Tahrir accueille Recep Tayyip Erdoğan en héros

Comme on pouvait s’y attendre, Recep Tayyip Erdoğan a été accueilli avec enthousiasme, au Caire, le 12 septembre au soir par une foule de près de 20 000 personnes. Cet accueil chaleureux a confirmé la popularité du leader turc en Égypte. Il faut dire que ce dernier y entame une tournée des pays du printemps arabe, dans le sillage des sanctions qu’il vient de décider contre Israël, et de l’escalade verbale qui les a accompagnées. Dans un pays où des manifestants ont récemment tenté de prendre d’assaut l’ambassade d’Israël, le succès du premier ministre turc était assuré. N’a-t-il pas défendu les victimes turques de l’arraisonnement du Mavi Marmara, en parlant plus haut et plus fort à Israël que n’a osé le faire l’Égypte en faveur de ses gardes frontières tués par les avions de Tsahal, il y a un mois. À son arrivée à l’aéroport du Caire, comme de Gaulle en son temps, Recep Tayyip Erdoğan n’a donc pas résisté au plaisir d’adresser à la foule en délire quelques mots de sympathie dans la langue du pays ; une manière de dire à ceux qui étaient venus l’attendre avec des pancartes lui souhaitant la bienvenue dans sa «deuxième maison», qu’il avait bien le sentiment d’être chez lui au Caire.

Le lendemain, le premier ministre turc a poursuivi cette arrivée triomphale dans la capitale égyptienne par un discours très attendu à la Ligue arabe, au cours duquel il d’abord évoqué les relations de la Turquie avec Israël et le conflit israélo-palestinien. Sous les applaudissements des représentants arabes, il  a égrené les sanctions décidées par la Turquie à l’issue du rapport d’enquête sur le Mavi Marmara, en faisant de l’État hébreu le responsable de son propre «isolement» dans la région et en l’appelant à agir à l’avenir «de façon conséquente et dans le respect des droits de l’homme». Mais ces propos n’étaient que le prélude à des déclarations beaucoup plus importantes sur la question palestinienne et la demande de reconnaissance d’un Etat qui doit être présentée sous peu à l’ONU. Ces prises de position auront été le moment culminant de ce discours, car elles auront permis de voir, du haut de la tribune de la Ligue arabe, un leader turc appeler les Arabes à soutenir la création d’un Etat palestinien, en s’écriant :

«Déployons tous ensemble le drapeau palestinien et faisons de ce drapeau le symbole de la paix et de la stabilité dans la région.»

Cette tirade s’est poursuivie par une analyse des printemps arabes, moins pour vanter le fameux «modèle turc», que pour assurer l’auditoire que la Turquie suivait les événements avec la plus grande attention et encourageait les pays engagés dans cette voie à conduire des changements «immédiatement, aux niveaux politique, économique et social.» Recep Tayyip Erdoğan a néanmoins été peu disert sur la Syrie qu’il s’est abstenu de critiquer devant la Ligue arabe, tout en rappelant l’aide que lui avait proposée la Turquie pour mener à bien ses réformes. Toutefois, dans la soirée les propos du chef du gouvernement turc ont été beaucoup plus acerbes à l’égard de la situation dans ce pays et l’ont vu expliquer que le président syrien n’avait plus la confiance de son peuple, pas plus qu’il n’avait celle désormais de la Turquie.

Au terme de cette première journée on peut donc dire que la visite du leader turc a suivi le scénario auquel on pouvait s’attendre, en lui permettant de faire la preuve de sa popularité auprès de la rue arabe et de se positionner en dirigeant-phare du monde arabo-musulman. On peut penser, toutefois, qu’en dehors d’un enthousiasme de circonstance, les principaux dirigeants du monde arabe s’interrogent peut-être aussi sur les visées de cette Turquie triomphante, qui vient parachever ses succès au sein même d’une organisation régionale qui a longtemps regardé Ankara avec suspicion. Mais dans le contexte actuel, même si ce n’est que pour faire un bout de chemin ensemble, ces dirigeants affaiblis ont-ils d’autres choix que de monter dans ce train turc qui fait étape au Caire avant de partir pour Tunis et Tripoli. Après les révolutions qu’il a vécues depuis le début de l’année, le monde arabe est géré par des régimes qui tentent de se réformer ou par des gouvernements intérimaires. Alors même que l’Arabie Saoudite est discréditée, que l’Egypte et la Tunisie sont absorbées par leurs problèmes internes, que la Libye sort à peine d’un conflit de plusieurs mois, que la Syrie continue de s’enfoncer dans les affres d’une répression atroce, et que le Qatar en dépit de son succès libyen reste trop faible, la place du leadership arabe est libre, et la Turquie va s’employer à convaincre les nouveaux régimes arabes qu’elle est opportunément là pour aider à combler ce vide.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *