Abdullah Gül possible candidat à la présidentielle de 2014 ?

Dans une interview publiée par le quotidien Vatan, Ahmet Sever, l’un des proches conseillers du Président Abdullah Gül n’a pas exclu que ce dernier puisse être candidat, en août 2014, à sa propre succession, lors de la prochaine élection présidentielle qui se tiendra, pour la première fois en Turquie, au suffrage universel. La nouvelle a ramené subitement à des préoccupations plus domestiques, une actualité turque qui est presqu’exclusivement dominée par la crise syrienne, depuis plusieurs semaines (cf. dernièrement notre édition du 29 juillet 2012). Vatan, enhardi par ce coup médiatique, propose d’ailleurs aujourd’hui à ses lecteurs le point de vue de plusieurs de ses éditorialistes sur la rivalité qui serait en  train de naître entre Abdullah Gül et Recep Tayyip Erdoğan.

L’événement n’est pourtant qu’artificiellement médiatique. Le 15 juillet dernier, lors d’un meeting provincial à Eskişehir, le premier ministre turc avait annoncé qu’il serait candidat pour la quatrième et dernière fois à la direction de son parti, dont le prochain congrès doit avoir lieu en septembre. Les statuts de l’AKP ne permettent pas en effet l’exercice de plus de quatre mandats et, de fait, Recep Tayyip Erdoğan ne pourra pas continuer à être chef de gouvernement après les élections législatives de 2015, même si son parti les gagne de nouveau. Dès lors, tout le monde pense qu’il sera candidat à la présidentielle de 2014 où il a de fortes chances d’être élu et de contribuer à une forme de présidentialisation du système politique turc. La semaine dernière, le vice-premier ministre, Bekir Bozdağ (photo), avait déjà commencé à relancer le débat en faisant valoir qu’en 2014 quoi qu’il arrive, du fait de l’élection de son chef de l’Etat par le peuple, la Turquie se transformerait de facto en régime semi-présidentiel. Autre signe que cette prochaine échéance politique travaille les états-majors politiques turcs actuellement : le 29 juillet dernier, l’AKP a fait connaître son souhait d’avancer les prochaines élections locales au mois d’octobre 2013 (alors même qu’elles doivent normalement se tenir en mars 2014). La raison de l’anticipation de ce scrutin est bien sûr de dégager le terrain pour la future campagne présidentielle. Mais ce projet, avec lequel le CHP n’est pas d’accord, suppose une révision constitutionnelle que l’AKP ne pourra réussir à mener à bien qu’en parvenant à obtenir le soutien des nationalistes du MHP. Tout porte donc à croire que les grandes manœuvres ont commencé et que la présidentielle de 2014 est déjà dans toutes les têtes. Même si le CHP, qui vient de présenter sa liste rajeunie pour «gagner» la mairie d’Istanbul en 2013, donne l’impression de se concentrer sur le prochain rendez-vous électoral local, il paraît évident que sa recherche d’un succès dans la ville-fétiche de Recep Tayyip Erdoğan lors d’une élection qui lui a été traditionnellement plus favorable jusqu’à présent, vise en réalité à atteindre la crédibilité du leader de l’AKP, dans la perspective du scrutin présidentiel à venir.

Les propos d’Ahmet Sever dans Vatan font déjà l’objet d’abondants commentaires. L’un des ténors de l’AKP, Hüseyin Celik, pense qu’Abdullah  Gül fera un «geste» pour laisser la place à Recep Tayyip Erdoğan. Il estime notamment que l’amitié qui existe entre les deux hommes est capable de résister à ce genre de situation de rivalité. Pour sa part, le président Gül a fait savoir qu’il était trop tôt pour parler de ses futures intentions présidentielles.

Le rapport entre les deux hommes a déjà été au cœur de l’exercice du pouvoir au plus haut niveau, en Turquie. En novembre de 2002, lorsque l’AKP triomphe pour la première fois aux élections législatives, Recep Tayyip Erdoğan est sous le coup d’une condamnation pénale qui l’a empêché d’être député et donc de devenir premier ministre. C’est donc Abdullah Gül qui prend la tête du premier gouvernement de l’AKP jusqu’au mois de mars 2003, le temps de permettre à son frère d’armes de voir les obstacles auxquels il est confronté, levés par une révision constitutionnelle, et d’être élu à l’occasion d’une élection partielle qui le propulse à la tête du gouvernement. En avril 2007, l’armée s’emploie à empêcher la candidature de Recep Tayyip Erdoğan à une élection présidentielle qui se tient encore au parlement, et pour laquelle il est favori. Finalement le premier ministre se désiste en faveur de celui qui est devenu, depuis 2003, son ministre des affaires étrangères (cf. notre édition du 26 avril 2007). Mais la crise politique, qui a vu l’annulation du premier tour du scrutin présidentiel et l’organisation d’une élection législative anticipée, a quelque peu changé la donne. Certains au sein de l’AKP contestent, pour la nouvelle élection présidentielle d’août 2007, le maintien de candidature de Gül qu’Erdoğan confirme néanmoins (cf. notre édition du 14 août 2007), ce qui permet au premier d’accéder à magistrature suprême qu’il exerce toujours actuellement.

La relation au sommet de l’Etat entre les deux leaders historiques de l’AKP a donc plutôt consisté jusqu’à présent en une sorte de jeu de chaise musicale, qui leur a permis au demeurant de gérer les situations de crise qui ont jalonné la marche de leur parti vers une maîtrise totale du pouvoir. Cette coopération peut-elle tourner en un affrontement à l’occasion de la présidentielle de 2014 ? Il est probable que face à une élection de Recep Tayyip Erdoğan, considérée comme certaine par beaucoup, Abdullah Gül entend montrer qu’il existe, et au moins rester le numéro deux du parti. Ahmet Sever a notamment révélé que le président n’avait pas apprécié les commentaires tenus par certains à l’occasion du débat sur l’accomplissement de son septennat jusqu’au bout, question qui n’a finalement été tranchée que récemment par une décision de la Cour constitutionnelle (cf. nos éditions du 19 décembre 2011 et du 23 janvier 2012). Le conseiller du président a également démenti qu’Abdullah Gül puisse être candidat à la direction d’une organisation internationale. Il est donc clair que l’actuel chef de l’Etat n’entend pas être mis sur une voie de garage à l’issue de son mandat. Ira-t-il pour autant jusqu’à tenter sa chance en 2014 ? Si un tel scénario devait se produire, il risquerait de diviser profondément l’AKP, et de remettre en cause sa suprématie actuelle sur l’échiquier politique turc. L’autre scénario souvent envisagé est un retour à la tête du gouvernement de l’actuel président, une option qui ferait bien sûr penser au «ballet russe» de Vladimir Poutine et de Dmitri Medvedev. Mais il n’est pas certain qu’Abdullah Gül soit tenté par une telle opportunité, qui le placerait sous la dépendance totale de Recep Tayyip Erdoğan.

Quant à l’évolution du régime politique turc vers un régime semi-présidentiel, il est probable qu’elle serait moins à l’ordre du jour si l’actuel président parvenait à se maintenir à Çankaya en 2014. Certes, ce dernier serait revêtu désormais de la légitimité du suffrage universel, mais il ne faut pas oublier qu’il entreprendrait un second mandat après avoir exercé un septennat de chef d’Etat parlementaire, ce qui pourrait aussi favoriser une évolution moins présidentialiste de sa fonction, et une situation à l’autrichienne, à la finlandaise ou à la portugaise (régimes parlementaires dont le président est élu par le peuple) plutôt qu’à la française (sur la question cf. notre article publié par la Documentation française le 26 mars 2012). En tout cas, les remarques de Bekir Bozdağ, qui sous-entendent l’élection de Recep Tayyip Erdoğan en 2014, laissent aussi présager que les institutions politiques actuelles pourraient survivre jusqu’en 2014, en dépit de l’élaboration en cours d’une nouvelle Constitution…
Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. elbargui sumbul dit :

    nous avons besoin de tout nos dirigent, qui ont porter la Turquie au sommet. nous avons toujours était montre du doit par nos voisins soyons unie

  2. elbargui sumbul dit :

    la politique Turque fait rêver ses voisins dans toutes les du terme,je suis fier d’être née dans ce pays en pleine expansion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *