Après son récent train de sanctions contre Israël, Recep Tayyip Erdoğan se lance dans une tournée des printemps arabes

La Turquie n’en fini pas de sanctionner Israël. Après l’annonce, la semaine dernière, d’une réduction de ses relations diplomatiques avec Tel-Aviv au niveau de deuxième secrétaire, et d’une suspension de ses accords militaires avec l’Etat hébreu, Recep Tayyip Erdoğan multiplie les déclarations fracassantes. Il a annoncé, le 7 septembre 2011, que la marine turque assurerait la liberté de circulation en Méditerranée orientale et qu’elle y protègerait, le cas échéant, les convois humanitaires. La veille, saisissant l’occasion de la visite à Ankara de son homologue espagnol, José Luis Zapatero, avec lequel il anime le programme onusien d’Alliance des civilisations, le premier ministre turc avait déjà estimé qu’Israël était un «enfant gâté», qui avait abusé de la mansuétude internationale, tout en évoquant la possibilité d’autres sanctions, d’ordre commercial notamment. Il a enfoncé le clou également, en condamnant vertement les tracasseries subies récemment par ses concitoyens au passage de la frontière israélienne, et en estimant que Tel-Aviv n’avait pas été un partenaire loyal dans la mise en œuvre des accords militaires conclus avec son pays, tandis que son ministre des transports, Binali Yıldırım, le 9 septembre, n’hésitait pas à affirmer qu’en arraisonnant le « Mavi Marmara », l’an dernier, les Israéliens avaient eu un comportement proche de celui  des pirates somaliens.


L’opposition turque, pour sa part, y va aussi de ses commentaires. Le 7 septembre, le leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, a estimé que le rapport de l’ONU constituait un désaveu de la politique suivie par la Turquie. Selon lui, le fait que ce document reconnaisse la légalité du blocus de Gaza est un démenti cinglant apporté aux prétentions turques de voir l’isolement du territoire palestinien internationalement condamné. Cette opinion a provoqué une passe d’armes entre majorité et opposition en Turquie. Ahmet Davutoğlu est monté au créneau, conseillant au leader kémaliste de s’inspirer de la solidarité manifestée par l’opposition israélienne à l’égard de son propre gouvernement. En réalité, en réagissant de la sorte au rapport Palmer, la diplomatie turque s’est engagée dans une stratégie maximaliste, pour dépasser la simple question de l’arraisonnement du Mavi Marmara et porter son différend avec Israël au niveau du principe même de la légalité du blocus de Gaza. On a d’ailleurs le sentiment que l’affaire ne fait que commencer, puisque la Turquie envisage d’agir maintenant au niveau de la Cour Internationale de Justice et de l’Assemblée générale de l’ONU.

Car tout porte à croire qu’Ankara entend saisir l’occasion pour donner un peu plus de visibilité à sa politique étrangère de pays émergent, non seulement au Moyen-Orient (où elle en a déjà beaucoup), mais aussi désormais sur la scène mondiale. La pluie de critiques turques contre l’Etat hébreu, que nous évoquions précédemment, intervient au moment même où Recep Tayyip Erdoğan s’apprête à se rendre en Égypte avec l’espoir de pouvoir, de là, entrer à Gaza où il serait probablement accueilli de façon triomphale. Les Égyptiens ne semblent pas enclins néanmoins à donner leur aval à un tel projet, non seulement, comme on le dit beaucoup, parce que sa réalisation rendrait un peu plus difficiles leurs relations avec Israël, mais aussi, comme on l’entend moins, parce qu’au moment où ils s’emploient à reconstruire leur politique étrangère, ils ne souhaitent pas offrir sur un plateau à leur nouvel «allié» turc une occasion facile de briller, et par contrecoup de leur faire de l’ombre. Et ce d’autant plus que les prochains déplacements du leader de l’AKP ne s’arrêtent pas à l’Égypte, mais doivent le conduire dans la foulée en Tunisie et en Libye, pour lui permettre  d’accomplir une véritable tournée des printemps arabes.

En fait, alors qu’elle entend faire du rapport Palmer une preuve supplémentaire de la trop grande bienveillance de la communauté internationale à l’égard d’Israël, la Turquie entend se poser comme la première puissance qui fait front à Israël pour défendre ses droits, et plus généralement ceux des musulmans opprimés. Cette posture doit permettre à Ankara de renforcer son aura dans le monde arabo-musulman, afin de faire oublier les faux pas commis par sa politique de bon voisinage, à l’occasion des épisodes libyen et syrien. En suivant une telle stratégie, les Turcs souhaitent aussi tenir en respect l’Iran, gêné par les révolutions arabes, mais qui apporte un soutien appuyé à la Syrie. La répression conduite par Bachar el-Assad n’a cessé de mettre dans l’embarras le gouvernement de l’AKP qui craint de surcroît que ce régime aux abois ne soit tenté d’instrumentaliser la question kurde pour lui rendre la monnaie de sa pièce.

Face à l’Iran, la Turquie joue actuellement sur deux tableaux. Elle entend être, d’une part, un exemple de succès économique et de démocratisation politique qui défie Israël et peut constituer un modèle pour des révolutions arabes en mal de repères, tout en restant, d’autre part, un avant-poste de l’OTAN qui accepte de participer au bouclier antimissiles américain. Cette politique étrangère ambivalente est caractéristique de la diplomatie d’une puissance émergente, qui entend tirer parti des multiples opportunités que lui offrent, tant son vécu stratégique antérieur, que son positionnement contemporain dans ce que Bertrand Badie appelle un «monde apolaire». Il y a là une attitude qui irrite profondément l’Iran. Ce dernier n’a pas manqué de réagir négativement à l’annonce récente de la participation turque au bouclier antimissile, en se demandant pourquoi la Turquie, «pays voisin et ami» avait besoin de la puissance américaine pour assurer sa défense. Depuis le début des soulèvements arabes, Téhéran a plusieurs fois laissé entendre qu’Ankara jouait une sorte de double jeu, et son allié syrien ne se gêne plus désormais pour dénoncer le néo-ottomanisme d’une diplomatie turque qui se serait mis au service d’un «complot impérialiste occidental.» Cette défiance n’a certes pas gagné le monde arabe en révolte, mais sans atteindre les outrances verbales syriennes, il n’est pas impossible que des soupçons, quant aux visées hégémoniques turques, ne commencent à y poindre.

Il est donc actuellement important pour Ankara de s’attirer le plus possible la sympathie de ses voisins. Les déplacements du premier ministre turc, la semaine prochaine, dans les pays phares des printemps arabes seront, à cet égard, un test pour mesurer la popularité et le rayonnement de la Turquie dans la région.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *