Vient de paraître : « La nouvelle politique extérieure turque entre le mythe européen et la nostalgie ottomane »

Ceux qui suivent les développements de la nouvelle politique étrangère de la Turquie vont être comblés ! Le dernier numéro (N°35-36, novembre 2011) de la revue EurOrient (Ed. L’Harmattan), qui paraît ce mois-ci leur est consacré et s’intitule : « La nouvelle politique extérieure turque entre le mythe ‘européen’ et la nostalgie ‘ottomane’ ». Emel Parlar présente ci-dessous cette publication qu’elle vient de diriger avec brio.

 Ahmet Davutoğlu, actuel ministre des affaires étrangères turc, a indiqué dans une de ses déclarations à propos du déclenchement des révoltes arabes au Moyen-Orient dans les premiers mois de l’année 2011 que le temps était venu pour normaliser le flux de l’histoire. Pour lui, “si l’on échoue à tenir compte de la nécessité de reconnecter les sociétés, les communautés, les tribus ainsi que les ethnicités dans notre région, on perdra le momentum de l’histoire. Notre futur est notre sens du destin commun. Nous avons tous un destin commun dans cette région. […] En général, “le Moyen-Orient”, terme orientaliste, est considéré comme synonyme de tensions, conflits et sous-développement. Mais, notre région a été depuis des millénaires le centre des civilisations témoignant de fortes traditions de l’ordre politique dans lequel des environnements multiculturels se sont développés. En dehors de cet héritage civilisationnel et politique, nous avons aujourd’hui suffisamment de ressources économiques afin de faire de notre région un centre de gravité global.”

Il est clair que cette déclaration d’Ahmet Davutoğlu s’inscrit dans un cadre de prise de conscience de l’existence d’un destin commun pour les peuples du Moyen-Orient. Certes, une certaine conscience d’appartenance à une communauté dans laquelle les peuples  partageraient des intérêts communs a commencé à émerger ces dernières années au Moyen-Orient. De même, le 12 février 2011, dans une déclaration faite à la chaîne nationale CNN Türk, Davutoğlu avait avancé à propos des révoltes en Égypte qu’une conscience commune existant en dehors de l’état-nation vient d’émerger dans la région.” Selon Davutoğlu, l’émergence de cette conscience commune représente le début d’un tournant historique au Moyen-Orient. Pour certains observateurs turcs et internationaux, l’idée de l’émergence d’une conscience collective au Moyen-Orient exprimée par Davutoğlu est révélatrice de la tendance néo-ottomaniste de la nouvelle politique extérieure turque. Cependant, ni Davutoğlu ni les autres dirigeants politiques de l’AKP approuvent l’emploi du terme “néo-ottomanisme” pour conceptualiser l’activisme de la politique extérieure turque d’aujourd’hui. Il semble que ces propos de l’actuel ministre des affaires étrangères turc soulignent la nécessité de jeter les bases d’une nouvelle communauté du Moyen-Orient, une sorte de “communauté de sécurité” partageant les mêmes valeurs démocratiques et culturelles autour d’intérêts stratégiques communs.

Tous ces  propos d’Ahmet Davutoğlu ne sont-ils pas révélateurs d’un changement doctrinaire de l’actuelle politique extérieure turque ? Quelle est la substance de la politique extérieure turque d’aujourd’hui? Qu’est-ce qu’il y a de “nouveau” dans cette politique extérieure turque? Si l’on admet qu’il s’agit d’un “renouveau” dans l’actuelle politique extérieure turque, sur quelles paramètres se base-t-il? Comment décoder la réorientation de la politique extérieure d’Ankara? Peut-on parler aujourd’hui d’une réelle volonté chez les actuels dirigeants politiques turcs de restaurer la culture stratégique de la Turquie? Quelle place occupe l’Occident, ou plus particulièrement l’Europe, dans l’actuel agenda de politique extérieure turque? Le réengagement de la Turquie avec le Moyen-Orient se fait-il au détriment de ses relations avec l’Europe? Par quelle rhétorique du gouvernement AKP la forte régionalisation de la politique extérieure turque de ces dernières années est-elle alimentée? Le repositionnement turc sur la scène internationale, en tant qu’acteur plus confiant, indépendant et proactif visant à utiliser son soft power, confère-t-il à Ankara de nouveaux rôles supplémentaires? Quelle valeur ajoutée génère l’actuelle politique extérieure turque pour l’Europe, le Moyen-Orient ainsi que pour toutes les autres régions où la Turquie exerce une influence politique, économique et culturelle?

Toutes ces questions constituent autant de points d’interrogations pour lesquels les observateurs et politologues internationaux et turcs cherchent ces dernières années des réponses adéquates afin de mieux tenir compte de l’activisme plus poussé de la diplomatie actuelle d’Ankara. Qu’elle soit considérée comme nouvelle ou pas, l’actuelle politique extérieure turque est plus active, plus  indépendante et plus flexible, et par conséquent, moins dépendante de ses alliés occidentaux que dans le passé. Les changements effectués dans la conjoncture internationale depuis 2001 et l’arrivée au pouvoir en Turquie en 2002 d’un nouveau parti politique à l’origine du mouvement islamiste, l’AKP, ont également contribué à la transformation de la politique extérieure turque sur des nouvelles bases doctrinaires prenant leur source majoritairement dans la doctrine de profondeur stratégique d’Ahmet Davutoğlu, ex-universitaire, nouveau ministre des Affaires étrangères turc depuis 2009.

Le renforcement du rôle régional de la Turquie au Moyen-Orient ces dernières années à travers l’utilisation des instruments de son “soft power” a également nécessité une remise en cause de l’identité occidentale turque “déséquilibrée”. Il est évident que depuis la fondation de la République de Turquie en 1923, l’Europe occupe une place centrale non seulement dans la construction de l’identité nationale turque mais aussi dans la formulation de la politique extérieure turque par les élites politiques kémalistes. Par contre, le Moyen-Orient faisant partie sans doute de l’identité “hybride” de la Turquie est quasiment absent dans le processus de construction de son identité nationale. Lorsque l’Europe tente de se différencier en imaginant la Turquie comme son “autre”, paradoxalement, la Turquie s’est aussi longtemps différenciée du Moyen-Orient, son autre “imaginaire” en avançant qu’elle appartenait politiquement, culturellement et historiquement davantage au monde occidental qu’au monde oriental.

En partant de la nouvelle rhétorique de la politique extérieure turque de l’actuel gouvernement, ce volume de la revue EurOrient tentera d’explorer les nouveaux paradigmes de la politique extérieure turque ainsi que les atouts et défis résultant de ceux-ci. Ces deux numéros de la revue française EurOrient sont composés de 18 articles au total traitant quatre principaux axes de recherche.

 Le premier numéro intitulé “Passages et frontières de la nouvelle politique extérieure turque” est composé de 8 articles est organisé autour de 2 axes de recherche portant sur les thèmes suivants:

1) Des anciennes traditions géopolitiques à une nouvelle politique extérieure turque : identité (s), sécurité, géographie, pouvoir.

2) La politique extérieure turque d’aujourd’hui entre ses anciens alignements et son nouveau voisinage: opportunités et défis.

Le deuxième numéro intitulé “Régionalisation et angles correspondants de la politique extérieure turque”, quant à lui, regroupe 10 articles autour de deux principaux axes de recherche :

1) Le “décalage” des réalités régionales complexes de la politique extérieure turque vers le Moyen-Orient, le  Caucase, la Méditerranée et  les Balkans.

2) Les effets transversaux et la politique extérieure turque: les acteurs économiques, le commerce extérieur et les médias.

Emel Parlar Dal

 Sommaire de la Revue EurOrient N°35-36, dirigé par Emel Parlar Dal

 Emel Parlar Dal : Présentation

* Premier volume : Passages et frontières de la nouvelle politique extérieure turque

Emel Parlar Dal : Entre paysage spécifique de la Turquie et paysage à l’européenne

Gerard Groc : La Turquie, un espace-frontière de médiation

Amadou Ba : L’adhésion de chypre divisée à l’ue

 Michel Makinsky : La Turquie et le nucléaire iranien

 Emel Parlar Dal : La Turquie et l’ambivalence des relations transatlantiques

 Jean Marcou : La politique turque de voisinage

 Paul Kubicek : Overcoming the Deadlock in Turkish-EU Relations

Alon Ben-Meir : Turkey and Israel : An Alliance in Tatters

* Deuxième volume : Régionalisation et angles correspondants de la politique extérieure turque

Selcen Öner : Europeanization of Turkish Foreign Policy and Increasing Multi-dimensional Approach

Ebru Oğurlu : Turkey : Caught between Europe and the Mediterranean

Emre Erşen : Turkey and Russia : an emerging ‘strategic axis’ in Eurasia ?

Samuel Lussac : L’impossibilité du hub énergétique

David Rigoulet-Roze : Géopolitique des frontières européennes en cas d’adhésion de la Turquie contemporaine à l’UE

Deniz Akagül : La politique et le commerce extérieur turcs

Hüseyin Sevim : Les acteurs économiques dans l’élaboration de la politique européenne en Turquie

Eléonore Yasri-Labrique ; L’imaginaire turc de la France

Belgin Bilge ; L’impact des médias franco-turcs dans l’adhésion de la Turquie a l’UE

Ata Ayati : Une des pages inédites de l’histoire des relations franco-turques

* Revue des livres

• Eléonore yasri-Labrique :  La Turquie et nous (A. Ayati)

• Kiymet Ant :  L’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Une conditonnalité hors du commun (A. Ayati)

• Samuel Lussac : Géopolitique du Caucase. Au carrefour énergétique de l’Ouest (A. Ayati)

• David rigoulet-roze : L’Iran Pluriel, Regards Géopolitiques (Michel Makinsky)

* Revue des périodiques

La Nouvelle Revue Géopolitique, La Turquie avec ou sans l’Europe, n°1 (David Rigoulet-Roze)

Moyen-Orient, Turquie, changement de cap ? n°9 (A. Ayati),

Aujourd’hui la Turquie (A. Ayati)


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *