Le PKK kidnappe un député du CHP

Le député du CHP, Hüseyin Aygün (photo), a été kidnappé. L’enlèvement a eu lieu le 12 août 2012, vers 19 heures, alors que le parlementaire revenait en voiture du district d’Ovacık situé dans la province de Tunceli. Il était accompagné de son assistant parlementaire et d’un journaliste, qui ont pu repartir libres et donner l’alerte. Le député avait annoncé son déplacement à Ovacık sur sa page facebook, et il est possible que cela ait facilité l’action de ses ravisseurs, probablement des membres du PKK, qui auraient dit vouloir garder Hüseyin Aygün quelques jours. La direction du parti kémaliste s’est déclarée «choquée» par cet enlèvement, et a annoncé que plusieurs de ses responsables étaient partis pour Tunceli, afin d’aider à la libération du parlementaire.

S’il est confirmé que les ravisseurs sont bien des membres du PKK, ce sera la première fois que l’organisation rebelle kurde, qui a déjà enlevé plusieurs fois des soldats, des journalistes ou des touristes (et les a toujours relâchés sains et saufs), s’en prend à un parlementaire.

Hüseyin Aygün n’est pas un inconnu. Député kurde alévi de Tunceli, il s’était fait connaître, il y a quelques mois, entre autres, en affirmant que son parti et Atatürk, en particulier, étaient parfaitement au courant des massacres dont a été victime la province de Tunceli-Dersim, entre 1937 et 1939, dans le sillage de la promulgation de la loi sur l’établissement forcé en 1934. Cette déclaration avait provoqué une tempête au sein du parti kémaliste, avant de se poursuivre par une confrontation entre le CHP et l’AKP, Recep Tayyip Erdoğan sommant la principale formation de l’opposition de reconnaître les faits, avant de prendre l’initiative de présenter les excuses officielles de la République aux Kurdes alévis de Tunceli-Dersim (cf. nos éditions des 25 novembre 2011 et 27 novembre 2012).

Il est pour l’instant difficile de connaître les motivations de l’enlèvement de cette personnalité atypique et d’évaluer les prolongements que peut avoir cette affaire. Pourtant, force est de constater que l’événement intervient dans un contexte où la question kurde est l’objet de nouveaux développements. Sur le plan international, une situation inédite est apparue du fait des évolutions les plus récentes de la crise syrienne. La perte de contrôle par l’armée de Bachar el-Assad des zones frontalières avec la Turquie, a permis la maîtrise d’une partie de la région par des organisations kurdes syriennes, dont l’une est alliée au PKK (cf. notre édition du 29 juillet 2012). Toutefois la plupart des autres semblent vouloir établir de bonnes relations avec la Turquie, ce qui a amené le ministre turc des affaires étrangères à dire, après l’entrevue qu’il a eue à Erbil, avec Massoud Barzani, le leader des Kurdes irakiens (cf. notre édition du 4 août 2012), qu’il n’est pas hostile à la création d’une région kurde autonome en Syrie, similaire à celle qui existe déjà en Irak. Par ailleurs, alors même que les relations turco-iraniennes se dégradent à nouveau, consécutivement à l’aggravation des combats en Syrie, la Turquie redoute que l’Iran n’essaye d’instrumentaliser la question kurde pour faire payer à Ankara son soutien aux rebelles syriens (cf. notre édition du 11 août 2012).

Sur le plan intérieur, la situation est tout aussi tendue. Du 23 juillet au 11 août, l’armée turque a mené une opération importante de ratissage dans le district de Şemdinli (province de Hakkari) et annoncé avoir tué plus d’une centaine de membres du PKK. Mais dans cette même zone, l’organisation rebelle a mené, le 4 août dernier, une attaque d’envergure contre 3 postes de police (Gecimli, Karatas et Darsinki), ce qui a causé la mort de 6 soldats turcs et de 2 gardiens de village tout en faisant de nombreux blessés. Face à cette situation et à l’élargissement de la guerre civile en Syrie, le CHP a demandé la tenue d’une session extraordinaire du parlement, actuellement en congé. Fixée au 14 août prochain, cette session a toutefois peu de chances de pouvoir se tenir, car si les Kurdes du BDP ont confirmé leur participation, tant l’AKP que les nationalistes du MHP ont annoncé qu’ils ne siégeraient pas, ce qui devrait empêcher que le quorum, conditionnant la tenue d’une réunion de l’Assemblée (184), soit atteint. Entretemps, le 9 août, le PKK a frappé, dans l’Ouest de la Turquie, un bus qui transportait des militaires de la base navale de Foça,  causant la mort de l’un d’entre eux, et en blessant plusieurs autres.

L’ancien chef d’état-major, İlker Başbuğ, emprisonné dans le cadre de l’affaire Ergenekon (cf.notre édition du 7 janvier 2012), qui connaît le dossier kurde pour avoir exercé un commandement dans le sud-est du pays pendant plusieurs années, a commenté l’opération de Şemdinli en recommandant au gouvernement de ne pas laisser le PKK créer dans cette région une «une sorte de zone libérée». Depuis plusieurs semaines, tandis que le retrait des troupes de Bachar el-Assad a créé un vide qui inquiète le gouvernement de l’AKP, les autorités turques craignent que le PKK ait un nouveau projet et essaye de déclencher une insurrection généralisée…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *