Nouvelles tensions entre l’Iran et la Turquie sur fond de crise syrienne

La guerre civile totale dans laquelle a basculé la Syrie ces dernières semaines, et la situation précaire du régime de Bachar el-Assad rendent, semble-t-il, l’Iran fébrile et accroissent son ressentiment à l’égard de son voisin turc, blâmé pour son soutien à la rébellion syrienne.

La semaine dernière, l’agence iranienne Fars a annoncé qu’un général turc, qui aidait les opposants, avait été capturé à Damas par l’armée syrienne. L’information a été immédiatement démentie par le ministère turc des affaires étrangères. En revanche, peu après, ce sont 48 pèlerins iraniens, venus à Damas pour visiter un mausolée chiite, qui ont été capturés par l’Armée libre syrienne. Cette dernière accuse en effet ces pèlerins d’être des agents de la République islamique. Par ce kidnapping, elle pense surtout obliger l’Iran, qui soutient sans réserve le régime de Bachar el-Assad, à négocier avec elle, ce qui serait une première forme de reconnaissance… Lundi 6 août, le chef d’état-major iranien, le général Hasan Firouzabadi, visiblement excédé par les derniers développements de la situation régionale, a reproché à la Turquie d’avoir «du sang sur les mains», en lui promettant des ennuis à son tour, si elle continuait «à soutenir les politiques bellicistes des Etats-Unis en Syrie.»

Ces menaces ont rappelé celles qui avaient endommagé les relations entre Ankara et Téhéran à la fin de l’an passé, lorsqu’un responsable de l’armée de l’air iranienne avait annoncé que son pays n’hésiterait pas à frapper la Turquie et le radar du bouclier antimissile de l’OTAN qu’elle abrite, si jamais la République islamique était l’objet d’une attaque américaine ou israélienne. Ces tensions s’étaient approfondies quelques jours plus tard, à l’issue de déclarations similaires proférées, cette fois, par le président d’une commission parlementaire iranienne. La Turquie avait fini par obtenir des explications de l’Iran, le chef de la diplomatie de celui-ci, Ali Akbar Salehi, expliquant que de ces propos tenus par des personnes autres que le guide suprême, le président et le ministre des affaires étrangères étaient «irresponsables», et n’engageaient pas officiellement l’Iran (cf. notre édition du 13 décembre 2011).

Cette fois encore, c’est Ali Akbar Salehi qui s’est dévoué pour éteindre l’incendie allumé par les déclarations du général Firouzabadi que le ministère turc des affaires étrangères a qualifiées «d’inacceptables». Venu à Ankara, le 7 août, pour solliciter que la Turquie apporte son appui aux efforts qui sont entrepris actuellement pour faire libérer les pèlerins kidnappés en Syrie, le chef de la diplomatie iranienne est reparti avec l’assurance du soutien turc, sans manquer de se voir signifier «de façon franche et amicale» le mécontentement turc à l’égard des dérapages d’officiels qui feraient mieux de réfléchir un peu plus, avant d’émettre leur point de vue.»

L’incident est-il clos pour autant ? Rien n’est moins sûr. L’Iran pensait sans doute que les prolongements kurdes de la crise syrienne refroidiraient le soutien turc à la cause des rebelles. Il est un fait qu’il y a une quinzaine de jours la prise de contrôle de certaines positions dans le nord de la Syrie, par des organisations kurdes, ont affolé les médias turcs, et provoqué une entrevue entre Ahmet Davutoğlu et Massoud Barzani, le leader kurde irakien étant soupçonné par certains observateurs de préparer sa jonction avec ses frères syriens, pour promouvoir l’avènement d’un grand Kurdistan (cf. notre édition du 29 juillet 2012). Les développements qui ont suivi ont montré que la situation était nettement moins alarmante pour la Turquie que la perte de contrôle du nord de la Syrie par le régime de Bachar el-Assad ne pouvait initialement le laisser penser. Traité comme un véritable chef d’Etat par la diplomatie turque, Massoud Barzani s’est posé en garant de la stabilité dans la région (cf. notre édition du 4 août 2012). Le Conseil national kurde de Syrie a démenti toute intention hostile à l’égard de la Turquie, ce qui a même amené, le 9 août, Ahmet Davutoğlu à affirmer que son pays n’était pas hostile à ce que se crée dans le nord de la Syrie, une région kurde autonome comparable à celle qui existe actuellement en Irak du nord.

Dès lors, les Turcs reportent leurs soupçons sur les Iraniens, en les accusant de vouloir instrumentaliser la question kurde à leur encontre, et plus particulièrement d’être derrière l’offensive du PKK qui est en cours dans le district de Şemdinli depuis 17 jours. Le 9 août 2012, lors d’un iftar, le vice-premier ministre Bülent Arınç (photo), a révélé que, selon des informations qui seraient en sa possession, les rebelles qui sont entrés en action à Şemdinli avec l’ambition de prendre le contrôle d’un territoire et de lancer un soulèvement kurde généralisé, faisant écho aux printemps arabes, seraient venus du camp d’entrainement de Şehidan situé en République islamique. Il a relié l’événement avec l’affaire de la supposée arrestation-libération de Murat Karayılan en Iran, l’année dernière, au moment de l’offensive de l’armée iranienne contre le PJAK. En relâchant le numéro deux du PKK après l’avoir capturé, les Iraniens auraient passé un pacte avec les rebelles kurdes de Turquie. Ce pacte serait en train de produire ses premiers effets actuellement à Şemdinli. L’information a été reprise par les organes de presse du groupe Zaman, comme on pouvait s’y attendre, mais attend plus ample confirmation.

Quoiqu’il en soit, la crise syrienne semble être en passe de rapprocher les frères ennemis irakiens. Suite à l’aggravation des combats en Syrie, Massoud Barzani et le gouvernement fédéral de Bagdad se sont rencontrés pour organiser le contrôle de la frontière de l’Irak avec ce pays. Par ricochet ce rapprochement pourrait-il amener Bagdad et Ankara à renouer des liens passablement distendus par de multiples escarmouches, au cours des derniers mois ? On ne peut pas l’exclure. Au début du mois d’août, la visite inopinée d’Ahmet Davutoğlu à Kirkouk (cf. notre édition du 4 août 2012) a certes provoqué, une nouvelle fois, la colère du gouvernement de Nouri al-Maliki. Toutefois, Bagdad ne semble pas vouloir épiloguer sur l’incident, et le 10 août, Usame al-Nuceyfi (photo), le président du parlement irakien, a appelé à «un nouveau dialogue» avec la Turquie, en déclarant qu’elle était pour l’Irak «un pays important et un voisin précieux.» Alors même que le régime de Bachar el-Assad fléchit, il semble donc que les ardeurs de Bagdad à l’égard de Téhéran soient en train de tiédir, et cela inquiète sans doute aussi les Iraniens…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *