Relations Turquie-Iran : entre l’idéalisme du bon voisinage et la réalité des rapports de force.

De retour en Turquie, après deux jours de visite officielle en Iran, Recep Tayyip Erdoğan a cherché, vendredi 30 mars, à valoriser les résultats d’un déplacement qui a suscité dans l’ensemble des commentaires plutôt mitigés (cf.notre édition du 30 mars 2012). Tant sur le dossier nucléaire que sur la crise syrienne, les propos du premier ministre ont certes retrouvé parfois les accents néo-tiers-mondistes qui avaient dominé les initiatives diplomatiques turques les plus marquantes de l’année 2010, notamment le traité tripartite Iran-Brésil-Turquie du 17 mai. Mais la tonalité de cette musique d’une autre époque ne sonne plus très juste, dans un contexte régional qui, depuis le début du printemps arabe, a radicalement changé…

Sur le dossier nucléaire, pendant son séjour, on sait que Recep Tayyip Erdoğan a dit «soutenir la position de l’Iran» et qu’il s’est même vu décerner un satisfecit par le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, qui a salué la position «claire et franche de la Turquie». Vendredi, le leader turc est revenu sur l’entretien qu’il a eu avec Ali Khamenei, en expliquant que ce dernier, invoquant des raisons religieuses et financières,  lui avait confirmé que le programme nucléaire iranien n’avait pas d’objectif militaire. Insistant sur la respectabilité et la crédibilité du guide suprême, le premier ministre turc s’est dit convaincu par la sincérité de son engagement.

Ces propos courtois auront pourtant du mal à dissiper la méfiance que la continuation du programme nucléaire iranien a instillé, depuis deux ans, dans la relation entre les deux pays. À cette déclaration iranienne pour des Turcs incrédules, ces derniers ont répondu d’ailleurs par une affirmation du même genre, pour expliquer leur participation au bouclier antimissile américain et l’installation du radar de Kürecik. Si bien que l’on peut douter que cet autre engagement ait convaincu des Iraniens pas moins crédules. Tout le monde l’aura donc compris : pas plus qu’il n’y a de programme nucléaire militaire iranien, il n’y a de radar en Turquie dirigé contre la république islamique. En somme, continuer à dire que l’on a «zéro problème avec ses voisins» reste tout à fait possible, dès lors que l’on ne pas perd de vue la réalité bien comprise qui est celle des rapports de force.

Mais ce grand écart diplomatique est apparu plus spectaculaire encore, lorsque Recep Tayyip Erdoğan a évoqué les discussions qu’il avait eues, en Iran, à propos de la crise syrienne. Car, là encore, selon le premier ministre turc, les deux pays sont a priori complètement d’accord. «J’ai parlé de la Syrie avec Mahmoud Ahmedinejad. Nous n’avons pas une approche différente de la question. Il veut aussi en finir», a déclaré le chef de gouvernement turc, avant d’expliquer qu’il a discuté avec ses hôtes iraniens de l’organisation d’élections libres en Syrie ; un projet d’autant plus hasardeux que la convocation par le régime de Damas d’élections législatives pour le 7 mai prochain, est apparue comme «une farce», tant à l’opposition syrienne qu’à la communauté internationale. Si l’entreprise devait néanmoins se confirmer, il reviendrait à l’Iran de convaincre Bachar el-Assad d’organiser cette consultation dans les 6 mois, et à la Turquie d’amener l’opposition syrienne à accepter de participer à des élections convoquées par le régime baasiste… Recep Tayyip Erdoğan s’est dit confiant sur les chances de surmonter tous ces obstacles. L’important étant, selon lui, que l’on soit d’accord sur le principe de l’élection, et sur le refus de toute intervention extérieure dans la crise syrienne. Car, a-t-il conclu, «il ne peut y avoir de second syndrome libyen.»

Il reste à savoir si ce projet électoral sera pris en compte, lors de la deuxième conférence des «Amis de la Syrie», qui doit se tenir le 1er avril 2012, à Istanbul, et à laquelle, l’Iran, à la différence de la Russie et de la Chine (qui ne viendront pas d’ailleurs), n’a pas été invité…  À l’heure où l’on ne sait toujours pas comment se positionnera cette conférence à l’égard des récentes propositions du plan Annan sur la Syrie, la position turque émanant de la rencontre Obama-Erdoğan à Séoul, puis perturbée par les récentes digressions iraniennes que nous évoquions précédemment,  reste toujours aussi délicate à cerner. Depuis sa visite à Téhéran, Ahmet Davutoğlu a en effet affirmé que les solutions à la crise syrienne qui raisonnent sur la base d’un maintien de Bachar el-Assad au pouvoir ne sont pas «réalistes». Et lors d’une interview télévisée, le chef de la diplomatie turque a même déclaré :

«Comment l’Iran ou tout autre pays peuvent-ils encore soutenir le régime de Bachar el-Assad, alors que même les Etats-Unis ont du renoncer à apporter leur appui aux régimes autoritaires d’Amérique latine ? Aucune aide extérieure ne peut sauver le régime syrien comme l’aide américaine n’a pu sauver le régime du Shah face à un peuple en révolte.»

Des propos qui seront sans doute appréciés à Téhéran…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *