Les enjeux de la tournée des printemps arabes de Recep Tayyip Erdoğan

L’escalade verbale entre la Turquie et Israël s’est poursuivie au cours du week-end alors même que Recep Tayyip Erdoğan doit arriver en Egypte le 12 septembre. Après les remous provoqués par son annonce, la semaine dernière, d’un renforcement de la présence maritime turque en Méditerranée orientale, le premier ministre turc a expliqué, le 11 septembre, sur la chaine Al Jazeera qu’en réalité l’arraisonnement meurtrier du Mavi Marmara par des commandos israéliens était un «casus belli», mais que son gouvernement avait choisi de «réagir conformément à la grandeur» de son pays et de «montrer de la patience.» Cette nouvelle déclaration fracassante est intervenue au lendemain de la manifestation, qui a tenté de prendre d’assaut l’ambassade d’Israël au Caire, c’est-à-dire au moment où les relations égypto-israéliennes sont tout aussi tendues que les relations turco-israéliennes.

Cette situation complexe amène à s’interroger non seulement sur les conséquences de la détérioration sans précédent des rapports entre Ankara et Tel-Aviv, mais aussi sur les enjeux de la tournée des pays du printemps arabe (Égypte, Tunisie, Libye) qu’entreprend cette semaine le chef du gouvernement turc.

Le premier enjeu de cette tournée concerne directement le positionnement international (plus que simplement régional) de la Turquie. Les sanctions appuyées, décidées par Ankara contre l’Etat hébreu, suivies du feu nourri des condamnations et des critiques qui ont marqué ces deniers jours, entendent montrer l’isolement extrême qui est celui du gouvernement Netanyahou. Cet isolement est certes déjà une réalité, mais, au moment où les Palestiniens s’apprêtent à demander à l’Assemblée générale de l’ONU la reconnaissance d’un Etat, et espèrent pouvoir convaincre 150 pays d’apporter leur soutien à ce projet, le leader turc souhaite se positionner sur la scène internationale en chef de fil des défenseurs du droit des Palestiniens et des musulmans « opprimés » mais aussi plus généralement en porte-parole des pays en développement et des pays émergents contestant un ordre international qui serait sous le contrôle d’une oligarchie des puissances de la planète. Cette posture néo-tiers-mondiste, qui n’est pas sans rappeler celle de Gamal Abdel Nasser en son temps, se serait sans doute satisfaite en outre d’un détour par Gaza à partir de l’Egypte. Mais, bien que le Hamas ait confirmé pendant le week-end qu’il se préparait toujours à accueillir le premier ministre turc, cet épisode n’aura finalement pas lieu. Toutefois, le gouvernement turc table sur les effets de son offensive des derniers jours contre Israël pour donner à la visite de son leader dans les pays des printemps arabes une dimension stratégique, au point que certains chroniqueurs de la presse turque comparent déjà le discours que doit prononcer Recep Tayyip Erdoğan, sous la Coupole de l’Université du Caire, à celui qu’y avait tenu Barack Obama, en 2009.

Il faudra pourtant plus qu’un positionnement hostile à Israël pour permettre à la Turquie de conforter sa stature internationale émergente, car le second enjeu de la tournée arabe de Recep Tayyip Erdoğan n’est-il pas de conforter la sympathie que les performances politiques, économiques ou diplomatiques de son pays a suscitée au Moyen-Orient et dans le Sud de la Méditerranée, au cours des dernières années ? Le défi n’est pas aussi facile à relever qu’on le croit. Certes, le «modèle turc» intéresse des pays arabes en pleine mutation. Certes, les succès de l’économie turque, confortés par l’annonce récente d’une croissance du 8,8% du PIB au second trimestre 2011, peuvent servir de levier puissant à une reprise de la coopération turco-arabe interrompue par les récents soulèvements. Mais les failles syrienne et libyenne de la politique turque de bon voisinage ont tempéré l’enthousiasme de certains observateurs à l’égard de la montée en puissance de la Turquie. Les déplacements emblématiques de Recep Tayyip Erdoğan arrivent à point nommé pour évaluer l’aura de la référence turque dans des pays à la recherche de leur avenir politique.

Le dernier enjeu des voyages qu’entreprend aujourd’hui le leader de l’AKP concerne enfin le réalisme même de sa politique étrangère. Au moment où ses échanges avec l’Etat hébreu atteignent un niveau de tension extrême, Ankara ménage sa relation avec Washington. Après la crise libyenne, qui a confirmé l’attachement des Turcs à leur présence dans l’OTAN, l’acceptation définitive du bouclier antimissile américain s’est poursuivie par une demande turque de pouvoir bénéficier de l’assistance des drones américains Predators (en remplacement des Herons israéliens) pour combattre la rébellion kurde du PKK. Il n’est pas sûr que cette assistance soit finalement accordée par l’administration américaine, mais la requête présentée par la Turquie, à cet égard, montre à quel point cette dernière dissocie actuellement son rapport à Israël de sa relation avec les Etats-Unis. Tout se passe ainsi comme si les Turcs essayaient de montrer aux Américains tout l’intérêt qu’ils ont à préférer un allié puissant et respecté dans un Moyen-Orient en pleine  recomposition politique, à un Etat qui s’enferrent dans son isolement et que le président turc Abdullah Gül a qualifié récemment, de façon significative, de « fardeau pour ses alliés ».

Toutefois, en confortant sa relation avec les Etats-Unis au moment où son ton monte à l’égard d’Israël, la Turquie prend aussi le risque du grand écart, et sa diplomatie multidimensionnelle qui souhaite démontrer sa «profondeur stratégique» en se piquant de parler désormais à tout le monde et en conciliant des intérêts stratégiques parfois contradictoires, risque de se retrouver à terme en face de l’adage ancien qui veut que celui qui trop embrasse mal étreint… Il est frappant de voir à quel point certains officiels israéliens ont fait le dos rond face à la pluie des critiques venant de Turquie, comme s’ils voulaient se persuader que les vieux réflexes occidentaux de la diplomatie turque finiraient par prévaloir. L’Iran, qui a mal réagi à la décision d’Ankara de participer activement au bouclier antimissiles américain, s’est énervé à plusieurs reprises des multiples fers au feu de la politique étrangère turque. A cet égard, il sera intéressant de voir comment les pays du printemps arabes, qui sont parvenus à renverser leurs dictatures et à ouvrir une nouvelle page de leur histoire, conçoivent leurs relations avec un grand voisin turc particulièrement entreprenant et si les engagements qu’ils prennent à son égard vont au-delà des traditionnels accords de coopération auxquels on peut s’attendre.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *