Selon Elena Lazarou, le Brésil et la Turquie sont actuellement sur des positions diplomatiques proches

Elena Lazarou est maître de conférences à la Fondation Getùlio Vargas (Rio Janeiro – Brésil) où elle mène des recherches principalement sur la politique étrangère de l’Union européenne, ce qui l’a aussi amenée à s’intéresser, notamment depuis un an et demi, aux relations turco-brésiliennes, qui se sont traduites en 2010 par des initiatives conjointes très visibles sur la scène internationale, comme l’accord tripartite Turquie, Brésil, Iran(cf. nos éditions des 24 mai 2011, 26 mai 2011 et 29 mai 2011) ou la signature d’un accord de partenariat stratégique Brésil-Turquie. Elena Lazarou est actuellement professeur-visiteur à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble. Jean Marcou en a profité pour revenir avec elle sur ces événements et faire le point sur les rapports qu’entretiennent Ankara et Brasilia depuis que Dilma Roussef a succédé à Lula.

Jean Marcou : Avant toute chose pourriez-vous nous donner un bref aperçu de l’histoire des relations turco-brésilienne ?

Elena Lazarou : Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le Brésil et la Turquie ont des relations très anciennes, qui ont commencé il y a 150 ans, donc à l’époque ottomane. Mais si l’on s’intéresse aux relations les plus contemporaines, je crois qu’on peut remonter 10 ans en arrière, c’est-à-dire à l’accord de 2001 sur les visas, et à la série d’accords commerciaux qui ont suivi entre 2001 et 2005. Par la suite, à partir de 2006, les relations entre les deux pays ont pris un tour plus politique avec des visites ministérielles fréquentes dans les deux sens. C’est à ce moment-là que le ministre brésilien des affaires étrangères, Celso Amorim, s’est rendu à Ankara. C’était alors la première visite d’un chef de la diplomatie brésilienne en Turquie depuis 1985. Elle a été suivie deux ans plus tard par la venue de Abdullah Gül à Brasilia. L’événement déterminant a eu lieu, en 2009, avec la visite du président Lula à Ankara et Istanbul, parce que c’est à cette occasion qu’on a vraiment senti la volonté de part et d’autre de poursuivre la coopération au plus haut niveau. Bien sûr, ce rapprochement turco-brésilien s’est traduit également, un an plus tard, par la venue du premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, à Brasilia, pour signer un accord de partenariat stratégique.

JM : Cette visite de Recep Tayyip Erdoğan a eu aussi pour cadre la troisième conférence de l’Alliance des Civilisations…

EL : Oui, la période de mai-juin 2010 fut en réalité un moment très fort pour les relations turco-brésiliennes. Il y a eu l’accord tripartite Turquie-Brésil-Iran, la conférence de l’Alliance des civilisations, la signature de l’accord de partenariat stratégique. La plupart de ces initiatives ont mis en relief les valeurs et les principes communs de deux pays qui croient en une société globale plus multiculturelle, professent la tolérance pour les cultures différentes, et préconisent un monde se construisant à partir du dialogue et de l’échange.

JM : Comment l’accord tripartite Turquie-Brésil-Iran et les positions prises par Lula à l’égard de Téhéran ont-elles été perçues au Brésil et plus généralement dans la région ?

EL : Je crois qu’il y a eu deux perceptions contradictoires. D’un côté, il y a eu un fort soutien à cette action d’intégration globale du Brésil, c’est-à-dire à cet effort entrepris pour jouer un rôle sur la scène internationale et présenter une alternative aux options choisies et institutionnalisées par les traités qui ont suivi la Seconde guerre mondiale. Ces derniers, en effet, sont perçus au Brésil comme une expression occidentale de la gestion des affaires internationales. En ce sens, cette initiative aux côtés de la Turquie pour proposer une alternative au règlement d’un problème global, comme celui de la non-prolifération des armes nucléaires, a été considérée comme une opportunité pour le Brésil de devenir un acteur ayant un plus grand poids sur la scène mondiale.

D’un autre côté, toutefois, un certain scepticisme s’est manifesté à l’égard de cette politique. Ce scepticisme a découlé de deux préoccupations. La première se demandait s’il n’était pas dangereux de s’éloigner des positions américaines, dans la mesure où le Brésil est un acteur du multilatéralisme actuel, qu’il partage des valeurs communes avec les Occidentaux, comme la démocratie et les droits de l’homme. La seconde préoccupation s’inquiétait de la mansuétude ambiguë manifestée par Lula à l’égard de régimes autoritaires. Bien sûr, cette attitude provenait du nouveau modèle de politique étrangère suivie par Lula, un modèle qui le conduisait à diversifier à l’extrême les relations internationales du Brésil. Mais, quand cette démarche l’a amené à développer une relation dense avec des régimes comme ceux de Mahmoud Ahmadinejad en Iran ou d’Hugo Chàvez au Venezuela, alors une partie significative de la société s’est déclarée opposée à un rapprochement avec des tels régimes. Cette tendance de l’opinion publique n’était pas hostile à une politique étrangère plus active donnant plus de visibilité internationale au Brésil, mais elle pensait que cela n’impliquait pas nécessairement de se lier à des régimes controversés, et de risquer ainsi de remettre en cause l’équilibre de sa relation avec l’Ouest et avec le reste du monde.

En ce sens, le Brésil et la Turquie se ressemblent beaucoup. Ils considèrent qu’ils font partie du monde occidental, et cela est attesté au moins par la présence de la Turquie dans l’OTAN et le rôle important joué par le Brésil dans le fonctionnement du Fond monétaire international.  Mais, par ailleurs, ils sont à la recherche d’une stratégie alternative, comme celle qu’a proposée Lula sur le dossier nucléaire iranien, en demandant l’établissement d’un dialogue avant l’application de sanctions.

JM : Quels sont, selon vous, les aspects les plus importants de l’accord de partenariat stratégique, signé par le Brésil et la Turquie en 2010 ?

EL : Cet accord comprend deux parties principales. L’une énonce des principes fondamentaux de convergence, l’autre est plus fonctionnelle, dans la mesure où elle détaille les domaines économiques et politiques de la coopération que les deux pays entendent développer. C’est la partie fonctionnelle qui me paraît la plus intéressante à exposer ici.

En premier lieu l’accord se propose de soutenir le multilatéralisme et la réforme de ce système dans les institutions internationales, en particulier l’ONU. On peut notamment voir ici, même s’ils ne sont pas explicitement formulés, les efforts que fait le Brésil pour s’assurer le soutien de la Turquie dans sa revendication d’un siège de membre permanent au Conseil de Sécurité. Il y a là probablement l’un des objectifs les plus ambitieux de cet accord qui est intervenu, rappelez-vous, au moment même où les deux pays étaient des membres non-permanents au Conseil de sécurité. En second lieu, l’accord entend permettre à la Turquie et au Brésil de jouer un rôle plus important au sein du G20.

En dehors de ces deux axes, parmi les autres secteurs importants de coopération développés par l’accord, on trouve les questions énergétiques. En la matière, deux domaines sont évoqués : la prospection pétrolière en en mer Noire et le développement d’énergies renouvelables. Comme vous le savez, le Brésil est le premier producteur de bioéthanol du monde, et la Turquie, même si elle devenue un couloir de transit gazier et pétrolier important au cours des dernières années, est loin d’être indépendante sur le plan énergétique. Donc l’un des volets de l’accord concerne l’échange de savoir-faire dans le domaine des énergies renouvelables. La coopération commerciale est aussi une des dimensions importantes de cet accord de partenariat. Bien que les deux pays aient exprimé antérieurement leur souhait d’accroître leurs relations commerciales et d’abattre leurs barrières douanières, l’intensité de leurs échanges est restée relativement faible. L’objectif de l’accord est notamment de diversifier le commerce bilatéral ; ce qui est d’autant plus pertinent que le PIB per capita est en train de s’accroître de part et d’autre. Il y a aussi une coopération prévue dans le domaine de l’éducation et de la recherche, notamment la volonté de promouvoir des recherches communes dans le domaine des nanosciences, ce qui est significatif du désir d’être des puissances économiques durables, capables de produire de la technologie de pointe. Le partenariat stratégique concerne également des projets importants dans le domaine de la préservation de l’environnement ou de l’aviation, mais il faut surtout noter pour finir que l’accord de partenariat stratégique se propose de soutenir le programme d’Alliance des civilisations et ses principaux objectifs.

Enfin, on doit rappeler qu’en octobre 2011, lors de la récente visite de Dilma Roussef en Turquie, l’accord de partenariat stratégique a été confirmé et actualisé. Et l’un des ajouts réalisé concerne l’aide au développement des pays les moins développés. Entretemps, en mai 2011, la Turquie a d’ailleurs accueilli à Istanbul, le 4ème sommet des pays les moins développés. Tout cela est donc très significatif du fait que les deux pays sont devenus des pays plus donneurs que receveurs.

JM : Depuis que le gouvernement a changé au Brésil, suite à l’élection de Dilma Roussef à la présidence, en octobre 2010, quelle est la position du Brésil sur le dossier nucléaire iranien ?

EL : Le dossier iranien est l’un des points sur lesquels nous voyons le changement le plus substantiel de la politique étrangère brésilienne depuis un an, et cela bien que parallèlement Dilma Roussef accorde beaucoup d’attention au Moyen-Orient, qui est en train de devenir l’une des préoccupations importantes de la diplomatie brésilienne. Il n’empêche que les relations entre le Brésil et l’Iran, telles qu’elles se sont développées récemment, ne sont plus considérées comme acceptables au regard des valeurs auxquelles adhère le Brésil, notamment son engagement en faveur des droits de l’homme et son hostilité à l’autoritarisme. Au regard des principes fondamentaux, Dilma Roussef, a été beaucoup plus strict dans la définition de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas. Ainsi, le Brésil n’est plus aussi largement engagé vis-à-vis de l’Iran, et l’on peut dire que les relations se sont détériorées. Il faut voir également que ce gouvernement fait des efforts significatifs de rapprochement avec les Etats-Unis, et qu’évidemment cela est assez contradictoire avec les objectifs précédents. Toutefois, le Brésil s’est éloigné de l’Iran, sans que cette prise de distance soit explicitement formulée, et sans que cela se traduise dans les faits, notamment dans le domaine des échanges commerciaux. Quoiqu’il en soit, il est clair qu’il y a eu une sorte de désinvestissement du dossier iranien par le Brésil, depuis que Dilma Roussef est au pouvoir.

JM : Et qu’en est-il par ailleurs aujourd’hui des relations turco-brésiliennes ?

EL : Alors là je dirais que le Brésil se sent définitivement engagé. Rappelez-vous que depuis qu’elle a été élue, Dilma Roussef n’a pas voyagé beaucoup. Mais de façon très significative, elle s’est rendue en Chine, à Bruxelles, et elle est allée en Turquie. Je crois que cette visite en Turquie pendant la première année de son mandat est très symbolique des intentions de la diplomatie brésilienne. La confirmation et l’accentuation du partenariat stratégique à l’occasion de la visite de Dilma Roussef conduisent à penser que la coopération va être confortée dans les secteurs que j’ai  précédemment évoqués. Le commerce bilatéral ne s’est pas suffisamment accru et il y a sans doute un effort à faire dans ce domaine. La Turquie est perçue par le ministre brésilien des affaires étrangères comme une puissance régionale ascendante au Moyen-Orient. Elle est vue comme un acteur qui a une vision du monde proche de celle que peut avoir le Brésil. A cet égard, j’observe que la réticence de la Turquie à intervenir dans les affaires intérieures des pays du printemps arabe, notamment sa position initiale en Libye, a été hautement appréciée au Brésil. Car l’un des principes clefs de la politique étrangère brésilienne est la non-intervention dans les affaires des autres. La Turquie a pu être critiquée sur ce point, mais en fait cette position coïncide avec la vision du monde du Brésil.

JM : Oui, mais quand on voit comment sa diplomatie a du changer de position tant en Libye qu’en Syrie, il est probable que la Turquie est moins réticente à intervenir aujourd’hui… Est-ce que le Brésil ressent aussi cette évolution et les contradictions qui en découlent ?

EL : Oui bien sûr, les crises que vous signalez ont montré que de la même manière que la Turquie, le Brésil se retrouvait entre le marteau et l’enclume. Car d’un côté, il veut être une puissance émergente, ce qui suppose une implication plus importante dans les affaires du  monde. De l’autre, il est réticent à intervenir, alors que pour avoir du pouvoir, il faut aussi accepter de prendre ses responsabilités. Dilma Roussef a d’ailleurs précisé récemment sa position sur ce point à l’Assemblée générale de l’ONU. Elle a évoqué à cet égard une «intervention en matière de protection», mais refusé «une intervention pour protéger». En cela elle veut dire qu’il faut intervenir, mais ne pas s’imposer, et notamment ne pas ignorer la souveraineté des Etats. Il s’agit donc d’intervenir de manière différente. Le Brésil est actuellement dans une situation où il doit intervenir mais pas de manière hégémonique parce qu’il a toujours été opposé à cela. Ainsi, il se retrouve sur des positions similaires à celle de la Turquie, qui est, comme lui, un pays donneur en train de s’affirmer. Cette communauté de vues confèrent à ces deux pays notamment un potentiel très important de coopération en Afrique. Toutes ces raisons expliquent sans doute que le Brésil puisse voir en la Turquie un partenaire fiable.

Propos recueillis et traduits de l’anglais par Jean Marcou (9 novembre 2011)


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 juin 2013

    […] déjà eu l’occasion d’échanger sur ce site, il y a deux ans lors de sa venue en France (cf. notre édition du 14 novembre 2011). J’ai été personnellement surpris de l’intérêt qui se manifeste au Brésil pour la Turquie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *