«Mohammed Morsi rêve d’acquérir un rayonnement dans le monde musulman comparable à celui de la Turquie », Interview d’Hicham Mourad, rédacteur en chef d’Al Ahram Hebdo

Jean Marcou, qui a récemment séjourné en Egypte, y a rencontré Hicham Mourad, le rédacteur en chef du magazine francophone, «Al Ahram Hebdo» ; une entrevue d’autant plus instructive que le nouveau président égyptien Mohammed Morsi semble avoir pris récemment toute la mesure de ses fonctions, en se défaisant de la vieille garde de l’armée égyptienne et en commençant à se manifester sur la scène diplomatique moyen-orientale. Quand on connaît l’influence qu’exerce l’expérience turque sur certains dirigeants influents des Frères musulmans, ces initiatives rappellent les camouflets infligés aux militaires par l’AKP et la propension de Recep Tayyip Erdoğan à faire de son pays une puissance régionale. Mais il n’est pas sûr que la comparaison avec la Turquie soit toujours pertinente, et l’Égypte, plongée actuellement dans une situation économique difficile, n’a pas les moyens de telles ambitions. Explications par Hicham Mourad…

Jean Marcou : Le 12 août 2012, le président de la République, Mohammed Morsi s’est séparé du Maréchal Tantaoui, ministre de la défense depuis 21 ans, et président du Conseil supérieur des forces armées (CSFA), est-ce pour vous une surprise ?

Hicham Mourad : Eu égard au contexte politique qui prévaut depuis les présidentielles égyptiennes, je pensais que Tantaoui serait amené à partir, un jour ou l’autre. Il faut rappeler la conjoncture politique vécue par l’armée depuis la Révolution. Il y  a eu, en fait, une modification de sa place. On est passé d’une situation où l’armée se contentait d’influencer la vie politique en agissant dans les coulisses, à un contexte où on lui a demandé d’intervenir directement sur le devant de la scène. Des militaires sexagénaires, voire septuagénaires, ayant passé l’âge de la retraite, et placés à la tête du CSFA, se sont mis ainsi à redéfinir eux-mêmes leurs pouvoirs, car il n’y avait plus de parlement, plus de président…  Mais, de mon point de vue, les choses changent à partir du moment où un président est élu et prend ses fonctions… Dès lors, un conflit entre Mohammed Morsi et les militaires devait avoir lieu à un moment ou à un autre, et l’initiative présidentielle de limoger Tantaoui l’a en quelque sorte prévenu.

Finalement, la fonction politique de l’armée demeure mais elle est moins visible. L’institution militaire revient à un rôle normal, proche de celui qu’elle a pu jouer sous Moubarak. Sa présence est non négligeable certes, mais elle est plus diffuse. De toute façon, dans le contexte actuel où l’effervescence de la rue est encore forte, et où des élections législatives doivent avoir lieu, l’armée conserve des fonctions de maintien de l’ordre essentielles. On compte sur elle en particulier pour sécuriser les bureaux de vote lors du prochain scrutin.

Cette évolution est compréhensible. Avec la Révolution, on a vécu une montée en force du politique et si le régime qui se met en place parvient à devenir plus démocratique, il est logique que l’armée recule. Bien sûr, le pouvoir civil est encore fragile. Si jamais il y a des manifestations importantes contre les Frères et le pouvoir en place, le président probablement demandera à l’armée de maintenir l’ordre… Ce qui risque de l’affaiblir, car il dépendra en partie d’elle. Mais a priori on devrait plutôt aller vers une réduction  du rôle de l’armée, si la démocratisation s’affirme. Les Frères exercent le pouvoir depuis trop peu de temps pour que les gens se retournent contre eux massivement.

JM : On a beaucoup dit que l’armée a consenti au départ du maréchal Tantaoui ?

HM : En fait, à l’origine, les Frères étaient partis pour accepter les règles définies par le groupe de généraux qui soutenait Tantaoui à la tête du CSFA, et consentir donc à ce que cette institution joue un rôle interventionniste, comme cela avait été prévu par la déclaration constitutionnelle lui donnant les pleins pouvoirs. Il faut dire qu’antérieurement les militaires avaient su exploiter à merveille les  erreurs politiques et constitutionnelles des Frères. C’est pour cela que la Haute Cour constitutionnelle a pu dissoudre le parlement qui avait été élu au début de l’année.

Les militaires ont, en effet, laissé s’élaborer une loi électorale mixte privilégiant le scrutin de liste sur le scrutin uninominal. Ce texte avait toutes les chances d’être inconstitutionnel parce qu’il favorisait les candidatures accréditées par les partis sur les candidatures individuelles. La Haute Cour a donc disposé d’arguments techniques pour annuler cette loi parce qu’elle ne respectait pas en quelque sorte l’égalité entre les catégories de candidats. Il faut aussi savoir que le timing de la décision de la Cour (entre les deux tours de l’élection présidentielle) n’a pas été choisi par hasard par l’armée. En révélant entre les deux tours que les élections législatives étaient annulées et que le parlement était dissous de ce fait, on enlevait au futur président une partie de son pouvoir potentiel. À l’issue de ce coup de maître, l’armée pouvait récupérer le pouvoir législatif. Quant à Morsi, il pouvait sortir vainqueur des urnes, mais il serait un homme seul.

JM : Mais alors comment cet homme seul a-t-il pu justement contre-attaquer et limoger Tantaoui ?

HM : Ce n’est pas Morsi qui a fait cette révolution de palais. Les indications dont on dispose penchent pour l’existence d’une sorte de dissidence au sein du CSFA. Cette instance, en effet, n’était alors pas monolithique. Deux groupes y cohabitaient : le premier, celui de Tantaoui, composé des membres les plus âgés (souvent nés dans les années 1930), défendait une vision interventionniste de l’armée en politique. Le second, formé de militaires plus jeunes (nés dans les années cinquante), souhaitait que l’autorité militaire prenne ses distances avec la sphère politique. De surcroit, il y avait un conflit de génération entre les deux groupes, les uns inspirant les décisions du CSFA, alors même qu’ils auraient du être à la retraite, bloquaient l’avancement des autres, et leur accès aux responsabilités. Tantaoui en particulier était ministre de la défense depuis 21 ans, et l’on conçoit que ses collègues plus jeunes du CSFA aient pu en concevoir une certaine frustration et une certaine amertume.

L’événement qui intervient à ce moment-là et qui change tout, c’est l’attentat islamiste du 5 août dans le Sinaï. 16 soldats égyptiens sont tués. 2 blindés sont détournés : l’un ne fonctionne, l’autre est détruit par les Israéliens. Les Israéliens avaient prévenus les autorités égyptiennes de l’imminence de l’attaque. Mais Tantaoui n’a pas bougé. Il faut dire que souvent Israël a lancé de fausses alertes, et que certains soupçonnaient l’Etat hébreu de faire cela pour dissuader les touristes israéliens d’aller en vacances dans le Sinaï. Mais peut-être que ce n’est pas par négligence que Tantaoui n’a pas réagi… Au même moment, le président Morsi avait rencontré Khaled Mechaal, le leader du Hamas, un geste significatif, car auparavant le président laissait ce genre de rencontre à son chef des services de renseignement. Lors de cette rencontre, le président égyptien a promis de rouvrir le terminal de Rafah. Alors, il est possible que Tantaoui ait laissé l’attentat se commettre pour que Morsi en porte la responsabilité…

Quoiqu’il en soit que l’attentat ait été permis par une négligence ou par un calcul pervers, le résultat a été humiliant pour l’armée. Le groupe des non-interventionnistes au sein du CSFA a mal vécu ce nouveau coup porté à l’institution militaire, et il a saisi l’occasion qui lui était donné d’en rendre responsables le groupe des caciques du CSFA pour les pousser vers la sortie. Mais ce faisant, cette nouvelle génération a voulu repositionner l’armée dans le système, car elle pense que les militaires ne doivent pas directement s’impliquer en politique. Certes, au début de la Révolution, lorsque la police et Moubarak ont perdu pied, l’armée a été propulsée par la force des choses aux avant-postes politiques. Elle n’avait pas tiré sur les manifestants qui ont plébiscité d’abord sa présence. Mais une fois le Rais déchu, les interventions militaires dans la transition politique que l’Egypte a commencé à vivre ont été de plus en plus mal perçues, et l’armée n’a cessé d’être l’objet de vives critiques. Dès lors, la nouvelle génération a souhaité en finir avec cette dérive, et reprendre une place plus traditionnelle dans le système : aux hommes politiques élus de prendre leur responsabilité, l’armée ne doit plus gouverner directement.

JM : Quelles preuves a-t-on que Mohammed Morsi n’a pas été à l’initiative dans cette affaire ?

HM : Si Morsi avait été à l’initiative dans cette affaire, il aurait limogé Tantaoui une semaine avant au moins, c’est-à-dire au moment de la formation du nouveau gouvernement… Or, à ce moment-là, il a en fait respecté les prérogatives que l’armée s’était octroyée, en jouant le jeu en quelque sorte, et notamment en maintenant Tantaoui à la tête du CSFA et du ministère de la défense. Pour que 8 jours plus tard Morsi ait pu faire ce qu’il a fait, une variante devait entrer en jeu, et la seule chose qui est arrivée par la suite c’est justement l’attentat du Sinaï. Mais Mohammed Morsi ne pouvait se permettre d’utiliser cet événement contre Tantaoui, qu’en ayant le soutien du deuxième groupe au sein du CSFA. À partir du moment où il l’a eu, il est significatif qu’il ait fait prêter serment, 2 heures avant, aux remplaçants du groupe Tantaoui, avant même l’annonce de la mise à l’écart de ce dernier.

JM : Est-ce vraiment la fin d’une époque et la mise de l’armée sur la touche ?

HM : Certes, la génération nouvelle de militaires qui ont pris la tête du CSFA dépend de Mohammed Morsi qui l’a adoubée. Mais le rôle de l’armée dans le système n’est pas pour autant normalisé, voire marginalisé. Il ne faut pas oublier en effet que l’armée est à la tête d’un véritable empire économique que significativement on arrive pas à évaluer, mais qui pourrait représenter entre 25 et 35% du PIB. Par ailleurs, la situation politique est fragile. La police ne s’est jamais remise du coup que lui a porté la Révolution. L’armée reste donc garante de la sécurité et de la stabilité du pays. Politiquement et économiquement, vous le voyez, les forces armées sont donc un rouage essentiel du système que le nouveau régime aura à cœur de ménager. Comme par hasard, à l’issue du limogeage de Tantaoui, Morsi a fait des promesses d’augmentations salariales aux militaires et, depuis les débuts de la Révolution, force est de constater que l’armée est le seul corps de l’Etat à avoir fait l’objet de telles avances.

JM : En Turquie, après l’élection d’Abdullah Gül en 2007 et le camouflet alors infligé à l’armée, la résistance de «l’ancien régime» a surtout été assumée par la hiérarchie judiciaire, qui a notamment tenté de dissoudre le parti de Recep Tayyip Erdoğan en 2008. En Égypte, la Haute Cour constitutionnelle a annulé la loi électorale et provoqué la dissolution du parlement qui venait d’être élu, affaiblissant par là-même, comme vous le disiez tout à l’heure, la présidence de la République au moment où Mohammed Morsi allait y être élu. Les hautes juridictions égyptiennes ont-elles épaulé comme en Turquie l’establishment politico-militaire ?

HM : La comparaison n’est pas totalement incongrue, mais il y a cependant des différences. La Haute Cour constitutionnelle et le Conseil d’Etat font à l’heure actuelle l’objet d’une offensive des Frères, comme d’ailleurs d’autres secteurs clefs pour l’exercice du pouvoir sont l’objet de leur attention. On observe notamment qu’ils sont parvenus à faire changer la plupart des rédacteurs en chef de journaux. Moubarak considérait les Hautes juridictions comme l’une de ses armes. Donc pour les Frères, ces instances jouent le jeu des militaires… Dès lors, il n’est pas étonnant que le nouveau ministre de la justice veuille les réformer. Il prétend les restructurer pour que la justice soit, selon lui, moins politisée. Il s’agit en particulier d’obtenir le départ de juges qui ont été nommés à vie. Une fois installée au parlement au cours du premier semestre 2012, les Frères avaient déjà tenté de contrer le juge constitutionnel, en essayant d’affaiblir la portée de ses décisions et en prévoyant que le pouvoir législatif pourrait y déroger. Ce projet n’ayant pas abouti, celui qu’ils sont en train de relancer montre que les juges sont toujours dans le collimateur.

JM : Et qu’en est-il du corps diplomatique ?

HM : Les diplomates sont inquiets. Ils ne voient pas d’un bon œil ce qui se passe… Certes, ils seront amenés à appliquer les directives du gouvernement, mais ils ont une autre culture. Un point de détail, certes mais qui est significatif : on a récemment interdit de servir de l’alcool dans les réceptions des ambassades égyptiennes, c’est une mesure que les diplomates ont du mal à comprendre. Pourquoi ? Pas parce qu’ils veulent boire à tout prix, mais parce que cette pratique plaçait les réceptions diplomatiques égyptiennes dans la norme de ce milieu et du coup contribuait leur succès et à leur fréquentation.

JM : Puisque nous avons entamé le chapitre diplomatique, continuons… Mohammed Morsi est aujourd’hui en l’Iran pour participer au sommet des non-alignés. Alors même que l’Égypte et ce pays n’entretiennent pas de relations diplomatiques depuis la Révolution islamique de 1979, est-ce un signe que la politique étrangère égyptienne est en  train de changer ?

HM : Il ne faut pas exagérer la portée de la visite de Mohammed Morsi en Iran (cf. notre édition du 7 septembre 2012). L’Égypte assurait la présidence tournante des non-alignés depuis le dernier sommet de ceux-ci, qui avait eu lieu en 2009, à Charm el-Cheikh. Mohammed Morsi va donc à Téhéran pour remettre cette présidence à l’Iran et il a d’ors et déjà annoncé qu’il ne passerait que 4 heures dans la capitale de la République islamique. Par ailleurs, s’il n’y a pas de relations diplomatiques entre l’Égypte et l’Iran, au niveau des ambassadeurs, il y a des rapports au niveau des sections d’intérêts. En soit d’ailleurs, l’idée que Le Caire puisse normaliser ses relations diplomatiques avec Téhéran n’a rien de choquant ou d’anormal. Les pays du Golfe, qui ont de plus mauvais rapports que l’Égypte avec ce pays, échangent des ambassadeurs avec lui, comme nombre de pays européens d’ailleurs. Les relations égypto-iraniennes évolueront donc peut-être dans ce sens-là, mais pour autant les deux pays ne vont pas devenir des alliés.

JM : Pour quelles raisons ? 

HM : Parce que Mohammed Morsi est un peu ligoté par les règles antérieures. Les contraintes sont trop fortes. L’Arabie Saoudite, qui actuellement pallie les carences de l’économie égyptienne, est à couteaux tirés avec le régime iranien dont elle redoute le programme nucléaire et qu’elle accuse de faire du prosélytisme dans la région. L’Egypte ne peut mécontenter le Royaume Hachémite qui est un partenaire essentiel pour elle, et auquel Mohammed Morsi a réservé significativement son premier déplacement officiel. L’Égypte est aussi dépendante des Etats-Unis qui, chaque année lui ouvre un premier crédit de 1,3 milliard de $, pour ses dépenses militaires, et second crédit de 250 millions de $, pour ses dépenses civiles. Une convergence entre Le Caire et Téhéran tendrait aussi les relations avec Israël, avec lequel l’Égypte a signé des accords de paix qu’elle n’a pas les moyens de remettre en cause. Le gouvernement égyptien actuel vient aussi de faire appel au FMI et envisage de lui emprunter 4,8 milliards de $, soit près du double du montant que le gouvernement intérimaire avait initialement conçu de lui demander. Enfin, sur le plan intérieur, les Salafistes n’accepteraient pas, pour des raisons religieuses, un rapprochement avec l’Iran. Cela leur donnerait d’ailleurs des arguments pour combattre les Frères. Et il ne faut pas oublier que leur parti, al-Nour a obtenu 20% des voix aux dernières législatives.

Alors bien sûr, on peut imaginer que, sur les plans économique et commercial, les relations turco-iraniennes soient plus actives qu’auparavant. On a parlé récemment de développer le tourisme iranien en Égypte. Mais regardez, même là, la perspective n’est pas sans nuage, car les touristes iraniens viendront avant tout pour des raisons religieuses. N’oublions pas qu’il y a un certains nombres de lieux qui sont susceptibles d’intéresser les Chiites en Égypte, à commencer par la mosquée de Hossein, en face de celle d’Al-Ahzar. Donc tout cela inquiète le gouvernement égyptien et les autorités religieuses….

JM : Mais quelle nouvelle politique étrangère peut impulser le président égyptien ?

HM : Vous savez, Mohammed Morsi ne mène pas pour l’instant une politique très éloignée de celle de Moubarak. Sur la frontière avec Gaza, il s’est mis à détruire les tunnels, comme le faisait le président déchu. Il combat aussi les extrémistes islamistes, en frappant dans le Sinaï, comme le faisait son prédécesseur… Il y a un changement de style que reflète son court séjour en Iran, où Moubarak ne se serait pas rendu, mais pour le reste, il ne peut pas y avoir de remise en cause des fondamentaux de la politique étrangère égyptienne, pour l’instant.

JM : Mohammed Morsi a toutefois proposé la création d’un groupe de contact Arabie Saoudite, Egypte, Iran et Turquie, pour gérer les problèmes chauds de la région, en particulier la crise syrienne…

HM : Oui, à mon avis, ça ne changera pas grand’chose. Certes cela contribue à montrer que l’Égypte entend à nouveau jouer un rôle de premier plan dans la région, mais quand on regarde les positions des membres potentiels de ce groupe, on s’aperçoit que trois d’entre eux (l’Arabie Saoudite, l’Égypte et la Turquie),  demandent le départ de Bachar el-Assad, et que le quatrième (l’Iran) ne veut pas en entendre parler. Allez mettre d’accord et faire agir un tel quadrige…

Sur le plan de la politique étrangère, plutôt qu’une remise en cause des choix stratégiques traditionnels antérieurs, il est probable que Mohammed Morsi rêve d’acquérir un rayonnement dans le monde musulman comparable à celui qu’a acquis la Turquie au cours de la dernière décennie, en s’appuyant sur de futures performances économiques. Khaïrat el-Chater, l’éminence grise des Frères, et par ailleurs magnat de la nouvelle économique islamique égyptienne, a bâti sa fortune en grande partie en commerçant avec la Turquie. Le voyage effectué ces derniers jours par Mohammed Morsi en Chine est certes très représentatif de cette nouvelle diplomatie fonctionnelle. Mais elle suppose aussi des moyens économiques que l’Egypte n’a pas encore acquis…

Propos recueillis et mis en forme par Jean Marcou, au Caire, le 30 août 2012


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *