Crise syrienne : la Turquie entre sa géographie, son voisinage et ses alliances

Alors même que le régime de Bachar el-Assad vient d’être frappé en son cœur par un attentat qui a tué trois de ses dignitaires de premier plan, beaucoup s’interrogent désormais sur les prochains développements de la crise syrienne. Le fait qu’une telle opération n’ait pu être menée à bien, sans de probables complicités, incite à penser que le régime baasiste pourrait être l’objet de sérieuses dissensions internes. Cette impression a été confirmée, ces derniers jours, par l’accélération des défections de généraux syriens, qui se sont réfugiés en Turquie.

La soudaine révélation de la fragilité d’un pouvoir qui, jusqu’à présent, a plutôt étonné par sa longévité et sa capacité de résistance à un soulèvement qui le secoue depuis plus d’un an, crée une situation nouvelle pour la Turquie. Bien que le gouvernement turc ait fait le pari de la chute inéluctable de Bachar el-Assad, il n’est pas sûr qu’il souhaite actuellement un effondrement trop rapide du système au pouvoir à Damas. Une telle éventualité serait en effet susceptible d’avoir des conséquences dangereuses pour la région. La chute du régime de Damas pourrait déboucher sur des affrontements intercommunautaires comparables à ceux vécus, il y a 20 ans, par l’ex-Yougoslavie. Elle pourrait aussi faire tâche d’huile et s’étendre au Liban voisin, pour  y relancer une guerre civile inextricable à laquelle il a été difficile de mettre un terme. Elle pourrait encore voir la dissémination de l’arsenal militaire de l’armée syrienne, qui comporte notamment l’un des plus importants stocks mondial d’armes chimiques. Elle pourrait enfin susciter des conflits internes en Turquie où une importante communauté d’alévis cohabite avec les sunnites majoritaires, et où la question kurde n’est toujours pas résolue.

Les provocations du régime de Damas à l’égard de la Turquie, visant à lui faire payer son soutien aux opposants du Conseil national syrien, ont vu celle-ci prendre l’habitude de vouer aux gémonies son encombrant voisin. Mais, dès lors que les dirigeants de ce dernier sont menacés par les feux de l’enfer,  beaucoup d’observateurs turcs se prennent à espérer que ceux-ci, ou tout au moins certains d’entre eux, pourront bénéficier d’un sursis, le temps qu’une Syrie nouvelle s’impose. Cette solution médiane pourrait, après un départ de Bachar el-Assad, prendre la forme d’un maintien du cadre institutionnel du régime et de certains de ses dirigeants, tandis qu’un dialogue s’engagerait entre les différents protagonistes. Mais il n’est pas sûr que ce scénario puisse fonctionner dans un pays qui est désormais l’objet d’affrontements très durs. Loin de signifier la chute pure et simple du régime baasiste, la bataille de Damas qui fait actuellement rage et les événements des dernières heures, pourraient donc inaugurer le basculement durable de la Syrie dans la guerre civile. Cette situation permettrait à Téhéran et Moscou de sauvegarder une partie de leur influence dans la région, et de conforter leur approche de la crise syrienne, présentée par eux comme le résultat d’affrontements intestins, et non comme l’enjeu d’une révolution.

Dans ce contexte incertain, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine se sont rencontrés à Moscou, le 18 juillet dernier, lors d’une entrevue courtoise, au cours de laquelle ils n’ont pu que constater leurs désaccords, et qui a surtout vu la Russie rappeler à son voisin turc à quel point elle est proche de lui géographiquement, et importante sur les plans économique et énergétique. À bien des égards les déclarations russes qui ont suivi cette rencontre sans lendemain, et qui vantent la coopération russo-turque, le rôle de la Turquie lors de la conférence de Genève le 30 juin dernier, ou l’attachement conjoint des deux pays à l’intégrité territoriale de la Syrie, apparaissent comme autant d’invitations faites au gouvernement turc de reprendre la politique que lui dictent sa géographie et son voisinage, alors même qu’il s’est replié, ces derniers mois, sur la stratégie que lui indiquent ses alliances…

La crise syrienne en particulier a fortement entamé la politique turque de bon voisinage d’Ahmet Davutoğlu. La Turquie a plusieurs fois pu mesurer son isolement régional face aux alliés de la Syrie qu’ils soient russes, iraniens, irakiens… Dès lors un retour aux fondamentaux de sa diplomatie s’est imposé, et il n’est pas sûr qu’Ankara ait actuellement d’autres choix…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23 juillet 2012
  2. 25 juillet 2012

    […] crise syrienne a amené son lot de questions pour la Turquie (cf. notre édition du 20 juillet 2012). Dans son opposition aux dérives du régime d’el-Assad et quitte à s’écarter de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *