Dossier du nucléaire iranien : les choix difficiles de la diplomatie turque

Les tensions entre l’Iran et les pays occidentaux embarrassent la Turquie. Depuis le refus turc de voter les sanctions contre Téhéran en juin 2010 (voir notre article du 29 juin 2010), la diplomatie turque mène une politique d’équilibriste qui tente de satisfaire les pays alliés rassemblés au sein de l’OTAN et le voisin iranien devenu un partenaire important de la République kémaliste. Les relations ambiguës qu’entretenaient les deux pays dans le schéma diplomatique  »ni amis, ni ennemis » (J. Marcou) semblaient depuis quelques années se diriger vers une amitié affichée basée sur un renforcement de la coopération politique et économique. En 2010, les échanges économiques entre les deux pays s’élevaient à 7.5 milliards de dollars. Un partenariat que ses promoteurs vouaient à un bel avenir puisque lors d’une rencontre à Téhéran en février 2010, les présidents Abdullah Gül et Mahmoud Ahmadinejad espéraient un triplement de cette somme à l’horizon 2015. Sur le plan énergétique, l’Iran est le deuxième fournisseur en gaz naturel de la Turquie, le premier étant la Russie. Le rapprochement des deux pays s’est également effectué dans une coopération étroite contre les organisations kurdes du PKK et du PJAK, cette dernière étant en lutte contre Téhéran.

Dans ce contexte, la stratégie d’isolement de l’Iran par les pays occidentaux est un problème de taille pour la politique étrangère turque. Comment satisfaire les allies de l’OTAN tout en poursuivant une politique de bon voisinage avec la République islamique, principal fournisseur énergétique d’une Turquie en croissance ?

Le récent rapport de l’AIEA (8 novembre 2011), faisant état d’une possible militarisation du programme nucléaire iranien, met la diplomatie turque dans l’embarras. Le 13 novembre, Ahmet Davutoğlu réclame de l’agence onusienne une clarification de ses allégations tout en appelant Téhéran à répondre sans laisser place aux ambiguïtés : “Les allégations de l’AIEA et les réponses de l’Iran à ces allégations doivent être claires comme du cristal”. Bien que les puissances turques et iraniennes s’opposent dans leurs stratégies pour l’hégémonie régionale (exportation du modele de société, question palestinienne, influence dans le monde musulman), l’idée de frappes préventives contre les installations nucléaires iraniennes est catégoriquement rejetée par Ankara qui met en garde contre un regain de tensions dans la région.

Dans le courant du mois de novembre, l’Iran, avancant le droit de toute nation à se doter de l’energie nucléaire, a offert à ses voisins, et particulièrement à la Turquie, de partager sa technologie du nucléaire civil.

“L’Iran a mis au point des capacités nucléaires très avancées, que nous sommes tout à fait prêts à partager avec (…) des pays voisins et des amis de la région. (…) La Turquie aspire à avoir une installation nucléaire à but énergétique depuis des années. Nous sommes prêts à coopérer avec la Turquie dans ce domaine. »

Ankara s’est empressée de refuser la proposition de Téhéran, évitant ainsi l’ire des pays de l’OTAN et d’une partie de la communauté internationale. La Turquie préfère ainsi l’option russe pour la construction de sa première centrale nucléaire sur la cote méditerranéenne dans la province de Mersin.

Au début du mois de septembre 2011, Ankara espérait sans doute montrer des gages de sa bonne foi envers l’OTAN en acceptant d’accueillir des éléments du bouclier anti-missile sur son sol. Cette décision a rapidement fait réagir les cabinets russe et iranien. Les autorités iraniennes se sont faites entendre par la voix du président de la Commission de politique étrangère et de sécurité nationale du parlement, Alaeddin Boroujerdi, qui a déclaré que « le système de radar ou de missile de l’OTAN en Turquie est en réalité les yeux d’Israël dans la région et cela n’aidera pas la sécurité de la Turquie et des pays de la région ». Fait marquant dans les relations turco-iraniennes, le 27 novembre, le commandant des forces aériennes des Gardiens de la Révolution fait monter la pression en déclarant que l’Iran  »répondra aux menaces par la menace ». En cas d’attaque sur le sol iranien, le général se dit prêt à attaquer le dispositif anti-missile nouvellement déployé sur le territoire turc. En plus de la grandissante opposition d’Ankara et de Téhéran sur le dossier syrien (en témoignent les discussions autour de la création d’une zone tampon au nord de la Syrie sous leadership turc), ces récentes déclarations viennent considérablement refroidir les relations entre les deux pays déjà tiraillées entre hégémonie régionale, (in)dépendance énergétique et pressions internationales.

Crédits photo\ AFP – Adem Altan –


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 février 2012

    […] Walid Belbachir Cet article vous a plu ? Découvrez en d'autres : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *