Le bilan 2011 de la politique intérieure turque

Comme chaque année, le Blog de l’OVIPOT vous propose une rétrospective des politiques intérieure, étrangère et européenne de la Turquie. Année électorale, 2011 a vu la troisième victoire consécutive de l’AKP à des élections législatives et la poursuite du miracle économique turc, mais ces développements flatteurs ne sont pas exempts d’interrogations pour l’avenir qui concernent l’évolution du régime politique turc, les risques de concentration du pouvoir et toujours la question kurde…

La permanence du problème kurde

L’année 2011 s’est mal terminée en Turquie : le 28 décembre, des F16 de l’armée de l’air ont bombardé par erreur un groupe de villageois qui faisaient de la contrebande, en les confondant avec des rebelles du PKK (cf. notre édition du 31 décembre 2011). Quelles qu’en soient les causes (erreur, négligence…), le drame d’Uludere, qui a fait 35 morts, est venu rappeler que la question kurde reste le premier problème politique de la Turquie contemporaine. L’année qui vient de s’écouler a vu, en effet, la situation se détériorer dans les départements du sud-est du pays. Faut-il rappeler qu’au cours de l’été et de l’automne 2011, les embuscades, attentats ou bavures diverses, que connaît en permanence cette région, ont fait en moyenne, chaque semaine, une dizaine de victimes civiles, militaires ou rebelles. Certains développements, comme par exemple les attaques de Silvan, en juillet (cf. notre édition du 18 juillet 2011), ou celle de Hakkari (cf. notre édition du 22 octobre 2011), en octobre, particulièrement meurtrières pour l’armée turque, ont montré le regain d’activisme d’une guérilla kurde que les médias disaient pourtant en perte de vitesse.

Cet accroissement de la violence s’est nourri en outre d’une régression des perspectives de solution politique. De façon significative, bien qu’ils aient augmenté sensiblement leur représentation au sein du parlement à l’occasion des dernières élections, les députés kurdes du BDP ont eu du mal à trouver leur place dans cette nouvelle enceinte qu’ils ont boycottée jusqu’à l’automne. Il faut dire que, ces derniers mois, les poursuites judiciaires et les vagues d’arrestations ont frappé de plus en plus les organisations et associations kurdes. L’interminable enquête du KCK, qui, en novembre dernier, a même conduit en prison des intellectuels turcs éminents comme Ragıp Zarakolu ou Büşra Ersanlı, contredit les déclarations du gouvernement qui continue de promettre une solution politique et qui tente depuis l’automne de développer une approche moins répressive de la lutte contre la guérilla du PKK. Il faut dire que sur le terrain politique, les positions politiques semblent beaucoup plus éloignées qu’il y a deux ans, à l’époque de «l’ouverture démocratique». L’année 2011 a vu se développer dans le sud-est des campagnes de désobéissances civiles. En juillet dernier, la déclaration du DTK prônant «l’autonomie démocratique du peuple kurde sur la base du concept de patrie commune» a crispé un peu plus la situation, le gouvernement la considérant comme une menace pour l’intégrité de l’Etat, instrumentalisée par le PKK. La récente déclaration de Leyla Zana, estimant que l’autonomie ne va pas assez loin et souhaitant la tenue d’un référendum «à la québécoise» sur l’indépendance, même si elle a été tempérée par les dirigeants du BDP qui ont rappelé que les Kurdes ne voulaient pas d’un Etat séparé, illustre le divorce qui se noue petit-à-petit entre le gouvernement et les multiples organisations et personnalités kurdes. Enfin, les séismes de Van, qui ont fait plus de 600 victimes en octobre-novembre dernier et qui ont donné lieu à un élan de solidarité nationale, ont de nouveau mis en exergue les écarts de développement régionaux qui persistent dans le pays.

Les succès économiques et politiques de l’AKP

La situation difficile que continue de vivre le sud-est du pays contraste toutefois avec sa situation économique globale. En 2011, la Turquie a continué à enregistrer des résultats spectaculaires. Avec 11% au premier semestre 2011, sa croissance a devancé celle de la Chine. Étant passé sous le seuil de 9%, son taux de chômage est désormais inférieur à celui de nombreux pays de l’UE dont la France, tandis que ses exportations enregistraient un record historique en augmentant de 18,2% au cours de l’année. À la différence d’autres économies émergentes, la Turquie a peu pâti (pour l’instant) de la crise de la zone Euro. Seule ombre au tableau : l’inflation qui se situait à son plus bas niveau depuis 40 ans en début d’année, et qui s’est emballée dans les derniers mois de 2011, pour atteindre le taux inégalé depuis 2008 de 10,47%.

Ce bilan économique néanmoins flatteur a favorisé une nouvelle victoire de l’AKP, lors des élections législatives du 11 juin 2011. Près d’un Turc sur deux a voté pour le parti de Recep Tayyip Erdoğan (49,9%), tandis que le CHP en dépit du renouveau tenté par son nouveau leader, Kemal Kılıçdaroğlu et d’un sursaut qui lui a permis de passer la barre des 25%, ne parvenait pas à se poser en alternative politique crédible (cf. notre édition du 13 juin 2011). Tout au long de la campagne, l’AKP a «surfé» sur ses acquis économiques, promettant aux Turcs, outre la construction d’un canal pour désengorger le Bosphore et la réalisation d’autres grands projets, le doublement du PIB per capita à l’horizon 2023 (année de célébration du centenaire de la proclamation de la République) (cf. notre édition du 11 mai 2011). Après celui de juillet 2007, le nouveau raz-de-marée électoral de 2011 n’a pourtant pas été exempt de frustrations pour le parti gouvernemental, car il ne lui a pas donné la majorité renforcée des deux tiers, lui permettant de conduire seul des réformes constitutionnelles (cf. notre édition du 14 juin 2011). Cette situation compromet d’emblée le projet de nouvelle constitution, qui a été également le grand thème de la campagne électorale, et qui pourrait bien connaître un sort similaire à celui de «la Constitution civile», discutée pendant les premiers mois de la législature précédente, avant de sombrer dans le cours tumultueux de la vie politique turque.

Le projet de nouvelle constitution et l’hypothèse d’une présidentialisation du régime politique turc

Pourtant, la question constitutionnelle concerne non seulement le règlement politique du problème kurde, que nous évoquions précédemment, mais aussi plus généralement l’avenir de la démocratie turque. En tout état de cause, l’enjeu constitutionnel sera à l’ordre du jour de la nouvelle législature, car celle-ci permettra au moins de mesurer la portée des révisions constitutionnelles conduites, au cours du précédent mandat de l’AKP. En octobre 2007, en effet, un référendum a approuvé la réduction de 7 à 5 ans du mandat du président de la République et prévu son élection par le peuple. Alors qu’on s’interroge toujours sur la durée du mandat actuel d’Abdullah Gül, mais qu’il semble probable que la première élection présidentielle au suffrage universel en Turquie ne devrait pas intervenir avant 2014, les supputations vont bon train sur les changements politiques que pourrait provoquer cette réforme (cf. notre édition du 19 décembre 2011). L’hypothèse d’une dérive du système parlementaire moniste actuel vers un système semi-présidentiel «à la française», dans le cas où le leader de l’AKP serait élu au sommet de l’Etat, fait craindre un accroissement de la concentration du pouvoir, observée au cours de la précédente législature. L’année qui vient de s’écouler a été marquée par un nouveau recul de l’armée. Alors que près de 10% de ses généraux sont engluées dans des procès pour complots quand ils ne sont pas carrément écroués, l’état-major a démissionné collectivement fin juillet 2011, permettant à Recep Tayyip Erdoğan de présider seul le Conseil militaire suprême, au début du mois d’août, et d’influer ainsi fortement sur la désignation du nouveau commandement suprême de l’armée turque dont le rôle politique est désormais limité (cf. nos éditions des 30 juillet, 3 août, 6 août, 28 août et 30 août 2011).

Des inquiétudes concernant les libertés publiques

Toutefois, on peut se demander si ce nouveau recul de l’armée consacre un réel processus de démilitarisation favorisant un développement de la démocratie et de l’Etat de droit, ou s’il ne signifie pas la conquête par le parti majoritaire du pouvoir d’Etat. Et cela d’autant plus que l’année 2011 a vu se renforcer l’emprise du gouvernement sur la justice, du fait de la révision constitutionnelle de septembre 2010. Dans un tel contexte, il est à redouter que les procès pour complot (Ergenekon, Balyoz…), qui initialement étaient orientés contre «l’Etat profond», ne deviennent de plus en plus les offensives qu’une force politique dominante, confortée par un appareil d’Etat rénové, entreprendra pour intimider les secteurs de la société qui lui résistent. La 18e vague d’arrestations de l’enquête Ergenekon, qui a conduit les journalistes Ahmet Şık et Nedim Şener en prison, sonne à cet égard comme une alerte (cf. notre édition du 6 mars 2011). Quand on se souvient que le général Küçük, figure emblématique de l’Etat profond en Turquie, avait été la figure de proue de la première vague d’arrestations d’Ergenekon en janvier 2008 (cf. notre édition du 25 janvier 2008), on mesure que le chemin parcouru en 4 ans ne l’a pas toujours été dans le bon sens… Force est de constater qu’en 2011, les arrestations de journalistes ont presque autant fait la une de l’actualité en Turquie que les arrestations de militaires. La liberté d’expression n’a certes pas disparu mais certains se demandent si elle n’a pas tendance à s’émousser, en tout cas à être moins effective aujourd’hui que ce qu’elle a pu être au cours des dernières années.

Que l’armée, la police, et l’administration publique soit enfin sous l’autorité d’un gouvernement civil représentant le peuple, n’a certes en soi rien de choquant. Mais,  il ne faut pas oublier qu’en Turquie, la démocratisation est encore dans une phase de transition, que la culture politique qui l’accompagne n’a pas non plus atteint un seuil de maturité accompli, et que la société civile en dépit de sa vitalité reste fragile et n’est pas toujours en mesure, par sa seule présence, de dissuader le pouvoir de commettre des abus. L’affaire des matches de football arrangés qui a conduit à l’incarcération du président du club de Fenerbahçe, Aziz Yıldırım, et la réforme des peines applicables aux tricheurs qui a suivi, ont en outre ravivé la crainte d’une collusion entre une partie de la classe politique et certains milieux d’affaires (cf. notre édition du 17 décembre 2011). Dans ce cadre, on peut craindre que l’avènement d’un système semi-présidentiel ne contribue pas à conforter les acquis démocratiques et les changements politiques qu’a connus ce pays au cours de la dernière décennie. Cette crainte serait encore plus justifiée, si cette tendance à la présidentialisation du régime devait se doubler d’un jeu de chaise musicale «à la russe» au sommet de l’Etat, qui verrait à partir de 2014, Abdullah Gül et Recep Tayyip Erdoğan échanger leurs fonctions, comme le pronostiquent, déjà, un certain nombre de commentateurs de la presse turque.

Une nouvelle phase politique…

La dynamique du changement politique ne paraît pourtant pas tarie en Turquie. La bonne tenue des récentes élections le prouve. En dépit de certains débordements, la campagne électorale a probablement été d’un meilleur niveau que celle de 2007, qui avait été dominée par une polarisation manichéenne opposant le camp laïque au gouvernement de l’AKP. Les manifestations symboliques comme celle du premier mai ou celle commémorant le 24 avril 1915, les cérémonies religieuses du monastère de Sumela ou de l’église d’Aktamar, tous ces événements qui avaient marqué l’année 2010, se sont reproduits en 2011. Enfin, si le gouvernement turc n’a pas changé de position en ce qui concerne le génocide arménien, comme l’a montré la récente brouille avec la France occasionnée par l’adoption d’une proposition de loi pénalisant la négation des génocides par l’Assemblée nationale, il a levé un tabou de taille de l’histoire officielle turque, en reconnaissant la responsabilité de l’Etat turc dans les massacres de Dersim et en présentant les excuses de la République (cf. nos éditions des 25 et 27 novembre 2011). Que ce geste ait pu être guidé par la recherche de bénéfices politiques immédiats n’enlève rien à sa valeur et surtout aux potentialités qu’il peut avoir. Pourtant, comme toutes les initiatives spectaculaires prises par l’AKP au cours des dernières années, il amène à s’interroger sur la réalité du changement survenu en Turquie et son avenir. En cette année 2011, alors qu’une nouvelle législature commence, ce pays semble s’engager dans une phase nouvelle où l’attrait du changement est encore présent mais où la tentation de faire prévaloir de vieilles recettes est loin d’être de l’histoire ancienne. L’avenir du système politique turc est d’autant plus important que l’année écoulée, et notamment les printemps arabes, ont montré qu’il était très observé désormais dans la région, voire présenté par certains comme un modèle… mais ceci est une autre histoire que nous aborderons prochainement dans «le bilan 2011 de la politique étrangère turque». Pour l’heure, je profite de l’occasion qui m’est offerte, pour présenter, à tous nos lecteurs, mes meilleurs vœux pour l’année 2012.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 8 février 2012

    […] URL=Le bilan 2011 de la politique intérieure turque, par Jean Marcou […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *