Le couple israélo-turc, vers une réconciliation possible ?

Source : Econostrum.info

Avec en toile de fond un climat d’instabilité grandissante régnant sur la scène moyen-orientale, et notamment face à la crise syrienne, l’avenir des relations turco-israéliennes reste une inconnue de taille. En effet, les relations turco-israéliennes sont au point mort depuis plus de deux ans.

La Turquie fut le premier pays majoritairement musulman à reconnaître l’État d’Israël en 1949. Malgré la conclusion d’une alliance secrète en 1958, qui fut abandonnée suite à la crise chypriote en 1964, la Turquie adopta une position nettement anti-israélienne et pro-arabe jusqu’à la fin des années 1980. Ce n’est qu’en 1991 que les deux États hissèrent leurs représentations diplomatiques au rang d’ambassadeurs. La Turquie et Israël, deux États non arabes, démocratiques, laïcs et pro-occidentaux au sein de l’espace régional arabo-musulman, se rapprochèrent jusqu’à la conclusion d’un partenariat militaro-stratégique en 1996. C’est la perception d’une menace commune qui a poussé Ankara et Tel-Aviv à s’allier : en effet la Turquie et Israël avaient comme ennemis communs la Syrie, l’Irak et l’Iran principalement. L’existence d’un allié commun, les États-Unis d’Amérique, fut un facteur supplémentaire ayant encouragé ce rapprochement. L’axe Turquie-Israël s’est très vite cristallisé à travers des relations multiples que ce soit dans les domaines économique, diplomatique ou encore culturel.

Néanmoins, l’idylle israélo-turque fut mise à mal par l’« opération plomb-durci », offensive militaire israélienne lancée contre la bande de Gaza fin 2008. Cette « guerre de Gaza » fut vivement critiquée par Racep Tayyip Erdoğan lors de son « one minute » au Forum économique mondial à Davos en janvier 2009 (voir notre édition du 2 février 2009). Depuis, les relations entre la Turquie et Israël ne cessent de se dégrader. En mai 2010, la crise atteint son point paroxystique lorsque la flottille « Free Palestine » se dirigea vers les côtes israéliennes, dans un but officiellement humanitaire, afin de briser le blocus maritime maintenu sur la bande de Gaza et de livrer de l’aide aux gazaouis. Le navire amiral, le Mavi Marmara, appartenant à l’ONG islamique turque IHH (Insan Hak ve Hürriyetleri Insani Yardim Vakfi : Fondation pour les droits de l’homme, les libertés et l’aide humanitaire), fut arraisonné par Tsahal. L’opération causa la mort de neuf activistes turcs et fit de nombreux blessés (voir notre édition du 31 mai 2010). Les relations diplomatiques furent abaissées au minimum, la coopération stratégico-militaire remise en cause et plusieurs projets énergétiques d’envergure suspendus. Ankara posa alors trois conditions sine qua non au réchauffement des relations avec Tel-Aviv : des excuses officielles de la part des autorités israéliennes, une compensation pour les familles des victimes ainsi que la levée du blocus sur Gaza.

Plus de deux ans ont passé, mais Tel-Aviv se refuse à présenter ses excuses, considérant que les soldats de l’IDF (Israel Defense Forces : Forces de défense d’Israël) étaient en situation de légitime défense vis-à-vis des activistes pro-palestiniens. Peu avant la date anniversaire de l’incident, en mai 2012, la justice turque a inculpé quatre militaires israéliens impliqués dans l’affaire du Mavi Marmara, créant une source de tension supplémentaire entre les deux ex-alliés. Considérant ces actes d’accusation comme sans fondement, Avigdor Lieberman, le Ministre des affaires étrangères israélien, a exhorté la communauté internationale à ne pas coopérer avec la Turquie dans cette affaire. Enfin, en juin 2012, le contrôleur de l’État israélien, qui a pour rôle de publier des rapports sur la légalité, la régularité et l’efficacité des actes de l’administration publique, a publié un rapport critiquant le processus de prise de décision ayant précédé l’arraisonnement de la flottille, renforçant la volonté d’Ankara d’obtenir des excuses officielles de la part des autorités israéliennes.

De son côté, depuis 2011, l’État hébreu se rapproche de la République de Chypre en vue de coopérer pour exploiter des gisements de gaz en Méditerranée. En mai 2012, Ankara a accusé l’aviation israélienne d’avoir violé plusieurs fois l’espace aérien de l’autoproclamée « République turque de Chypre du Nord » alors même que depuis l’incident de la flottille, la Turquie a partiellement fermé son espace aérien aux avions militaires israéliens. Autre source de tension, le débat concernant la possibilité de reconnaître le génocide arménien initié en juin 2012 au sein de la Knesset, jusque là réticente à aborder ce sujet pour ne pas froisser son allié turc. Même si les autorités israéliennes affirment que ce débat est sans rapport avec les tensions entre les deux pays, le fait est qu’il ne contribue pas à une éventuelle amélioration des relations avec Ankara.

Tout en étant conscients de leurs intérêts communs dans la région et de l’importance cruciale de l’axe Ankara – Tel-Aviv, tant pour la Turquie que pour Israël, les deux ex-alliés campent sur leurs positions respectives. D’une part, la position turque peut s’expliquer par son désir de renforcer sa popularité dans le monde arabo-musulman à travers son soutien à la cause palestinienne et son discours critique vis-à-vis de l’État hébreu. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la dégradation des relations turco-israéliennes, depuis la fin des années 2000, résulte de la réorientation de la diplomatie turque en direction de son voisinage arabo-musulman, au détriment d’Israël. D’autre part, la posture israélienne doit être entendue par rapport à sa fermeté vis-à-vis du blocus de Gaza, ayant pour but d’affaiblir le Hamas. Ainsi, si Ankara renonçait à sa « troisième condition » (la levée du blocus de Gaza), et que Tel-Aviv s’excusait officiellement pour les pertes humaines causées de manière involontaire lors de l’arraisonnement de la flottille en plus de compenser les victimes, les deux parties seraient probablement en mesure de rétablir leurs relations ante.

Les conséquences des printemps arabes étant encore incertaines et la crise syrienne menaçant la stabilité régionale, il ne semble pas être dans l’intérêt d’Ankara et de Tel-Aviv de mettre un terme à leurs relations. En effet, ce n’est qu’en maintenant ses liens avec l’État juif d’une part, et avec les États arabo-musulmans d’autre part, que la République de Turquie pourra se poser en tant que médiateur et prétendre pouvoir jouer un rôle de leadeur régional. Quant à Israël, le fait d’avoir la Turquie pour allié, lui permettrait d’éviter également de se retrouver isolé sur la scène régionale. Le triangle stratégique américano-israélo-turc est primordial pour les États-Unis qui œuvrent largement pour une reprise du dialogue entre ses deux alliés. L’issue des prochaines élections présidentielles américaines pourrait d’ailleurs avoir un impact sur les relations entre Washington et Israël et de ce fait sur le triangle Washington – Tel-Aviv – Ankara.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *