Après la tournée arabe, la revue américaine

Les semaines se suivent mais elles ne se ressemblent pas ! Ceux qui ont vu, il y a dix jours, Recep Tayyip Erdoğan, lors de sa tournée emblématique dans les pays du printemps arabe (cf. notre édition du 17 septembre 2011), appeler du haut de la tribune de la Ligue arabe à «déployer le drapeau palestinien», n’ont sans doute pas reconnu, cette semaine, le premier ministre discret qui faisait assaut d’amabilité avec le président américain à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. Il faut dire que le leader turc et sa délégation ont été extrêmement bien reçus aux Etats-Unis, à l’occasion d’une rencontre qui ressemblait plus à un sommet qu’à un entretien par défaut. Le célèbre chroniqueur turc, Mehmet Ali Birant, observe non sans étonnement, le 21 septembre, dans un billet paru dans le Hürriyet Daily News, que tous ceux qui s’attendaient à un choc turco-américain, notamment une majorité de chroniqueurs turcs, en auront été pour leurs frais. Et force est de constater que les deux parties ont qualifié leurs pourparlers «de constructifs et amicaux».

Il y a une recette extrêmement simple pour ne pas entrer en conflit avec ses interlocuteurs : ne pas parler de ce qui fâche ! C’est exactement ce qu’ont décidé de faire Turcs et Américains, dans le contexte incertain de cette Assemblée générale. Car il faut comprendre aussi que ni les uns, ni les autres n’avaient intérêt à se brouiller en évoquant leurs désaccords en ces temps de diplomatie complexe. Foin donc d’Israël et de la Palestine ! En chapitrant d’ailleurs leur allié turc, pour ses sanctions contre Israël et son soutien à la reconnaissance d’un Etat palestinien, les Etats-Unis lui auraient offert à New-York une tribune pour poursuivre une escalade verbale qui devait bien trouver, à leurs yeux, l’occasion d’une pause. Et cela d’autant plus qu’inversement en prenant l’initiative d’une nouvelle offensive sur certaines des thématiques de sa tournée arabe, le gouvernement turc aurait sans doute paru un peu trop présomptueux. On sait certes que la Turquie a changé de statut économique et politique, mais elle pouvait difficilement brandir le drapeau palestinien à New York, comme elle l’a fait au Caire. Pourquoi d’ailleurs vouloir se faire plus grosse que le bœuf quand on vous accueille comme l’un des grands de ce monde. Drapeaux des deux pays mis en évidence, ambiance de conférence internationale, mise en exergue de la convivialité des deux leaders, mardi dernier, les Etats-Unis n’avait pas mégoté sur le décorum et avaient parfaitement compris que, dans le contexte actuel, ce pays qui a la première croissance mondiale, qui est allé faire la promotion de ses succès politique et économique dans le monde arabe et que l’Europe continue pourtant à ignorer, ce pays, dis-je, a une soif inassouvie de reconnaissance.


Les Américains étaient d’autant plus disposés à épancher une telle soif qu’ils viennent d’obtenir beaucoup de leur allié turc, avec son acceptation concrète de sa participation à leur bouclier antimissile. L’annonce par Ankara de l’implantation près de Malatya (à Kürecik) d’une pièce maitresse (un radar de détection précoce) de ce dispositif a fait blêmir l’Iran, qui se sent directement visé et quelque peu berné par la politique turque de bon voisinage, alors même Moscou a accueilli la nouvelle avec nuance et modération. La présence turque dans le bouclier conforte les intérêts stratégiques américains dans la région, au moment où leur retrait d’Afghanistan et d’Irak est à l’ordre du jour. Elle clarifie aussi sensiblement, à leurs yeux, la position d’Ankara à l’égard de Téhéran, brouillée l’an passé par le dossier nucléaire. À cela s’ajoute la rupture de la Turquie avec la Syrie, déjà patente depuis les discours prononcés par Recep Tayyip Erdoğan au Caire et à Tripoli (cf nos éditions du 14 septembre 2011 et du 17 septembre 2011), la semaine dernière, mais dont on remarquera qu’elle a été officiellement annoncée aux Etats-Unis et qu’elle s’accompagne de sanctions turques élaborées en concertation avec Washington.

Après de tels acquis, il était difficile, au président américain de ne pas entendre les requêtes de ses partenaires turcs à propos de la lutte contre «le terrorisme», surtout au moment même où un attentat du PKK frappait le centre d’Ankara, faisant 3 morts et près de 34 blessés. Recep Tayyip Erdoğan a ainsi obtenu relativement facilement la mise à disposition des drones Predator, qui remplaceront avantageusement les Herons israéliens. Il aura peut-être même gagné au passage le droit de récupérer les autres armements que les troupes américaines laisseront en Irak lorsqu’elles rentreront, une reconversion qui devrait compenser les livraisons militaires à prix compétitifs à la Turquie qu’Israël ne pourra plus effectuer.

Dans cette revue de détail, restait bien sûr l’épineux dossier des forages gaziers à Chypre, qui après les propos réitérés du leader de l’AKP sur l’accroissement de la présence de la marine turque en méditerranée orientale, apparaissait déjà comme l’occasion prochaine d’une confrontation. Or, surprenant là-aussi tout le monde (ou presque), le premier ministre turc a été d’un calme olympien. Pas question donc de se battre pour quelques bulles de gaz, et surtout de recourir à d’horribles moyens militaires. La Turquie a d’emblée passé, comme elle l’avait annoncé, un accord avec République Turque de Chypre du Nord (RTCN), pour conduire sa propre exploitation. Bien sûr, Recep Tayyip Erdoğan a qualifié de «folie» la décision des Chypriotes grecs de commencer les forages, mais tout à cette ambiance américaine de «grandeur», il ne pouvait que se montrer «magnanime». La guerre d’Aphrodite n’aura donc pas lieu.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *