«Ergenekon» entre la poire et le fromage.


À l’invitation du président Abdullah Gül, un déjeuner a rassemblé, à Çankaya, le 21 janvier 2009, les plus hautes autorités des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Dans un contexte politique particulièrement lourd, alors que les vagues d’arrestations se poursuivent dans le cadre de l’affaire «Ergenekon» et que les affrontements entre le gouvernement et l’opposition se multiplient, cette initiative a été analysée comme un moyen d’apaiser les tensions au sommet de l’Etat, le quotidien «Radikal» évoquant même un repas «Ergenekon».

Ont participé notamment à ce déjeuner : Recep Tayyip Erdoğan (premier ministre), Köksal Toptan (président du Parlement), Haşim Kılıç (président de la Cour constitutionnelle), Hasan Gerçeker (président de la Cour de cassation), Mustafa Birden (président du Conseil d’Etat), Mehmet Damar (président de la Cour des comptes), Ahmet Akyalçın (président du Tribunal des conflits), le général Ahmet Alkış (président de la Cour militaires suprême), le général Turgut Arıbal (président de la Cour administrative militaire) et enfin Mustafa İsen (secrétaire général de la présidence de la République). À l’issue de la rencontre, la présidence de la République a publié la déclaration suivante, insistant sur le respect de l’Etat de droit en toute circonstance : « Il est nécessaire de faire prévaloir la suprématie de la loi pour appliquer les principes de base du droit, de façon à renforcer la démocratie et à rendre la Turquie plus forte. Dans la pratique, il faut respecter le droit. Agir de la sorte amènera un environnement de confiance, susceptible de surmonter toutes les difficultés. »

Depuis un mois, l’enquête «Ergenekon» conduit presque quotidiennement à l’arrestation d’anciens militaires et parallèlement à des affrontements politiques ou à des événements pour le moins surprenants. Le 8 janvier 2009, au lendemain de l’arrestation du général à la retraite, Tuncer Kılınç, le chef d’état major, Ilker Başbuğ, a rendu visite séparément au président de la République et au premier ministre. Quelques jours plus tard, le général en question ainsi que d’autres personnalités arrêtées en même temps que lui, ont finalement été libérées. Mais les choses n’en sont pas restées là. Car, depuis d’autres arrestations sont intervenues, en particulier, le 14 janvier 2009, celle plus rocambolesque du général Levent Ersöz, qui, en fuite à l’étranger depuis le mois de juillet, venait de rentrer clandestinement en Turquie. Surtout, le 18 janvier 2009, le colonel à la retraite, Abdülkerim Kırca, accusé dans la presse d’avoir fait partie d’un groupe d’action occulte de la Gendarmerie (le JITEM) et d’avoir procédé, il y a une dizaine d’années, à des exécutions sommaires dans le sud-est, s’est suicidé et ses obsèques ont donné lieu à de nouveaux gestes d’humeur de l’armée. Le 20 janvier 2009, en effet, les responsables militaires les plus importants (notamment les généraux Ilker Başbuğ, chef de l’état major, Atila Işık, chef de la Gendarmerie, et Işık Koşaner, chef de l’armée de terre) se sont solennellement déplacés pour l’assister à l’enterrement du colonel Kırca et dans l’oraison funèbre qu’il a prononcée, le chef d’Etat major s’en est pris aux médias, en les accusant de propager de fausses nouvelles et de condamner des personnes, avant même qu’elles aient été officiellement jugées.

De toute évidence, si la mise en cause de plus en pluspre pressante de l’armée, dans le cadre de l’affaire «Ergenekon», provoque des tensions extrêmes, elle donne lieu aussi à la mise en place de passerelles permettant de maintenir un contact, au sommet de l’Etat, entre des forces politiquement opposées. L’initiative de ce déjeuner présidentiel, le 21 janvier, est à cet égard significatif, comme par ailleurs la multiplication des contacts directs entre les autorités politiques et le chef d’état major. Ce dernier, qui voit tous les jeudis le président de la République, va désormais avoir une entrevue hebdomadaire avec le premier ministre…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *