De la question kurde aux négociations européennes

Les attaques contre le poste militaire d’Aktütün (photo), le 4 octobre, et contre un bus de la police près de Diyarbakır, le 8 octobre, ont ramené la question kurde au premier plan de l’actualité en Turquie. Ce regain de violence a été suivi, cette semaine, par une nouvelle attaque qui a causé la mort de 5 soldats turcs dans la province d’Hakkari et surtout par une polémique qui a vu la presse, notamment le quotidien «Taraf», publier des photos aériennes qui tendraient à prouver que l’armée aurait été informée de l’imminence de l’attaque du PKK, sur la position d’Aktütün. Tous ces événements se déroulent dans un climat déjà passablement tendu, découlant d’une série d’incidents socio-ethniques qui se sont produits en plusieurs endroits du territoire turc (y compris à l’Ouest).

Le 30 septembre, dans la ville balnéaire d’Altınova (près d’Ayvalık) où des intérêts commerciaux opposent des familles turques et kurdes, des incidents entre jeunes ayant entrainé la mort de deux Turcs ont débouché sur de véritables émeutes anti-kurdes (lapidation de magasins, incendie de véhicules…). Le 5 octobre, à Hadırlı près d’Adana, un jeune homme a été poignardé, alors qu’il tentait d’empêcher le vol de son vélomoteur et lorsqu’il s’est avéré que l’un de ses assaillants, appréhendé par la foule, était d’origine kurde, des manifestations hostiles au PKK ont éclaté là-encore. Depuis l’attaque du 8 octobre à Diyarbakır, dont nous parlions précédemment, d’autres incidents sont venus confirmer ces tensions. À Iğdir, des mots d’ordre anti-kurdes et anti-PKK attribués aux «Ulkücü Ocakları» (le mouvement de jeunesse nationaliste lié au MHP) ont été peints sur les murs de la ville. La section locale des «Ulkücü Ocakları» a cependant nié être à l’origine de ces inscriptions qu’elle a qualifiées de “provocations”. À Karaçulha, près de Fethiye, des affrontements entre jeunes comparables à ceux d’Altınova (quoique moins importants) ont provoqué des manifestations. S’il est vrai que la plupart de ces événements ont trouvé leur origine dans des incidents de la vie quotidienne (vol, rivalité de clans, tapage nocturne…), le fait qu’ils aient fait rapidement l’objet de manifestations anti-kurdes montre bien l’intensité de tensions latentes qui s’observent aussi sur «Facebook» où les groupes d’affiliation «anti-Kurdes» ou «pro-Kurdes» se sont multipliés et ont gagné en notoriété, ces derniers jours.

Le premier effet de ces violences est d’empêcher la tenue d’un véritable débat pour évaluer la stratégie conduite dans le sud-est depuis l’autorisation, donnée à l’armée pour intervenir en Irak du nord contre les bases arrière du PKK, il y a un an. Dans un tel contexte, le Parlement a reconduit cette autorisation sans opposition (sauf celle des députés du DTP), le 8 octobre 2008, par 511 voix contre 18. Et les principaux partis d’opposition (CHP et MHP), qui critiquent le gouvernement pour son attentisme, appellent à des mesures plus radicales, notamment à la création d’une zone tampon, en Irak du nord, pour prévenir les infiltrations, ce qui aurait pour effet de maintenir des troupes turques, en permanence, sur le territoire irakien, avec tous les risques que cela comporte. Certes, l’armée a attiré l’attention sur les difficultés d’une telle entreprise et le Président de la République, Abdullah Gül a, plus généralement, mis en garde contre les dangers d’une escalade dans le sud-est, en faisant observer qu’une telle option risquait de compromettre la démocratisation réalisée en Turquie au cours des dernières années dans le cadre de l’intégration européenne. Le gouvernement semble plutôt s’orienter vers une relance des contacts avec Bagdad et avec les autorités kurdes d’Irak du nord. Un de ses émissaires a d’ailleurs rencontré Massoud Barzani, le 14 octobre, et Recep Tayyip Erdoğan a affirmé le même jour que, pour prévenir les infiltrations du PKK, il fallait avant tout travailler avec les autorités irakiennes, les Kurdes d’Irak du nord et bien sûr les Etats-Unis.

Toutefois, la procédure toujours pendante devant la Cour constitutionnelle contre le parti pro-kurde DTP (4e parti au Parlement où il dispose d’une vingtaine de députés) qui risque, dans le contexte actuel, de se terminer par une interdiction, pourrait encore éloigner la perspective d’une solution politique au problème kurde et, de fait, porter atteinte à l’image de la Turquie, au moment où l’Union Européenne s’apprête à rendre son rapport annuel d’évaluation de la candidature turque.

Au bout du compte, pour la Turquie, l’enjeu majeur est bien de gérer la question kurde, et en particulier de réagir aux attentats du PKK sans remettre en cause les améliorations sensibles récemment apportées à l’État de droit. Il ne faut pas oublier que c’est la perspective de l’ouverture de négociations d’adhésion qui a amené Ankara à lever, en 2002, l’application de l’état d’urgence dans les départements kurdes du sud-est où il était en vigueur depuis 15 ans. Le Haut Conseil de lutte contre le terrorisme (TMYK), qui a commencé ses travaux, le 9 octobre 2008, pour définir la stratégie à adopter, après les graves attaques qui viennent d’avoir lieu, est directement confronté à ce problème. Car l’armée demande des moyens juridiques accrus au moment même où le gouvernement est vivement incité par l’UE à reprendre les réformes. Recep Tayyip Erdoğan a réaffirmé qu’il n’était pas question de sacrifier les mutations entreprises à la lutte contre le terrorisme du PKK. Il y a là un dilemme qui n’est pas facile à gérer. Tout le problème pour la Turquie est d’avoir à le faire, au moment même où elle devrait avant tout consacrer ses efforts à approfondir l’Etat de droit et la démocratie.
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 janvier 2012

    […] le sud-est, comme par exemple celle d’Aktütün en 2008 (cf. notre édition du 18 octobre 2008 De la question kurde aux négociations européennes.), l’armée et le gouvernement ne paraissaient pas faire partie du même camp. En l’occurrence […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *