La Turquie face à une nouvelle équation kurde en Syrie

Le croisement de la question kurde et de la crise syrienne a créé indiscutablement une situation nouvelle, au cours des derniers jours (cf. notre édition du 26 juillet 2012). Certes, le basculement de la Syrie dans une guerre civile ouverte pouvait laisser prévoir que des organisations kurdes prendraient le contrôle de certaines zones frontalières, délaissées par le régime de Damas, dans la nord du pays. Mais ce qui a surtout pris de court le gouvernement turc, c’est le nouveau positionnement dans la crise de Massoud Barzani, et les liens que les organisations, avec lesquelles il est naturellement relation en Syrie, ont établi avec le PYD, une organisation kurde syrienne proche du PKK. Il n’est pas sûr que cette initiative ait été dirigée contre la Turquie. Il est probable que le président de la région kurde nord-irakienne a surtout voulu contenir le développement de l’influence du PYD et du PKK sur les zones kurdes syriennes que le régime de Bachar el-Assad ne contrôle plus, et à rassembler les Kurdes syriens, au moment où la guerre civile prend une nouvelle ampleur. Il reste que le leader des Kurdes irakiens n’a pas informé Ankara de ses intentions et que, de fait, ce rapprochement entre Kurdes irakiens et Kurdes syriens prend pour les dirigeants turcs une dimension irrédentiste qui les inquiète au plus haut point.

La surprise a été d’autant plus forte que les relations entre le gouvernement turc et les autorités kurdes d’Irak du nord, qui se sont accrues sensiblement depuis deux ans, s’étaient encore renforcées au cours des dernières semaines. Depuis 2010, Massoud Barzani a effectué trois déplacements officiels en Turquie (cf. nos éditions des 3 juin 2010, 7 novembre 2011 et 21 avril 2012), y appelant à une résolution politique de la question kurde. Pour sa part, Recep Tayyip Erdoğan s’est rendu à Erbil, en mars 2011. Ankara apporte, en effet, un soutien économique important à la région nord-irakienne kurde et, face au gouvernement de Nouri al-Maliki dominé par les Chiites, ses intérêts n’ont cessé de converger ces derniers temps avec ceux des Kurdes et des Sunnites irakiens (cf. notre édition du 21 avril 2012). À la mi-juillet, les exportations directes du pétrole nord-irakien vers la Turquie sans l’aval du gouvernement fédéral de Bagdad, avaient provoqué l’ire de ce dernier, et confirmé l’intensité des liens existant entre Ankara et Erbil. Eu égard, à une telle relation, le silence de Massoud Barzani sur sa stratégie en Syrie a été mal perçu en Turquie. C’est ce qui explique la réaction violente de Recep Tayyip Erdoğan, le 27 juillet, au moment de son départ pour Londres, qui l’a vu affirmer qu’il ne tolèrerait pas la coopération du PKK et du PYD ou la réalisation corrélative de «cartes imaginaires» (du Kurdistan), tout en brandissant la menace d’une intervention militaire dans le nord de la Syrie ou, pour le moins, de l’établissement d’une zone tampon, destinée à sécuriser la frontière turque. Cette sortie s’est doublée d’une mise en garde beaucoup plus explicite adressée à Massoud Barzani par Yalçın Akdoğan, l’un des conseillers du premier ministre, dans une chronique publiée au même moment par le quotidien pro-gouvernemental Star.

La crise syrienne et ses récentes implications kurdes rappellent à la Turquie le scénario scellé au cours des deux dernières décennies en Irak, suite à la Guerre du Golfe et à l’intervention américaine de 2003 qui a mis un terme au régime de Saddam Hussein et finalement consacré l’existence d’une entité kurde quasi-indépendante dans le nord du pays. Si le délitement du régime de Bachar el-Assad se confirme, voire même simplement si la guerre civile perdure, aboutissant à la création d’une entité kurde comparable en Syrie, le gouvernement turc de l’AKP, qui pensait être parvenu à circonscrire le problème, en Irak, en établissant de bonnes relations avec Massoud Barzani, se retrouvera à devoir gérer la présence d’une deuxième entité kurde autonome à ses frontières. Et les experts turcs les plus pessimistes poussent encore le scénario catastrophe plus loin, en imaginant une intervention américaine en Iran (pour résoudre le dossier nucléaire) qui conduirait elle-aussi à une sécession kurde dans ce pays. La boucle serait alors bouclée, les Kurdes se retrouveraient, dans trois pays, en position de s’unir et feraient pression sur la Turquie pour qu’elle laisse ses propres kurdes rallier le mouvement afin d’établir un «grand État kurde»

Dans un tel contexte, beaucoup d’observateurs regrettent que le gouvernement turc n’ait pas conduit jusqu’à son terme son projet, annoncé à de multiples reprises, de résolution politique de la question kurde. «L’ouverture démocratique» kurde lancée avec fracas en 2009 s’est rapidement enlisée, et n’a pas débouché sur des réformes significatives (cf. entre autres nos éditions du 14 novembre 2009 et du 30 janvier 2010). Au cours des dernières années, des accrochages armées parfois très meurtriers ont eu lieu en permanence entre l’armée turque et les rebelles du PKK (cf. notamment notre édition du 22 octobre 2011), tandis que le procès du KCK ne cessait d’envenimer la situation et d’éloigner les perspectives de règlement (cf. notre édition du 6 juillet 2012). Bien sûr, des annonces ou événements spectaculaires (dernièrement, rumeurs sur des contacts secrets entre le gouvernement turc et le PKK, ou rencontre entre Recep Tayyip Erdoğan et Leyla Zana) viennent régulièrement défrayer la chronique, et faire dire à certains observateurs qu’une solution n’a jamais aussi été proche. Mais, la répétition de ces fenêtres d’opportunité sans lendemain tend aussi à en réduire considérablement la portée. En ce qui concerne la question kurde, le gouvernement de l’AKP n’a-t-il pas déjà laissé trop souvent passer le coche, pour rester crédible dans ses intentions ? Commentant les récents propos de Recep Tayyip Erdoğan sur les événements survenus dans le nord de la Syrie, Selahattin Demirtaş, le co-président du BDP, le parti parlementaire kurde en Turquie, a déclaré : «La Turquie n’a pas à intervenir dans le nord de la Syrie. Elle n’a pas le droit de se prononcer sur le choix des peuples. Elle devrait aujourd’hui s’habituer à la création d’un Kurdistan, et cesser d’en faire une phobie.» Il s’est cependant gardé de dire où passaient, dans son esprit, les frontières de ce «Kurdistan».

Quoi qu’il en soit la semaine qui s’annonce risque d’être déterminante pour la gestion des problèmes en cours, puisque Ahmet Davutoğlu, le chef de la diplomatie turque, se rendra à Erbil pour rencontrer Massoud Barzani. On pourra alors mieux cerner les intentions du leader kurde irakien. Il est toutefois peu probable que ce dernier ait le projet que lui prête déjà certains médias turcs de créer, dans le nord de la Syrie, un couloir permettant aux Kurdes irakiens d’évacuer leur pétrole vers la Méditerranée en contournant la Turquie. Dans leur emballement phobique, ces médias oublient quand même que le sort de la zone dont il s’agit est encore très incertain à l’heure actuelle et que, dans le contexte actuel, notamment face au gouvernement fédéral irakien de Nouri al-Maliki, la région kurde d’Irak du nord a encore fortement besoin… de la Turquie.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 août 2012

    […] presqu’exclusivement dominée par la crise syrienne, depuis plusieurs semaines (cf. dernièrement notre édition du 29 juillet 2012). Vatan, enhardi par ce coup médiatique, propose d’ailleurs aujourd’hui à ses lecteurs le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *