Les projets de l’AKP pour le monde du théâtre turc

Alors que le rideau s’est levé la semaine dernière sur la 18ème édition du Festival de Théâtre d’Istanbul (qui se tiendra jusqu’au 5 juin, voir programme de l’évènement sur http://tiyatro.iksv.org/en), le monde du théâtre turc continue d’être agité par une polémique dont le premier acte s’est ouvert il y a un mois.

– Premier acte –

Le drame a débuté avec une décision de la municipalité d’Istanbul de changer le règlement encadrant le célèbre Théâtre de la Ville d’Istanbul (TVI), le plus vieux des théâtres municipaux turcs, constitué de cinq scènes dans les différents arrondissements de la métropole et programmant plus de vingt pièces à l’année. Deux modifications, en particulier, ont suscité la colère.

La première concerne la décision portant sur l’inscription des pièces au répertoire du TVI qui, auparavant tranchée par le seul directeur artistique général, reviendra désormais à un Conseil littéraire, composé non seulement des directeurs du TVI mais également d’universitaires et de représentants de la société civile, avec l’objectif que cette prise de décision collégiale permette un plus grand échange d’idées.

La seconde touche à la composition du conseil d’administration auquel, en plus du directeur artistique général et de trois artistes, se joindront le secrétaire général et le chef du département culture de la Municipalité Métropolitaine d’Istanbul, cette fois-ci pour rendre « plus efficace le processus de prise de décision » justifie-t-on.

Interprétée comme une volonté d’asseoir la domination des bureaucrates sur les théâtres, cette décision, aussitôt qu’elle reçut l’approbation du maire Kadir Topbaş, fut suivie de plusieurs manifestations de protestation organisées par les artistes du TVI à Istanbul mais également ailleurs en Turquie, par les artistes du Grand Théâtre d’Ankara et par une centaine de membres d’ONG à Izmir. Le principal parti d’opposition CHP s’est joint au mouvement quelques semaines plus tard, contestant la décision sur le terrain de la légalité. Deux membres CHP du conseil municipal ont adressé à la Cour administrative une requête dans laquelle ils soutiennent que le nouveau règlement aurait pour unique but de mettre le TIV aux ordres de la municipalité et conduirait à la mise à bas de la liberté de l’art, un principe protégé par la constitution.

– Deuxième acte –

L’acmé a néanmoins été offerte au public par le Premier ministre R. T. Erdoğan, le dimanche 29 avril, avec son annonce d’un plan de privatisation des théâtres. Après avoir vivement critiqué ceux qui osaient s’opposer à la réforme du TIV, mettant en doute leur légitimité (« Qui êtes-vous ? Détenez-vous un monopole de l’art en Turquie ? ») et allant jusqu’à les qualifier d’ « intellectuels despotes », R. T Erdogan a présenté sa solution au paradoxe d’artistes qui, bien que payés par l’Etat, prétendent critiquer ce dernier dans leurs pièces : « Je privatise les théâtres, c’est ce que je m’apprête à proposer [à mon cabinet]. Voici la liberté que vous voulez. Montez les pièces que vous voulez où vous le voulez [après la privatisation]. » Il a en outre assuré qu’ « il n’y a rien comme un théâtre financé par l’Etat dans la plupart des pays développés ».

Le vice-Premier ministre et porte-parole de l’AKP Bülent Arınç ainsi que le ministre de la Culture, Ertuğrul Günay, ont apporté d’autres justifications. Alors que le premier a expliqué que le financement de ces théâtres par les municipalités n’avaient accru ni la qualité des pièces ni l’intérêt du public, le second a précisé que cette initiative ferait partie d’un plan global d’utilisation plus efficace des ressources, et que, la constitution imposant à l’Etat de protéger les arts et artistes, il devait pas y avoir d’inquiétudes à ce sujet.

– Troisième acte –

Les inquiétudes sont pourtant bien là.

Ces privatisations, comme le souligne la chroniqueuse Nicole Pope dans Today’s Zaman, loin de rendre les productions théâtrales accessibles à une plus large audience, ne feront que renchérir le prix des billets – qui restent très abordables dans les théâtres municipaux, précisément en raison de leur financement public. Alors que le théâtre ne faisait déjà pas partie des sorties habituelles des Turcs (une étude publiée par le Ministère de la Famille et des politiques sociales a montré que 79,6% n’allaient jamais au théâtre/ cinéma), il est difficile d’imaginer que ces derniers seront plus nombreux à s’y rendre après une hausse des prix.

Ces privatisations, en outre, menacent un secteur dont les difficultés à fonctionner en autosuffisance sont connues. Contrairement à ce que dit constater M. Erdoğan, nombreux sont les pays développés qui soutiennent leurs théâtres et ce pour leur permettre de monter des pièces indépendantes ou d’avant-garde qui autrement ne verraient pas le jour. Mais ce n’est justement peut-être pas là le souci du Premier ministre dont les propos peu amènes à l’égard du milieu artistique laissent transparaître un fort agacement envers une offre théâtrale ne correspondant pas aux valeurs qu’il souhaiterait voir diffusées. L’Union des Ecrivains de Turquie, qui a apporté son soutien à la décision concernant le TIV, s’en est d’ailleurs fait la voix en appelant le TIV à « ouvrir ses portes aux jeunes écrivains et à leurs pièces basées sur la culture locale […] à ne pas avoir honte du passé, […] à apporter les valeurs de notre peuple sur la scène théâtrale ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *