Chypre : Ankara revoit sa position sur le gel des relations avec l’Union européenne

En juillet dernier, la virulence des propos de Recep Tayyip Erdoğan avait fait l’effet d’un coup de tonnerre dans la diplomatie turque. En effet, il menaçait de mettre fin aux relations entre son pays et l’Union européenne, si la présidence tournante semestrielle de cette dernière était accordée à Chypre en 2012 (voir notre édition du 22 juillet 2011). À la suite de celui-ci, c’est le vice-Premier ministre turc Beşir Atalay qui avait relancé les menaces en septembre, rappelant que, sauf si les négociations de paix débouchaient sur une amélioration significative de la crise chypriote, ces relations seraient rompues durant les six mois de présidence, prévues à partir du 1er juillet 2012. Or, malgré une relance des négociations de paix sous l’égide de l’ONU en 2008, grâce à l’élection du nouveau Président chypriote Dimitris Christofias, le processus de résolution restait tenu en échec. Dans notre édition du 11 décembre 2009, nous rappelions qu’Ankara avait fait preuve de plus de modération par le passé, incitant dès lors l’Union à se montrer elle-même plus conciliante face à elle, en lui évitant notamment des sanctions.  Mais cette nouvelle prise de position radicale face à l’annonce de la présidence de Nicosie a finalement tranché avec la bonne volonté préalablement affichée, la politique étrangère turque tentant d’exercer une pression sur l’Union européenne.

Cet ultimatum a été difficile à accepter pour cette dernière, qui n’avait pas apprécié les nouvelles libertés prises par Ankara. Alain Juppé, alors ministre des Affaires étrangères et européennes, avait déclaré qu’« il est inacceptable qu’un pays extérieur à l’Union européenne entende choisir qui doit présider ou non l’UE ». La menace était loin d’être anodine : depuis l’ouverture des négociations en vue d’une adhésion européenne en 2006, c’est la première fois que la possibilité d’une rupture avec l’Union était évoquée.

Il s’agissait une fois de plus d’une preuve tangible du changement diplomatique opéré par la Turquie. Forte de ses bons résultats économiques malgré la crise de 2008 et de son nouveau rôle de « modèle » pour les pays arabes à la suite des vagues de révolution, elle semblait prendre des libertés nouvelles, au point de menacer les pays de l’Union européenne de les ignorer pendant les six mois de présidence. Cette conjoncture internationale si particulière avait en effet permis à la Turquie d’obtenir de nouvelles marges de manœuvre et de rappeler à l’Europe son importance sur la scène internationale, notamment régionale.

Mais l’Europe n’a pas tenu compte des revendications de la Turquie, et a maintenu Chypre comme successeur du Danemark : le pays prendra ses fonctions dès le début du mois prochain, et ce pour tout le semestre, comme cela avait été prévu. Alors, doit-on s’attendre à la crise majeure annoncée par la diplomatie turque ? Il semble que non, puisque le ton s’est finalement adouci entre les acteurs. Au cours d’une réunion avec Catherine Ashton, Haute représentante de la politique étrangère de l’UE et Stefan Füle, Commissaire européen pour l’élargissement, Ahmet Davutoğlu a déclaré jeudi 7 juin qu’Ankara maintiendrait finalement ses relations avec l’UE, mais en boycottant toutefois la présidence de Nicosie. Il a également profité de cette occasion pour rappeler la volonté turque de continuer le processus d’adhésion. Le boycott de la présidence devrait se traduire par une absence de la Turquie aux festivités organisées par Nicosie. Selon Davutoğlu,

« les relations et les contacts avec l’UE se poursuivront, mais aucun ministère, aucune institution de la République turque ne sera en contact avec la présidence européenne dans quelque activité que ce soit où la présidence chypriote grecque serait partie prenante ».

Pour autant, il serait sûrement erroné d’en conclure que les déclarations préalables n’étaient qu’un simple « coup de bluff » destiné à intimider Bruxelles. Ankara a su utiliser cette occasion pour rappeler la nouvelle place du pays dans la région, et sa puissance, face à une Europe menacée par les crises du secteur bancaire – crise qui frappe entre autres Chypre, au point que l’on s’attend à ce que Nicosie ait recours au Mécanisme Européen de Stabilité (MES) pour soutenir son système bancaire. Une situation qu’Erdoğan, lors de sa déclaration de juillet, n’avait pas hésité à rappeler… Cette nouvelle présidence est aussi l’occasion de remettre à l’ordre du jour de l’Union la question chypriote, et de présenter une Turquie déterminée et capable de tenir des positions fortes, quitte à s’opposer frontalement à ses voisins. On pourrait mettre en parallèle ces récentes déclarations du ministre des Affaires étrangères sur l’Europe avec d’autres propos qu’il avait tenu en février à Washington, dans lesquels il condamnait les positions israéliennes, qu’il jugeait trop peu conciliantes… au risque de se mettre en porte-à-faux avec les États-Unis. À l’heure où Chypre et Israël semblent s’entendre pour exploiter ensemble les champs gaziers récemment découverts au large de Chypre, la Turquie n’hésite pas à s’opposer aux deux États pour rappeler qu’elle aussi aimerait profiter de cette manne !

En faisant cela, Ankara prend donc le risque de s’attirer les foudres des grandes puissances, mais se pose surtout en puissance régionale incontournable. Une position d’autant plus intéressante qu’à l’heure où les dirigeants européens et américains sont préoccupés au plus haut point par la crise syrienne, sa frontière commune avec ce pays fait de la Turquie un allié stratégique pour eux.

Finalement, ce retour d’Ankara à une position plus conciliante vis-à-vis de l’Union rappelle à quel point l’enjeu européen reste crucial pour le pays : malgré ses différends avec Chypre, la Turquie ne peut se permettre de tourner le dos à l’Europe pendant six mois, quoi qu’il lui en coûte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *