Le drapeau brûle entre la Turquie et la Syrie !

On ne touche pas impunément au drapeau turc, c’est en substance ce que Recep Tayyip Erdoğan a rappelé mardi à son ancien «ami» Bachar el-Assad, lors de la réunion du groupe parlementaire de l’AKP. Samedi 12 novembre dans la soirée, à l’issue du vote de la Ligue arabe suspendant la Syrie, des manifestants favorables au régime baasiste ont attaqué les ambassades française, saoudienne et turque à Damas, ainsi qu’un certain nombre de représentations consulaires dans le pays. À Lattaquié, en particulier, ils s’en sont pris au consulat général de Turquie et ont brulé un drapeau turc.

Dès le lendemain, le ministère turc des affaires étrangères a condamné ces incidents graves et décidé de rapatrier les familles de ses diplomates, en ne laissent sur place que le personnel strictement nécessaire. Il a par ailleurs convoqué le chargé d’affaires syrien en Turquie pour exiger de son pays le respect de la convention de Vienne sur le statut des ambassades. Lundi, le ministre syrien des affaires étrangères a regretté ces incidents, et présenté ces excuses. Mais cette démarche a d’autant moins convaincu qu’on soupçonne de longue date ce genre de manifestations d’être provoqué par un régime, qui par ailleurs a aussi montré qu’il n’hésitait pas à intimider et malmener les opposants syriens réfugiés dans des pays étrangers. Mardi, lors de la réunion de son groupe parlementaire, Recep Tayyip Erdoğan, a donc estimé que les excuses présentées par le ministre n’étaient pas suffisantes et que le gouvernement syrien devait aussi sanctionner les auteurs de ces attaques, notamment ceux qui s’en sont pris au drapeau turc. Apostrophant le président syrien par son prénom, il n’a pas hésité à s’écrier : « Bachar tu as des milliers de personnes dans tes prisons, tu peux bien retrouver ceux qui se sont attaqués au drapeau turc et les punir ! »

Au-delà de ces déclarations symboliques, et suite à la décision de la Ligue arabe que la Turquie a salué (bien qu’elle ne fasse pas partie de l’organisation régionale arabe), le premier ministre turc a ainsi saisi l’opportunité qui lui était offerte pour accroître sa pression sur un régime baasiste de plus en plus isolé. Condamnant la répression en cours, il s’est à nouveau adressé directement à Bachar el-Assad en le rangeant parmi «les dirigeants qui  resteront dans l’histoire comme des gens qui se sont nourris de sang». Mais surtout il a consacré la rupture de son pays avec les dirigeants syriens, en déclarant qu’il n’attendait plus rien de ces derniers, si ce n’est « qu’étant arrivé au bord du gouffre », ils décident encore de faire demi-tour et de ne pas s’y perdre. Ces propos font écho à ceux tenus la veille par Ahmet Davutoğlu, qui avait estimé que le régime syrien s’était vu proposer des solutions pour sortir de la crise, mais qu’il les avait toutes refusées, et devrait donc assumer les conséquences de ses choix.

Après avoir tenté de raisonner la Syrie avec laquelle elle avait spectaculairement amélioré sa relations au cours des dernières années, la Turquie n’a commencé à durcir le ton à l’égard de son voisin qu’à la fin du mois de mai, notamment lorsque des réfugiés syriens ont commencé à affluer en masse à la frontière turque. Pourtant ces démarches pour se poser en médiateur de la crise au début de l’été se sont révélées vaines. Le gouvernement syrien, en dépit de réformes de façade annoncées à plusieurs reprises pour gagner du temps, a poursuivi en réalité une répression sauvage des manifestations. Entretemps, Ankara a commencé à apporter un soutien de plus en plus ostensible aux opposants syriens dont le Conseil national s’est établi sur son territoire, et qu’Ahmet Davutoğlu a rencontré à plusieurs reprises. Ce Conseil, qui demande désormais a être reconnu par la Ligue arabe, serait même sur le point d’ouvrir une représentation diplomatique en Turquie.

Toutefois, Ankara craint aussi le déclenchement d’une guerre civile à ses frontières, plusieurs milliers de soldats et de cadres de l’armée syrienne ayant déserté et certains d’entre eux prétendant mettre sur pied une force militaire de libération nationale. Les Turcs redoutent également que les Syriens, qui ont longtemps abrité sur leur territoire des bases du PKK, ne cherchent à nouveau à instrumentaliser la question kurde à leur profit ; une hypothèse que le président Gül a jugé récemment sérieuse et dangereuse, en espérant que la Damas n’oserait pas franchir la pas.

Plus généralement, on observe que la Turquie, qui au début de la crise syrienne, avait critiqué les pressions internationales et refusé de demander le départ de Bachar el-Assad, essaye de prendre aujourd’hui la tête de la condamnation du régime baasiste. Après avoir appelé dimanche la communauté internationale à s’unir contre l’attitude de Damas, le ministre des affaires étrangères, qui est actuellement à Rabat pour un forum économique turco-arabe, a néanmoins tenu à assurer que les positions de la diplomatie turque n’étaient pas guidé en l’occurrence par des arrière-pensées religieuses, certains ayant évoqué une guerre sourde entre un régime turc d’inspiration sunnite et des dirigeants syriens d’origine alaouite. L’offensive turque contre Damas pourrait, en tout cas, ne pas en rester à des mots, mais prendre un aspect beaucoup plus pratique, puisque le ministre turc de l’énergie Taner Yıldız, vient d’évoquer l’hypothèse d’une cessation de la fourniture de l’électricité que la Turquie procure à l’heure actuelle encore à son voisin syrien.

JM


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 17 novembre 2011

    […] Article original publié sur le blog de l’OViPoT le mercredi 16 novembre 2011 sous le titre : « Le drapeau brûle entre la Turquie et la Syrie !«  […]

  2. 19 janvier 2012

    […] cette raison, le même sort que les Hitler, Mussolini et autres Kadhafi ! (cf. nos éditions des 16 novembre 2011 et 23 novembre […]

  3. 25 juin 2012

    […] au gouvernement syrien de châtier les coupables, en apostrophant publiquement Bachar el-Assad (cf. notre édition du 16 novembre 2012). En avril dernier, à la suite de tirs de l’armée syrienne contre des camps de réfugiés se […]

  4. 2 juillet 2012

    […] Bachar el-Assad, en lui promettant le même sort qu’Hitler, Mussolini et Kadhafi (cf. notre édition du 16 novembre 2011). Il y avait eu, en avril, les tirs syriens sur un camp de réfugiés installé en territoire turc, […]

  5. 5 octobre 2012

    […] du chef de l’Etat syrien, auquel il avait promis le même sort que Kadhafi (cf. nos éditions de 16 novembre 2011 et 23 novembre 2011). Par la suite, en avril 2012, deux Syriens et un traducteur turc avaient été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *