souvent été pointées du doigt et sont relevés d’ailleurs par le rapport de la Commission Palmer : absence de mise en garde ultime du navire, attaque préventive hors de la zone du blocus, hélitreuillage individuel des commandos sur le navire, affolement et réaction disproportionnée de ces derniers (5 des victimes turques ont été atteintes par des balles nombreuses, tirées à bout-portant, parfois dans le dos). Jamais une telle opération conduite par des militaires surarmés et surentrainés n’aurait dû se traduire par un tel nombre de victimes, en dépit de la présence d’un groupe de passagers qui avaient certes décidé de se défendre, mais qui ne possédaient pas d’armes à feu. Pris entre sa mise en cause nationale et sa responsabilité internationale, le gouvernement Netanyahou a donc eu beaucoup de mal à gérer ce dossier. En tout état de cause, présenter des excuses lui aurait valu probablement l’hostilité des députés du parti d’Avigdor Lieberman, un risque qu’il a préféré ne pas prendre pour assurer sa survie.

Il reste que le gouvernement de l’AKP n’est pas allé jusqu’à une rupture des relations diplomatiques avec l’Etat hébreu, une ultime réserve qui montre qu’il entend aussi ménager sa relation avec ses alliés occidentaux, et au Moyen-Orient demeurer le pays qui peut parler à tout le monde… même à Israël.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 janvier 2012

    […] sanctions et diatribes contre Israël (cf. notre édition du 3 septembre 2011 « Après le rapport de l’ONU sur la flottille, la Turquie réduit à l’extrême ses relations avec…« ). Mais le leader turc a par ailleurs surpris par sa modération, prêchant même au […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *