Quand la question kurde croise la crise syrienne

Depuis plusieurs mois, le gouvernement turc redoute que la crise syrienne ait des implications sur la question kurde. Cette éventualité abondamment évoquée par les médias et les experts demeurait jusqu’à présent une hypothèse incertaine, surtout  basée sur des indices plus ou moins convaincants, relevant une évolution de la relation entre le régime de Bachar el-Assad et les Kurdes syriens : octroi à ces derniers de la nationalité syrienne qui leur avait toujours été refusée jusqu’à présent, admission de leurs organisations comme possibles interlocuteurs dans des négociations sans lendemain tentées par le régime, retour de Mohamed Saleh Mouslim, le leader du PYD (Partiya Yekîtiya Demokrat – Parti d’union démocratique, parti kurde syrien proche du PKK turc), polémiques autour d’une atténuation de la répression syrienne dans les zones kurdes… Depuis l’automne dernier, à plusieurs reprises, les dirigeants turcs ont mis en garde le régime de Damas contre la tentation d’instrumentaliser la question kurde à son profit contre la Turquie. Ils suivent, en outre, avec attention, l’évolution des rapports entre le PKK et le PYD, des études ayant montré un accroissement des ressortissants d’origine syrienne, engagés dans des actions lancées par l’organisation rebelle en Turquie.

Après l’attentat qui a coûté la vie à plusieurs dirigeants syriens de premier plan, la semaine dernière, l’accélération des événements en Syrie fait désormais du croisement de la question kurde et de la crise syrienne une réalité incontournable. Frappé en son cœur par une attaque dont l’origine reste encore mal élucidée, le régime de Damas ne s’est pas effondré. Toutefois, même s’il a pu répondre avec succès aux offensives corrélatives lancées par l’Armée syrienne libre, en particulier sur Damas, de nombreuses parties du territoire syrien lui échappent désormais. La semaine qui vient de s’écouler a ainsi confirmé que la Syrie avait définitivement basculé dans une guerre civile de grande ampleur, et cette situation concerne la Turquie au premier chef.

Au cours du dernier week-end, en effet, des opposants syriens ont pris le contrôle de la plupart des postes frontières avec la Turquie, et la situation confuse qui s’en est ensuivie (destruction et pillage de camions turcs notamment) a conduit les autorités douanières turques à fermer cette frontière, le 25 juillet. Mais plus généralement la perte d’influence de Damas sur le nord et le nord-est du pays a pour effet de faire tomber progressivement cette zone sous l’emprise d’organisations rebelles dont certaines sont kurdes. Les médias turcs ont ainsi annoncé que le drapeau du PPK flottait désormais sur certains villages, et que le PYD était en train de négocier avec l’armée syrienne le contrôle de Qamishli, la plus importante des villes kurdes en Syrie. Dès le 23 juillet, le Conseil national syrien (principale organisation de l’opposition syrienne), soucieux de préserver ses relations avec Ankara, a tenté de minimiser les perspectives existantes pour le séparatisme kurde en Syrie, en rappelant qu’il ne permettrait pas l’établissement d’une zone kurde autonome dans le nord du pays. Mais, hier, toute la presse turque était en émoi et affirmait que le régime de Bachar el-Assad était en train d’abandonner systématiquement les régions du nord aux Kurdes, de façon à mieux faire porter son effort militaire sur le centre du pays, le quotidien Hürriyet évoquant même l’existence désormais «d’un front de plus de 800 kilomètres avec le PKK».

Le même jour, une réunion de crise rassemblant les principaux décideurs turcs concernés (premier ministre, ministres de l’Intérieur, de la défense et des affaires étrangères, chef d’état-major et chef des services de renseignement…) s’est tenue à Ankara pour faire le point sur la situation. Un bref communiqué a justifié cette rencontre en parlant de l’accroissement d’activités «terroristes dans le pays et les pays voisins» (sans citer expressément la Syrie) et la nécessité de prendre de «nouvelles mesures» (sans préciser lesquelles). Pourtant, avant de s’envoler pour Londres, afin d’y assister à l’ouverture des Jeux Olympiques (et d’y faire la promotion de la candidature d’Istanbul pour les Jeux de 2020), Recep Tayyip Erdoğan a été beaucoup plus explicite, en affirmant le droit de la Turquie d’intervenir en Syrie si jamais le PKK et ses alliés venaient à se rendre maître des zones frontalières : «Nous ne permettrons pas à des organisations terroristes de menacer la Turquie à partir de la Syrie. Nous ne pouvons tolérer qu’une coopération s’installe entre le PKK et le PYD», a-t-il notamment déclaré.

Une autre nouvelle a contribué à alimenter de multiples rumeurs : bien que l’un des membres de son gouvernement l’ait démenti auparavant, Massoud Barzani, le président de la région kurde d’Irak du nord, a reconnu, le 22 juillet, sur la chaine de télévision qatarie Al Jazeera que son gouvernement avait accepté d’entrainer militairement des Kurdes syriens ayant fait défection. Toutefois, il a expliqué que cette initiative visait essentiellement à permettre à ces dissidents kurdes d’être en mesure se défendre de la répression du régime de Damas et que ces derniers n’avaient pas été renvoyés sur le terrain. Il a aussi démenti toute velléité de sa part de chercher à s’immiscer dans les événements qui sont en cours actuellement en Syrie. Il est peu probable que le leader des Kurdes irakiens, qui vend actuellement directement son pétrole à la Turquie au grand dam des protestations du gouvernement de Bagdad de Nouri al-Maliki, cherche à instrumentaliser la question kurde contre Ankara, mais dans le contexte actuel, l’incertitude alimente les conjectures.

Il serait sans doute téméraire de conclure qu’une zone kurde autonome dans le nord de la Syrie est en train de s’établir, mais il est un fait que la guerre ouverte entre les forces fidèles à Bachar el-Assad et les multiples instances de la rébellion syrienne, crée une situation nouvelle qui est insondable, et qui préoccupe au plus haut point le gouvernement turc. En effet, cette guerre civile, si elle s’éternise, peut conduire à la création si n’est d’une région, du moins de poches de résistance sous contrôle du PYD, le long de la frontière turque. Et, quoi qu’il en soit l’intensification des combats dans tous le pays risque de provoquer un nouvel afflux de réfugiés syriens dans le sud-est de la Turquie, qui en abrite déjà plus de 43 000 dans des camps, qui ne sont pas toujours faciles à gérer, comme l’ont prouvé les émeutes, qui y sont récemment survenus. Pour la Turquie, la fin du casse-tête syrien n’est pas pour demain.
Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 31 juillet 2012

    […] crise syrienne a créé indiscutablement une situation nouvelle, au cours des derniers jours (cf. notre édition du 26 juillet 2012). Certes, le basculement de la Syrie dans une guerre civile ouverte pouvait laisser prévoir que […]

  2. 7 septembre 2012

    […] de son territoire. Outre les zones kurdes et les problèmes qui s’y posent (cf. nos éditions du 26 juillet 2012 et du 29 juillet 2012), c’est le Hatay (dont le rattachement à la Turquie, à l’époque du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *