En Turquie, le sort réservé aux truqueurs de match ébranle l’opinion et divise l’AKP

Le Parlement turc a finalement maintenu, le 10 décembre dernier, un amendement législatif réduisant les peines des individus s’étant rendus coupables de truquage de matchs de football ou de hooliganisme. Le Président Abdullah Gül, qui vient de promulguer ce texte, avait refusé de le faire après sa première adoption, et l’avait renvoyé au Parlement pour une nouvelle lecture, comme la Constitution lui en donne le droit. Les députés n’ont donc pas cédé au Chef de l’État au terme de débats et de polémiques qui ont tenu les devants de la scène politique turque.

Cette affaire est en effet intervenue, alors que depuis l’été, la révélation d’un scandale de matchs truqués, au sein du championnat de football turc, a conduit le président de Fenerbahçe, Aziz Yıldırım, derrière les barreaux où il attend un procès qui devrait s’ouvrir sous peu, tandis que le célèbre club stambouliote a été exclu des Coupes européennes. L’opinion publique a donc directement lié l’amendement voté récemment  par le Parlement à ce scandale et au sort d’Aziz Yıldırım (photo) qui encoure une lourde peine. Elle l’a en outre ressenti comme une nouvelle preuve des liens existant entre les milieux politiques et les grands trusts footballistiques du pays. C’est ce qui a conduit le Président de la République à faire jouer son droit de véto suspensif, une faculté qu’il n’a pourtant que très rarement utilisée (à la différence de son prédécesseur) depuis son élection en 2007. Il faut dire qu’Abdullah Gül est issu du parti qui dispose de la majorité au Parlement et qu’il a donc peu de raisons de s’opposer aux textes adoptés par cette formation.

Mais c’est bien là que le bât blesse, car le Président n’est pas parvenu à convaincre les parlementaires de l’AKP qui ont même reçu en l’occurrence le soutien de leurs collègues du CHP et du MHP, les Kurdes du BDP ayant été les seuls à refuser en bloc de voter pour l’amendement en question. Si cette affaire est paradoxalement parvenue à rassembler des députés de la majorité et de l’opposition, qui actuellement n’arrivent pas à s’entendre pour lancer l’élaboration de la nouvelle constitution, en revanche elle a divisé le parti majoritaire.

En effet, le président du groupe parlementaire AKP, Mustafa Elitaş (photo) a déclaré qu’il respectait la décision du Président de la République mais que le Parlement devait avoir le dernier mot. Chemin faisant Recep Tayyip Erdoğan, qui avait aussi appelé son groupe parlementaire à maintenir l’amendement, n’a pas été unanimement suivi par celui-ci. Près d’un quart de ses députés lui ont apparemment fait faux bond, au moment où le premier ministre, qui a subi le 26 novembre dernier, une opération chirurgicale ayant pour objet l’ablation de polypes aux intestins, était en convalescence. Il n’en a pas fallu plus pour que ces dissensions au sein de l’AKP provoquent un débat sur la perspective de «l’après-Erdoğan». L’actuel chef de gouvernement vient en effet d’entamer sa troisième législature au terme d’une décennie presque de leadership gouvernemental ininterrompu, et légalement il ne peut pas envisager de faire une quatrième législature consécutive.

Les déboires de l’amendement gouvernemental ont ainsi suscité des interrogations sur les clivages internes existant au sein du parti au pouvoir, notamment sur la rivalité qui existerait entre la tendance du premier ministre et celle du  président Gül (qui est réputée proche de la confrérie de Fethullah Gülen), dans la perspective des prochaines élections présidentielles, qui doivent se dérouler pour la première fois au suffrage universel. Recep Tayyip Erdoğan meurt d’envie d’être candidat et il a de fortes chances d’être élu, mais il n’est pas sûr que Abdullah Gül se résigne à laisser sa place, alors même que sa pondération lui a permis d’acquérir un certain capital de sympathie au sein de l’opinion.

On ne sait pourtant toujours pas quand l’élection présidentielle aura lieu. En effet les amendements constitutionnels qui ont établi, en 2007, l’élection du président au suffrage universel direct et réduit le mandat présidentiel de 7 à 5 ans, sont intervenus alors même qu’Abdullah Gül avait commencé son septennat (cf. notre édition du 17 octobre 2007). Théoriquement, le fait que cette révision constitutionnelle n’ait énoncé aucune disposition transitoire écourtant le mandat présidentiel en cours, conduit à conclure que le président en exercice doit aller au terme de son mandat qui échoit en 2014 (cf. notre édition du 22 février 2010). Mais cette opinion ne fait pas l’unanimité, et l’opposition, notamment, pressée d’en découdre, demande que la prochaine présidentielle ait lieu dès 2012.

Toutefois, le vice-premier ministre Bekir Bozdağ (photo) a affirmé, au moment même où l’affaire de l’amendement réduisant les peines des auteurs de matchs truqués faisait rage, que selon lui le mandat du Président Gül ne devait pas être écourté et courir jusqu’à 2014. Pour certains chroniqueurs, cette prise de position et le consentement au septennat de Gül aurait été une concession faite par les parlementaires de l’AKP pour inciter le Président en exercice à faire contre mauvaise fortune bon cœur et à ne pas critiquer plus leur obstination à montrer de la mansuétude envers les tricheurs. L’opinion est néanmoins contestable car Bekir Bozdağ avait déjà dit auparavant sa conviction que le mandat du Président devait aller jusqu’à son terme.

En tout état de cause, cette affaire a secoué l’AKP pendant plusieurs jours et de nombreuses protestations ont été observées sur le net. Toutefois, il serait un peu téméraire d’affirmer que les dissensions vécues, ces derniers jours, par le parti majoritaire, sont les signes annonciateurs d’une scission.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 mars 2012

    […] Abdullah Gül ayant refusé de promulguer ce texte dans un premier temps (cf. notre édition du 17 décembre 2012). À tout cela s’ajoutent les rafles régulières effectuées dans le cadre de l’enquête sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *