De Chine, Recep Tayyip Erdoğan adresse une sévère mise en garde à Damas

La situation s’est brusquement détériorée en Syrie. Il faut dire que le régime de Damas a entrepris de démontrer à la communauté internationale qu’une dictature peut résister à la plus déterminée des révolutions, en exterminant jusqu’au dernier de ses opposants. Plusieurs milliers de réfugiés ont afflué ces derniers jours à la frontière turque, et les tirs des troupes syriennes ont même frappé hier un camp de réfugiés en territoire turc.

De Chine où il effectue une visite officielle de plusieurs jours, Recep Tayyip Erdoğan a vivement condamné ces derniers développements de la répression, en adressant une très sévère mise en garde au régime de Damas. Alors qu’il y a quelques jours, il avait déjà évoqué la possibilité de prendre des «mesures appropriées», si les violences se poursuivaient, à l’issue des délais impartis, par le plan Annan, aux troupes syriennes, pour se retirer des villes qu’elles répriment, le premier ministre à cette fois été particulièrement ferme. Insistant sur la violation de la frontière turque par les tirs des troupes syriennes, il a déclaré :

« Que doit faire la Turquie face à une telle violation de sa frontière ? La Turquie fera le cas échéant ce que les autres pays font dans le cadre du droit international. Notre droit est à cet égard reconnu par le droit international. »

Recep Tayyip Erdoğan a insisté, par ailleurs, sur le devoir qu’avait son pays d’accueillir les Syriens qui cherchent actuellement à échapper à la répression, qui fait rage :

«Vous voyez comment ces gens s’enfuient actuellement grâce à des reportages télévisés.  Ils ne fuient pas par pure fantaisie, mais ils cherchent à échapper à la mort. Vous ne pouvez pas fermer votre porte à ces personnes.»

Ce faisant, saisissant l’opportunité de son séjour en Chine, le chef du gouvernement turc s’est employé à réduire l’impression d’isolement que donne la Turquie dans la région face à une Syrie soutenue par Téhéran, Moscou et Pékin. Il a tenu d’ailleurs à faire comprendre la gravité de la situation à  ses hôtes chinois en renvoyant son ministre des affaires étrangères en Turquie, dès aujourd’hui. Il est vrai que la Chine et la Russie expriment désormais une certaine inquiétude à l’égard du tour particulièrement violent qu’ont pris les derniers développements de la répression syrienne, et des risques que présente cette situation pour la stabilité régionale. Toutefois, si Pékin a exprimé «sa préoccupation» de façon relativement neutre, Moscou vient de demander «aux pays qui ont de l’influence sur l’opposition politique et militaire» syrienne d’en «user afin de faire respecter le cessez-le-feu prévu par le plan Annan.» C’est une manière de voir les choses qui n’augure rien de bon. Cette demande intervient au moment même où le ministre syrien des affaires étrangères affirme que les troupes syriennes ont commencé à mettre en œuvre ledit plan, en se retirant de certaines villes. Mais cette affirmation est contredite par des observateurs de l’opposition syrienne, qui déclarent qu’aucun retrait significatif n’a pour l’instant commencé.

Zone tampon, couloirs humanitaires ? Que peut faire la Turquie dans la situation présente ? Le journal Zaman (proche du gouvernement turc) estimait, ce matin, qu’Ankara pourrait faire valoir les dispositions de l’accord d’Adana du 20 octobre 1998, qui avait alors voulu prévenir un conflit armé entre la Syrie et la Turquie. L’article premier de cet accord déclare notamment que la Syrie «ne tolèrera pas le développement, sur son territoire, d’activités pouvant porter atteinte à la sécurité et la stabilité de la Turquie.» Le quotidien turc pense que cette disposition, qui visait à l’époque surtout les bases arrière du PKK installées en Syrie, pourrait s’appliquer à la situation insurrectionnelle que vit ce pays actuellement et qui a été amplement constaté par la communauté internationale. En outre, selon le même journal, des preuves seraient désormais établies du fait que le régime de Damas a renoué des liens avec l’organisation rebelle kurde. Il est pourtant probable que la marge de manœuvre de la Turquie, sur ce dossier, dépend plus de l’évolution des équilibres entre les grandes puissances que des dispositions de l’accord d’Adana. Recep Tayyip Erdoğan voit juste en essayant de fléchir ses hôtes chinois, mais, eu égard à la position que la Russie continue à tenir, il n’est pas sûr que cela suffira…

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 juillet 2012

    […] de l’OTAN et l’obligation d’assistance à un pays membre attaqué qu’elle prévoit (cf. notre édition du 10 avril 2012). Chaque fois, le lion turc rugit, mais il ne bouge pas, contenu par les rets que lui imposent ses […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *