L’impasse syrienne inquiète la Turquie

La Turquie a confirmé, le 20 mars 2012, qu’elle n’a l’intention ni d’établir une zone tampon en Syrie, ni de fermer son ambassade à Damas. Alors que, ces derniers jours, les réfugiés sont nombreux à passer la frontière turque pour échapper à la répression qui tente d’avoir raison des foyers de résistance au régime de Bachar el-Assad, l’option d’une zone tampon a été pourtant de nouveau évoquée, à plusieurs reprises, la semaine dernière, par des officiels turcs.

Plus de 16 000 personnes seraient actuellement réfugiées en Turquie et le Croissant rouge travaillerait sur l’hypothèse d’un afflux d’un demi-million de Syriens. Si un tel scénario ne semble pas imminent, la situation est plus que jamais dans une impasse. Le régime de Damas reste indifférent aux réactions de la communauté internationale, et la Turquie, avec ses 800 km de frontières communes avec la Syrie, se retrouve en première ligne d’une crise qui sombre de plus en plus dans la guerre civile. Le gel des relations et des échanges entre les deux pays compromet en outre le développement des provinces du sud-est de la Turquie, qui craint par ailleurs que Damas n’essaye d’instrumentaliser la question kurde à son profit.

C’est donc sans grand enthousiasme que le gouvernement turc accueillera la deuxième «réunion des amis de la Syrie», qui doit avoir lieu au début du mois d’avril prochain.  Actuellement, le problème est en effet moins de convaincre la communauté internationale de condamner le régime de Bachar el-Assad, que de trouver le moyen de lever les vétos russe et chinois à une intervention internationale. Une entreprise d’autant plus difficile que Moscou et Pékin se considèrent comme les grands perdants de la résolution 1973 à laquelle elles ont consenti, il y a un an, et qui a permis une intervention internationale en Libye. Dès lors, elles ne paraissent pas prêtes à accepter que le Conseil de sécurité condamne l’attitude de leur allié syrien. Et, il y a une dizaine de jours, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré qu’il ne permettrait pas «d’immixtion grossière dans les affaires intérieures» de la Syrie.

Aucune intervention extérieure pour résoudre la crise syrienne, même légère, comme la mise en place d’une zone tampon ou l’ouverture de couloirs humanitaires, ne paraît donc possible sans un minimum de légitimité internationale. D’où l’idée qui semble avoir le vent en poupe à Ankara qu’il faut désormais s’employer à travailler la Russie au corps pour obtenir de sa part un changement de position, qui pourrait emporter aussi l’assentiment de la Chine. Les positions prises récemment par Sergueï Lavrov et notamment l’accueil favorable qu’il a réservé au plan Annan pour la Syrie, laissent espérer, à la diplomatie turque, que le refus russe n’est pas insurmontable. Les Russes viennent en effet d’affirmer qu’ils pourraient aller jusqu’à soutenir une résolution au Conseil de sécurité, à condition que celle-ci ne comporte pas d’ultimatum à l’égard du régime de Bachar el-Assad et qu’elle s’attache à promouvoir un accord entre les différents protagonistes syriens. Plus qu’une manœuvre dilatoire de la Russie, cette «ouverture» pourrait être la conséquence d’un affaiblissement du régime de Damas dont témoigneraient les récentes défections de généraux syriens, qui sont désormais une dizaine à avoir rallié la contestation, et la survenance de manifestations dans certains quartiers de Damas où il n’y en avait jamais eu…

La Russie se prépare-t-elle à négocier une transition politique qui serait inéluctable en Syrie ? Rien n’est moins sûr, mais certains pensent qu’il faut s’employer en tout état de cause à rassurer Moscou en redonnant à la crise syrienne une dimension avant tout régionale et en évitant de s’aligner sur les positions occidentales. Cette posture serait de nature à convaincre Moscou que ses positions en Syrie, notamment le fameux port de Tartus, seraient préservées dans le cas où un changement de régime interviendrait à Damas. Il reste que la marge de manœuvre turque est très étroite, car la Russie sait pertinemment qu’un véritable soutien de sa part à une formule de transition même ménageant le régime baasiste, risquerait de provoquer la chute de celui-ci, et pourrait donc lui faire perdre son dernier accès aux mers chaudes.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *