Fin de partie pour la vieille garde de l’armée turque

Depuis 2010, le début du mois d’août est une période de turbulence pour l’armée turque. Au cours des deux dernières années, cette date qui voit traditionnellement le YAŞ(Yüksek Askeri Şura – Conseil militaire suprême) se réunir pour pourvoir aux nominations et promotions annuelles, a tourné au cauchemar pour les forces armées. En 2010, pour la première fois le gouvernement de l’AKP s’est  immiscé dans le cursus honorum des postes de commandement, jusqu’à la chasse gardée, exclusive de l’état-major. En refusant de promouvoir le général Hasan Iğsız, normalement pressenti pour devenir le chef des forces armées, parce qu’il est impliqué dans l’affaire Ergenekon, le gouvernement bloque pendant plusieurs jours la promotion, à la tête de l’armée turque, du chef des forces armées sortant, le général Işık Koşaner. Pour la première fois, le premier ministre assiste d’ailleurs de bout en bout au YAŞ, aux côtés du chef d’état major sortant, le général İlker Başbuğ (cf. notre édition du 2 août 2010). En 2011, l’offensive gouvernementale est encore plus tranchante. Saisissant l’occasion de la démission en bloc des membres de l’état-major qui entendent protester contre la non-promotion des généraux mis en cause dans des affaires de complot (Ergenekon, Balyoz…), Recep Tayyip Erdoğan préside seul le YAŞ, alors que le nouvel état-major n’est pas encore nommé. Au terme de ses travaux, le Conseil va finalement refuser de promouvoir les militaires ayant maille à partir avec la justice et reporter la décision finale quant à leur promotion à l’année suivante. Il procèdera aussi à la nomination à la tête de l’état-major du seul membre de celui-ci à n’avoir pas démissionné, le général Necdet Özel (cf. notre édition du 3 août 2011).

Cette prise en main de l’autorité militaire par le pouvoir civil s’est en quelque sorte achevée cette année. Réuni entre le 1er et le 4 août, et présidé désormais sans partage par le premier ministre, le YAŞ a mis à la retraite 40 généraux impliqués dans des affaires, qui étaient en attente de promotion. Aucun incident spectaculaire n’est venu cette fois affecter la détention des postes clefs de l’état-major. Il faut dire qu’aucun renouvellement majeur n’était à l’ordre du jour. L’actuel chef d’état-major, le général Özel doit en effet rester en fonction jusqu’en 2015, date à laquelle il devrait être remplacé par l’actuel chef de la gendarmerie, le général Bekir Kalyoncu, qui, dans cette perspective, devrait être promus chef de l’armée de terre en 2014. Beaucoup pensaient pourtant que la position du général Mehmet Erten, le chef de l’armée de l’air, était menacée en raison du fiasco d’Uludere en décembre dernier (cf. notre édition du 31 décembre 2011), et de l’incident aérien du 22 juin dernier qui a vu la Syrie abattre un F4 turc (cf. notre édition du 24 juin 2012). Mais après deux YAŞ de crise, le gouvernement a semble-t-il voulu calmer le jeu cette année, tout en achevant de mettre au rancard une bonne partie de la vieille garde de l’armée turque.

Si pourtant ce début de mois d’août n’a pas été plus clément que les précédents pour l’armée, c’est aussi en raison de la poursuite du procès Ergenekon et surtout du témoignage, les 2 et 3 août derniers, de l’ancien chef d’état-major (2002-2006), le général Hilmi Özkök,. Connu pour s’être employé à pacifier les relations entre le gouvernement et l’armée pendant la première législature de l’AKP, le général Özkök n’a pas été tendre avec certains de ses collègues, révélant à la fois les pratiques internes présidant au fonctionnement de l’institution militaire et les relations de celle-ci avec le pouvoir civil. Ainsi, il a expliqué que son prédécesseur, le général Kıvrıkoğlu, redoutant qu’il soit trop mou face aux islamistes, a tout fait pour l’empêcher d’accéder au commandement suprême. Il a également évoqué la solitude qu’il avait ressentie à son poste, et les projets de coups d’État, imaginaires ou réels. Selon lui, le plan Balyoz (cf. notre édition du 21 janvier 2010) est un exercice d’école qui est allé trop loin. Selon lui toujours, l’ancien chef de l’armée de terre, le général Aytaç Yalman est le premier à avoir émis l’idée d’exercer des pressions sur le gouvernement de l’AKP. Selon lui enfin, l’ancien chef de la gendarmerie Şener Eruygur a été mis en garde contre des menaces de complot en cours à cette époque-là (cf. notre édition du 9 juillet 2008).

Le général Özkök n’a pourtant pas tiré sur l’ambulance, en rendant hommage au général İlker Başbuğ, l’ancien chef d’état-major (2008-2010) aujourd’hui incarcéré (cf. notre édition du 7 janvier 2012), qui fut l’un de ses subordonnés et, a-t-il dit, quelqu’un de compétent «qui ne l’a jamais trompé». En revanche, il n’a pas ménagé le journaliste kémaliste Mustafa Balbay, devenu député du CHP en juin 2011, alors qu’il est toujours en prison, et auquel il a reproché d’avoir lancé contre lui une campagne médiatique destinée à provoquer sa démission, en usant de surcroît d’informations fausses sur sa vie et sa carrière.

Le témoignage du général Özkök n’a pourtant pas réussi à élever ce début de mois d’août à la hauteur des précédents. D’abord, parce que les pratiques qu’il a stigmatisées étaient en fait déjà largement connues. Ensuite, parce qu’intervenant devant le tribunal de Silivri, il ne saurait faire oublier que les procès pour complot, après avoir eu pour ambition de juger des militaires factieux, sont aussi devenus, au cours des dernières années, un moyen d’intimider les milieux d’opposition, les journalistes d’investigation, ou des intellectuels défenseurs de l’État de droit et de la cause kurde.

Août 2012 marque ainsi plutôt l’établissement d’une sorte de modus vivendi entre les nouvelles élites gouvernantes et ce qui reste de l’ancien establishment politico-militaire. Le pouvoir en place se satisfaisait pour un temps de l’encadrement militaire épuré dont il dispose, avant de s’atteler à une réforme de l’armée en profondeur qu’un certain nombre de déclarations ont laissé entendre, au cours des derniers mois, et qui, en tout état de cause, deviendra inévitable, ne serait-ce que pour des raisons techniques.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *