Séisme de Van : Interview de Çağlar Akgüngör

Çağlar Akgüngör est docteur en science politique. Diplômé de l’Université Galatasaray, il a fait un DEA en science politique a l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, où il a soutenu en 2007 une thèse intitulée «La Turquie à l’épreuve des séismes de 1999, une analyse sociopolitique à travers les discours médiatiques post-catastrophes» (cf. notre interview dans notre édition du 24 décembre 2007). Membre de l’association de sauvetage la plus ancienne et la plus prestigieuse de Turquie, il a participé à plusieurs opérations de recherche et de sauvetage. Il continue ses travaux de recherche sur la sociologie des catastrophes ; la gestion d’urgence et de crise ;  le risque majeur, la catastrophe et la politique publique ; l’évaluation et la prise en compte des risques et la mitigation ; l’aide humanitaire ; les communications d’urgence. Son objectif principal est de créer un organisme de recherche pluridisciplinaire en Turquie, spécialisé sur ces thèmes. Une semaine après le terrible séisme qui a frappé la province de Van, faisant plus de 600 morts et 2300 blessés, le « Blog de l’OVIPOT » a demandé à cet expert de faire un premier bilan.

1- On dit que le séisme qui s’est produit dans la province de Van, le 23 octobre 2011, est le plus important depuis celui qui avait frappé Izmit et Düzce, en 1999. Comment caractérisez-vous cette nouvelle catastrophe dans l’histoire sismique de la Turquie ?

 À part le séisme de Bingöl (2003), qui avait été marqué par l’effondrement d’un internat, c’est le séisme le plus important qui s’est produit depuis ceux du 17 août (İzmit) et du 12 novembre (Düzce) 1999. Je ne suis pas sismologue ou géologue, mais, je ne considère pas du tout que ce nouveau séisme soit étonnant, sachant que d’autres séismes majeurs sont survenus dans cette aire géographique, au cours de l’histoire récente du pays. Je pense notamment aux séismes de 1975, 1976 et à celui de 1983, qui ont tous été provoqués par la FNA (Faille Nord-Anatolienne) qui traverse la Turquie d’Est en Ouest.

2- Les médias turcs ont évoqué une meilleure organisation des autorités publiques dans l’acheminement des premiers secours par rapport à la pagaille qui avait suivi le désastre d’Izmit, en 1999, qu’en est-il exactement ?

 Il est vrai que depuis 1999 la Turquie a fait beaucoup de chemin en ce qui concerne sa préparation aux catastrophes, surtout au sein du ministère de l’Intérieur et de ses organismes spécialisés. Nous pouvons considérer comme un progrès aussi l’augmentation du nombre de sauveteurs : on affirme qu’il y en avait plus qu’un millier sur le terrain. Le problème qui se pose est peut-être celui de la qualité : nous ne pouvons pas savoir si toutes les équipes ont les mêmes standards, formation, matériel et fonctionnement.

3- Des dysfonctionnements reconnus par le premier ministre ont eu lieu également, pas seulement dans les premières heures, mais également dans les jours qui ont suivi, notamment lorsque des camions du « Croissant rouge » ont été pillés. D’où viennent ces problèmes et comment les évaluer ?

Je crois qu’on ne peut jamais être “très efficace” lors des premières 24 heures suivant une catastrophe. Quand on est sur place, on se trouve isolé avec ses propres moyens, dont une partie considérable est détruite ou bloquée, pour différentes raisons. Il en est de même pour les personnels qui sont originaires de la zone où a eu lieu le séisme, car ils sont d’abord préoccupés par le sort de leur famille, ce qui est normal. Pour ce qui est de l’aide qui vient de l’extérieur de la zone de la catastrophe, c’est comme une force armée. Interviennent des mécanismes administratifs dont le lancement prend du temps. Mais une fois que “l’opération” est en marche, elle avance. Même les équipes de sauvetage volontaires qu’on considère comme plus flexibles ont mis entre 4 et 12 heures pour arriver sur la zone (le standard des Nations Unis est au maximum de 36 heures). Concernant les problèmes relatifs à la distribution du matériel que vous évoquez, c’est une toute une autre histoire, qui est n’est pas du tout particulière à la région où s’est produit ce séisme. Nous avons été témoin de scènes comparables de pillage en 1999, dans la partie considérée comme “la plus développée du pays” ! Je ne souhaite pas avancer la culture comme élément d’explication, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’attitude de ces Japonais qui, dans une situation comparable, faisaient tranquillement la queue devant les supermarchés et achetaient des biens en quantités limités, sans protester. Ce qui est vraiment dramatique, c’est le fait qu’on observe, chaque fois, la présence d’individus qui tentent détourner le plus de matériel possible, afin de le revendre ensuite aux victimes de la catastrophe ! Eu égard à mon expérience personnelle de 1999, je sais que la distribution qui fonctionne le mieux, dans des conditions de ce type, est la distribution contrôlée par l’armée. Cet état de fait résulte de l’attitude des citoyens.

4- Les polémiques ont concerné également le refus de l’aide internationale par le gouvernement turc dès les premières heures qui ont suivi le séisme. Pourquoi a-t-il refusé cette assistance internationale dans un premier temps, avant finalement de l’accepter quelques jours plus tard ?

 Cette discussion, comme beaucoup d’autres autour de la question des séismes, n’est pas nouvelle non plus dans le contexte turc. Il ne faut pas oublier que, dans les relations internationales, l’acceptation d’une aide, qui provient de l’étranger, peut-être politiquement considérée comme un aveu de faiblesse.  Je crois que c’est une décision difficile à prendre, surtout pour un gouvernement qui a actuellement non seulement l’ambition d’être celui d’une puissance régionale, mais aussi celui d’un pays qui compte désormais sur la scène internationale. Toutefois, je pense que l’ampleur de cette catastrophe ne justifiait pas une intervention extérieure. Dans le passé, en outre, on avait un réel besoin de spécialistes de recherche et de sauvetage, mais comme je l’ai dit précédemment, nous avons fait beaucoup de progrès dans ce domaine, depuis 1999. En fait, si l’aide étrangère a été finalement acceptée, c’est probablement pour des raisons d’ordre diplomatique : garder de bonnes relations avec les Etats qui l’avaient proposée. Je note par ailleurs que lors des catastrophes et des situations d’urgence, les problèmes de l’acceptation et de l’efficacité de l’aide extérieure se sont souvent posés. Gérer l’aide internationale est une entreprise qui nécessite la coordination d’un grand nombre d’organisations sur le plan diplomatique, ce qui n’est pas toujours simple et faisable rapidement pour être efficace. Un exemple marginal mais surprenant est celui des Etats-Unis, la première puissance du monde, lors de l’ouragan Katrina en 2005. Ils ont été littéralement incapables de gérer l’aide internationale, ce qui a provoqué un scandale lorsque les Etats, qui avaient commencé à le faire, ont renoncé à envoyer de l’aide, alors même que les citoyens de Louisiane en avaient besoin.

6- Le séisme de Van a relancé les débats sur la prévention dans un pays hautement sismique. Le premier ministre, en particulier, a annoncé son intention de réagir de façon radicale contre les constructions qui ne respectent pas les normes, même si son parti doit perdre des voix. La législation sur les normes de construction a changé depuis 1999, mais est-ce suffisant ?

 S’il s’agit uniquement de légiférer, non. On affirme souvent que la législation turque sur les normes de construction a rejoint les meilleurs standards internationaux en la matière. Mais le problème qui se pose est d’abord celui de sa mise en œuvre. Cela me rappelle la question qu’avait posée à Mustafa Kemal Atatürk, le célèbre urbaniste Jansen au moment de la transformation d’Ankara dans les années 1930 : “Avez-vous le pouvoir de faire  appliquer ces plans ?”. Dans le contexte actuel du pays, les mécanismes de contrôle des constructions peuvent être bloqués à plusieurs niveaux, tout comme il est difficile d’appliquer des plans d’urbanisation. La propriété foncière est une source de richesse primordiale en Turquie, et les citoyens sont très sensibles aux questions relatives à l’immobilier. Il faut donc leur offrir des solutions qui ne les privent pas de cette richesse. Détruire ce qui n’est pas conforme, certes, mais aussi construire, ou aider en tout cas à mieux construire dans le même temps. La législation sur les municipalités a été modifiée en 2005 pour rendre possible la mise en œuvre de projets de “transformation urbaine”. A mes yeux, c’est un instrument intéressant par lequel on peut réduire la vulnérabilité sismique de nos villes, à condition de bien l’utiliser. En soutenant ces projets de « transformation urbaine », l’opinion publique pourrait accélérer l’action du gouvernement en lui donnant plus de légitimité.

7- Une semaine après le séisme de Van, quel est votre premier bilan ?

Je suis content de voir que l’organisation de l’intervention post-séisme a été meilleure que par le passé. Mais cela ne doit pas être un prétexte pour sous-estimer la question des risques majeurs en Turquie. Le bilan de ce séisme reste lourd (601 morts, 2300 blessés, 155 enfants orphelins pour le dernier bilan du 31 octobre 2011), et il faut hélas le considérer comme «annonciateur» d’autres catastrophes plus graves encore. Je fais ici surtout allusion au «grand séisme d’Istanbul», annoncé depuis 1999, par les scientifiques turcs et étrangers. Il faut voir en effet que l’organisation des secours n’est qu’un élément de la question. Éliminer les vulnérabilités (je parle au pluriel, car il y en a d’autres) ne peut être possible que par le changement (d’abord) des comportements individuels. Il faut donc prendre en considération l’ensemble du problème, et si nécessaire mettre en œuvre les politiques publiques grâce auxquelles on obtiendra ce changement. Cela peut vous paraitre banal, mais j’accorde beaucoup d’importance à l’éducation. Notamment, j’ai l’impression que les nouvelles générations sont plus sensibles à la prévention de ce genre de catastrophe car depuis 1999, elles ont été exposées à plus d’informations sur le risque sismique et sur ses conséquences possibles.

Propos recueillis par Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *