Les dessous de la réconciliation turco-iranienne

Un navire de la marine iranienne tire un missile Mehrab dans le détroit d’Ormuz, le 1er janvier 2012. AFP/Ebrahim Noroozi

Ce mois de janvier est celui de la réconciliation entre la Turquie et l’Iran. Après une fin d’année difficile (voir notre édition du 15 décembre), les relations se réchauffent entre les deux pays. En visite à Téhéran début janvier 2012, Ahmet Davutoğlu a affirmé que les éléments du bouclier anti-missile récemment installés sur le territoire turc sont purement défensifs et ne seront pas utilisés contre un voisin de la Turquie. Le chef de la diplomatie turque a aussi tenu à rassurer Téhéran en déclarant que le sol turc ne pourra pas servir de base à une intervention militaire contre l’Iran. Ankara a enfin offert sa médiation dans le dossier du nucléaire iranien. Les prochaines négociations entre Téhéran et le conseil de sécurité pourraient ainsi se tenir à Istanbul. La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, s’est montrée favorable à cette initiative.

Pour Téhéran, quels sont les bénéfices tirés de la réconciliation turco-iranienne ?

Sur le plan diplomatique, l’Iran ne peut se passer de la médiation turque. Le dernier rapport de l’AIEA (8 novembre 2011) faisant état d’une possible militarisation du programme nucléaire iranien avait marqué l’arrêt des négociations entre Téhéran et la communauté internationale, isolant davantage la République islamique. La brouille entre Téhéran et Ankara notamment au sujet du bouclier anti-missile – un responsable iranien avait déclaré que ces installations militaires sur le territoire turc seraient visées en cas d’attaques sur le sol iranien – pouvait faire perdre à l’Iran le soutien d’un acteur important dans son bras de fer avec une partie de la communauté internationale. Sur le plan stratégique, la mise en œuvre de sanctions contre les exportations d’hydrocarbures iraniens ne laissait rien présager de bon pour Téhéran. D’autant que l’Arabie Saoudite s’est engagée à augmenter ses exportations de pétrole pour continuer à fournir les pays dépendants des ressources énergétiques iraniennes, comme la Grèce et l’Italie. L’Iran a répondu à ces pressions en brandissant la menace d’une fermeture du détroit d’Ormuz, par lequel transite 30 à 40% du trafic maritime pétrole mondial. Un scénario qui n’aurait pour autre conséquence de provoquer un conflit ouvert qui n’est certainement pas dans l’intérêt de Téhéran. Cette montée des tensions durant le mois de décembre 2011 témoignait d’une perte de contrôle de la situation par l’Iran qui s’engageait vers une voie de plus en plus incertaine et dangereuse, compromettant même sa propre sécurité. La Turquie est ainsi venue au secours du régime iranien en lui apportant un soutien diplomatique fort. L’affirmation de l’amitié turco-iranienne et l’organisation de nouvelles négociations à Istanbul entre Téhéran et le conseil de sécurité offrent un répit essentiel à l’Iran.

En concurrence avec Téhéran pour l’hégémonie régionale, pourquoi la Turquie a-t-elle soutenu son rival en situation difficile ?

Pour la Turquie, les bénéfices de cette réconciliation avec l’Iran sont nombreux. La diplomatie turque se pose, ici encore, en acteur régional incontournable. La démarche d’Ankara a permis à la Turquie de renouer de bonnes relations avec le voisin iranien (son principal fournisseur énergétique), d’accroitre son influence auprès des pays occidentaux, et surtout d’éviter une déstabilisation générale due à l’acculement de l’Iran. C’est là la principale raison de l’action diplomatique turque. Une pressurisation excessive du régime de Téhéran risquerait, comme les tensions dans le détroit d’Ormuz le montrent, de provoquer un embrasement régional avec des conséquences certaines pour les intérêts turcs. Il s’agit donc pour la Turquie d’éviter que l’Iran soit obligée de faire le choix de la confrontation et bouleverse ainsi une situation régionale dans laquelle Ankara tente d’affirmer peu à peu son leadership.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *