Un avion de reconnaissance turc abattu par la Syrie

Au terme d’une réunion d’urgence, tenue le 23 juin 2012, et présidé par Recep Tayyip Erdoğan, la Turquie a confirmé qu’un appareil F4-Phantom de son armée de l’air, qui effectuait une mission de reconnaissance, a bien été abattu par la Syrie. Les autorités turques avaient annoncé, la veille, avoir perdu le contact avec cet avion, qui avait décollé de la base de Malatya (sud-est du pays), avec deux pilotes à son bord, le 22 juin à la mi-journée. Quelques heures plus tard, Damas avait reconnu avoir abattu un appareil qui volait à basse altitude au dessus de ses eaux territoriales, à proximité du port Lattaquié, et n’avoir compris qu’après coup qu’il s’agissait d’un avion turc.

Les regrets qu’a présentés le gouvernement syrien, qui ne l’ont pas empêché d’invoquer la légitime défense, ne semblent pas satisfaire pour autant Ankara, qui réfute la légitimité et la légalité d’une telle action. Plusieurs sources officielles turques disent avoir la preuve que l’appareil a été abattu sans sommation, en violation des procédures d’usage énoncées par le droit international, tandis qu’une enquête se poursuit pour localiser le lieu de disparition de l’appareil, et que l’on reste sans nouvelles de ses deux pilotes.

Commentant l’incident, le président Abdullah Gül, a annoncé que la Turquie ne fermerait pas les yeux, et a rappelé qu’il est courant qu’un appareil, volant à haute altitude, puisse entrer temporairement dans un espace aérien étranger, admettant ainsi implicitement que l’avion ait pu se trouver dans l’espace aérien syrien. Pour sa part, la réunion d’urgence du 23 juin a annoncé que le gouvernement prendrait les mesures exigées par les circonstances, sans préciser le contenu et la nature de ces mesures. Pour l’heure, le ministère turc des affaires étrangères a eu des échanges téléphoniques avec les pays du groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Allemagne), ainsi qu’avec le Qatar, l’Arabie Saoudite, l’Iran, la Jordanie, la Haute représentante de l’UE et le Secrétaire général de la Ligue arabe. Quant au premier ministre turc, il a pris rendez-vous avec les leaders des 3 autres partis (en dehors du sien) représentés au sein du parlement (CHP, MHP, BDP). Cette dernière initiative amène certains observateurs à se demander si le gouvernement ne prépare pas une opération requérant l’aval du parlement. D’autres sources précisent toutefois qu’une riposte militaire n’est pas à l’ordre du jour, mais qu’en haut lieu, on entend démontrer que toutes les options sont malgré tout envisagées.

En tout état de cause, bien que le gouvernement turc semble vouloir jouer la carte de l’apaisement, cette affaire risque de détériorer un peu plus des relations entre Damas et Ankara qui le sont déjà passablement. Après avoir tenté d’user de son influence sur un pays qui était devenu, au cours de la décennie qui vient de s’écouler, l’un de ses plus proches alliés, le gouvernement de l’AKP s’est éloigné du régime de Bachar el-Assad, avant de dénoncer sans ménagement la répression sanglante qu’il mène contre ses opposants. Depuis l’automne dernier, les rapports entre les deux pays sont ainsi de plus en plus tendus, la Turquie donnant asile aux instances de l’opposition syrienne et ayant appelé Bachar el-Assad à quitter le pouvoir.

Ce n’est en outre pas la première fois que des incidents diplomatiques ou militaires sérieux opposent la Turquie et la Syrie, depuis les débuts du printemps syrien. En novembre 2011, des manifestants favorables au régime de Damas avaient pris d’assaut certaines représentations diplomatiques turques, et brûlé notamment un drapeau. Loin de se satisfaire des excuses de Damas, Recep Tayyip Erdoğan avait demandé au gouvernement syrien de châtier les coupables, en apostrophant publiquement Bachar el-Assad (cf. notre édition du 16 novembre 2012). En avril dernier, à la suite de tirs de l’armée syrienne contre des camps de réfugiés se trouvant sur son territoire, la Turquie avait mis en garde Damas en rappelant qu’au terme de l’article 5 de la Charte de l’OTAN, elle pouvait recevoir l’assistance de tous les membres de l’Alliance en cas d’agression par un pays tiers (cf. notre édition du 10 avril 2012).

Bien que la Syrie ait réfuté le terme «d’agression», pour caractériser la frappe qui a été fatale à cet avion turc, le 22 juin, et pour lui préférer le terme «d’accident», on ne peut exclure que ce genre «d’accident» participe d’une stratégie délibérée de Damas, visant par des provocations à démontrer que l’impuissance de son puissant voisin turc à son endroit est tout aussi réelle que celle de la communauté internationale… Plus généralement, la décision d’abattre cet appareil a pu être pour le régime syrien l’occasion de prouver sa capacité de réaction à ceux qui seraient tentés par une option militaire…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *