À propos d’une intervention turque en Syrie

La Turquie va-t-elle intervenir en Syrie ? La question paraît d’autant moins saugrenue  au premier abord que la répression se poursuit sans faiblir dans un pays où se profile le spectre d’une guerre civile. Par ailleurs, au-delà des raisons de fond qui motiveraient une telle initiative turque, les incidents, qui ont encore tendu les relations entre les deux pays, au cours des derniers jours, semblent indiquer que Damas est en train de taquiner dangereusement la ligne rouge.

Exaspéré par l’attitude du régime baasiste qui cherche à gagner du temps, depuis le début d’une crise qui paraît pourtant interminable, le gouvernement  turc a fort mal pris l’attaque de plusieurs de ses missions diplomatiques en Syrie par des manifestants pro-Assad, il y a une dizaine de jours (cf. notre édition du 16 novembre 2011). Et comme si cela ne suffisait pas, deux bus de pèlerins turcs rentrant de La Mecque le 20 novembre, ont essuyé des coups de feu qui ont fait deux blessés parmi leurs voyageurs. Cette nouvelle provocation a entamé un peu plus la patience du premier ministre turc à l’égard de son ex-ami Bachar el-Assad, en lui offrant l’opportunité de l’apostropher à nouveau, lors de la réunion du groupe parlementaire de l’AKP qui s’est tenue le 22 novembre. Critiquant les déclarations récemment faites par le leader syrien au Sunday Times, selon lesquelles il aurait l’intention de se battre jusqu’au bout, le chef du gouvernement turc s’est écrié à l’adresse du président syrien :

« … mais contre qui vas-tu encore te battre, Assad ? Se battre contre son propre peuple, ce n’est pas de  l’héroïsme mais de la couardise. Si tu veux des exemples d’individus qui ont combattu contre leurs peuples, regarde l’Allemagne nazi, regarde Hitler, ou Mussolini en Italie ou Ceausescu, en Roumanie. Si ces exemples ne te convainquent pas, alors regarde celui du leader libyen tué il y a 32 jours dans des conditions que personne ne souhaite endurer et qui parlait comme tu le fais actuellement. »

La Turquie peut-elle pourtant intervenir en Syrie pour y faire cesser la répression ? Le leader des Frères musulmans syriens a en tout cas récemment incité Ankara à le faire, en estimant qu’une intervention turque serait beaucoup plus acceptable qu’une intervention occidentale «à la libyenne». Il est vrai que le scénario est d’autant plus envisageable que l’intervention projetée serait en fait limitée. Le plan qu’examine actuellement les experts turcs consisterait à instaurer derrière la frontière une «zone tampon» permettant d’accueillir les réfugiés, à  protéger cette enclave en territoire syrien par une exclusion aérienne, et à clore la frontière entre les deux pays afin d’étrangler économiquement le régime de Bachar el-Assad. Cette micro-intervention présente plusieurs avantages. Elle n’engage pas la Turquie dans une aventure militaire incertaine sur l’ensemble du territoire de son voisin et se cantonne à la protection des victimes syriennes de la répression. Toutefois, elle est difficilement concevable sans l’aval de la communauté internationale et notamment du Conseil de sécurité des Nations Unies. Or, la Chine et la Russie ne sont pas disposées à lâcher de la sorte leur allié syrien. Il est en outre difficile à envisager que la création d’une zone d’exclusion aérienne dans la région puisse intervenir sans l’appui logistique et politique de l’OTAN. D’ailleurs, même si l’on parvenait à gagner la Chine et la Russie à un tel projet, on mesure mal l’impact que son application même limitée pourrait avoir sur la région, et l’attitude qui serait celle des alliés traditionnels de Damas (l’Iran et le Hezbollah). Enfin un activisme turc devenu trop important pourrait inquiéter un monde arabe très affaibli par les crises qu’il subit actuellement, et il est probable qu’il perturberait aussi les diplomaties émergentes (Brésil notamment) qui ont jusqu’à présent plutôt apprécié le profil bas d’Ankara à l’égard des interventions internationales dans la région, notamment en Libye.

En tout cas, il ne semble pas que l’hypothèse d’une telle micro-intervention ait été sérieusement au menu des discussions qu’a eues, à la fin de la semaine dernière, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, avec les principaux responsables politiques turcs. Paris entend plutôt favoriser une asphyxie financière progressive du régime syrien et associer la Ligue arabe à une solution de sortie de crise. Il n’en est pas moins vrai que les diplomaties française et turque se trouvent actuellement sur des positions proches. De là à parler d’une embellie franco-turque, il n’y a qu’un pas qu’ont franchi allègrement certains observateurs, en voyant même la France lever, à plus ou moins longue échéance, son véto à la candidature turque à l’UE. Le scénario paraît d’autant plus incertain qu’une telle embellie franco-turque s’est déjà manifestée en 2008, lorsqu’au moment des pourparlers indirects syro-israéliens, la France, la Turquie et le Qatar semblaient vouloir agir de concert pour sortir Damas de son isolement (cf. notre édition du 10 septembre 2008). Cette convergence d’intérêts proche-orientaux n’a pourtant pas eu par la suite les conséquences escomptées par certains sur le dossier européen.

Paradoxalement, au delà de l’émotion provoquée par des retrouvailles apparentes, la venue du ministre français des affaires étrangères a peut-être aussi eu pour effet de rappeler à la Turquie qu’elle n’était pas seule à ambitionner jouer un rôle sur le dossier syrien, et que la France entendait bien également conserver son influence forte dans l’une des zones de prédilection de sa diplomatie. Car, si une intervention turque est actuellement peu probable, elle reste l’une des solutions envisagées, pour le cas où la situation viendrait encore à s’aggraver en Syrie. Et en tout état de cause la simple évocation d’une intervention turque, quels que soit son ampleur et son degré de probabilité, contribue à accroître le prestige de la Turquie dans la région, ce qui ne fait pas que ravir ceux qui pensent aussi devoir y tenir leur rang.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tigou dit :

    Il n’est pas du tout certain qu’une intervention turque augmente son prestige dans le monde arabe, exception faite des islamistes qui, comme en libye, pensent en profiter. L’histoire de la region est faite d’un despotisme turc qui est demeure dans les memoires. Ce que les Turcs vont faire s’est ce qu’il font deja; armer et financer la rebellion syrienne, notamment en utilisant l’argent et les combattants libyens. C’est de cela qu’il a ete question cette semaine lors de la visite de Abdelhakim Belhaj en Turquie; il s’est reuni avec les leaders des combattants syriens et des responsables turcs. En la matiere, la politique de l’AKP n’est en rien differente de celle de Turgut Ozal qui esperait dominer une partie de l’Irak en soutenant les allies durant la premiere guerre du Golfe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *