Les Turcs indifférents à l’élection américaine

À l’heure où le monde entier a les yeux rivés sur l’élection qui doit se dérouler aux Etats-Unis, les Turcs ne semblent guère se passionner pour la campagne qui oppose Barack Obama à John McCain. À la différence des spécialistes qui suivent traditionnellement de près un scrutin de dimension mondiale, l’opinion publique turque ne paraît pas porter de réel intérêt à la présidentielle américaine, et les sondages indiquent qu’il y a une quasi-indifférence pour la question, même si l’on dénote, chez les personnes qui se sentent concernées, l’existence d’un net soutien au candidat démocrate.

Les résultats d’un sondage réalisé par l’Institut Gallup dans 70 pays sont analysés par le quotidien anglophone Turkish Daily News, dans un article paru sur son site internet, le 23 octobre dernier. On apprend que 22% des Turcs interrogées déclarent apporter leur soutien au sénateur de l’Illinois, tandis que seulement 8% d’entre eux souhaitent voir John McCain accéder à la Maison Blanche. Cela montre que l’effet Obama a atteint la Turquie, mais ne parvient pas à faire oublier que 70% des sondés déclarent ne pas éprouver le besoin de faire un choix. Selon la professeure Nilüfer Narlı, chef du département de sociologie à l’Université Bahçeşehir, la principale raison de ce désintérêt pour l’élection présidentielle américaine est la perception négative qu’ont les Turcs des Etats-Unis.

« Il y a un climat général de méfiance envers les Etats-Unis. Il semble que les Turcs pensent que, quel que soit le candidat élu, rien ne changera. C’est une perception pessimiste », a confié Nilüfer Narlı au Turkish Daily News.

Pour le professeur Hüseyin Bağcı, du département des relations internationales de l’Université technique du Moyen-Orient, la façon dont sont perçus actuellement les deux candidats est intimement liée à ce que représente et véhicule habituellement leurs courants politiques respectifs.

« Les décideurs de la politique étrangère turque ont toujours relayé l’idée que, quand les Républicains sont au pouvoir, cela est bénéfique à la Turquie. Il s’agit d’un paradigme hérité de la guerre froide. La Turquie a besoin, pour sa sécurité, d’armement, de soutien et de renseignements contre le PKK… Ce que les Républicains fournissent en général. Les Démocrates, quant à eux, sont connus pour mettre l’accent sur les droits de l’homme et les droits des minorités », a déclaré le Professeur Bağcı, évoquant un point délicat sur laquelle les Turcs supportent mal les remontrances. « De plus », a-t-il ajouté, «les Démocrates sont toujours associés à des politiques de gauche en Turquie, pays où la droite a gouverné la majeure partie du temps… ». Il estime que l’idée selon laquelle Obama n’aurait qu’un faible soutien des milieux étudiantx ne paraît pas pertinente : « Je me suis récemment rendu à Kırıkkale où 85% des étudiants rencontrés soutenaient Obama. Mes propres étudiants sont d’ailleurs sur les mêmes positions.»

Pour Nilüfer Narlı, le fait que Barack Obama ne soit pas le WASP typique, et que son père soit un musulman kenyan sont deux facteurs qui jouent un rôle essentiel dans la sympathie dont il dispose dans les pays africains ou arabes.

« Dans les pays africains et arabes, il y a une croyance qui présente Obama comme un facteur de changement dans la politique américaine mais aussi mondiale. En Turquie, la sympathie pour le candidat démocrate existe également. Toutefois, ses déclarations contradictoires sur les revendications arméniennes concernant le génocide et ses positions peu claires sur la guerre en Irak dérangent les Turcs»,

a précisé la spécialiste de l’Université de Bahçeşehir. Le candidat démocrate a en effet annoncé en janvier dernier qu’il souhaitait que les massacres de 1915 soient officiellement qualifiés de «génocide» par les Etats-Unis, ce que la Turquie conteste comme on le sait.

Si le rapport de l’institut Gallup n’apporte que peu d’explications sur les raisons des tendances observées à propos de l’élection américaine en Turquie, de nombreux analystes affirment que la plupart des observateurs de la vie politique américaine et mondiale voient dans John McCain l’héritier de George W. Bush, président actuel au bilan plus que critiqué. Celui-ci demeure d’ailleurs fortement impopulaire, en Turquie, principalement à cause de l’engagement américain en Irak. Cependant, le gouvernement de l’AKP n’a jamais vraiment été en froid avec Washington, excepté sur ce dossier, et il faut rappeler que le président Bush a toujours soutenu l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Le dernier incident à déplorer entre les deux pays concerne l’application convention de Montreux qui régit le droit de passage dans les détroits turcs (Bosphore et Dardanelles). En aout dernier, lors du conflit géorgien, la Turquie avait en effet refusé de laisser passer trois bâtiments militaires américains qui ne respectaient pas le tonnage autorisé (voir notre édition du 25 août 2008).

Le faible engouement pour la campagne présidentielle américaine apparaît un peu comme une exception turque, quand on observe ce qui se passe dans la plupart des pays européens. En effet, l’étude conduite par Gallup dévoile notamment que 64% des Français soutiennent Obama, et que, même dans les Etats baltes, qui sont habituellement plutôt favorables aux Républicains, le candidat démocrate possède une avance confortable. Dans certains pays africains comme le Kenya ou l’Ouganda, la côte de popularité de Barack Obama dépasse 80%. Les derniers sondages réalisés aux Etats-Unis par ce même institut le donne vainqueur à une large majorité. Pourtant s’il est élu le 4 novembre prochain, il devra se montrer habile sur les dossiers sensibles pour convaincre la Turquie. Etant donné la forte impopularité de la première puissance mondiale dans cette région du globe, les Turcs ne se laisseront pas séduire facilement, et Barack Obama aura sans doute fort à faire pour gommer les effets néfastes du double mandat de son prédécesseur.
Bastien Alex


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *