L’ouverture d’un consulat bissau-guinéen à Ankara : l’occasion d’un point sur la diplomatie turque en Afrique.

L’inauguration du consulat de la Guinée-Bissau s’est déroulée le 7 septembre 2012 à Ankara (cf. photo). Les responsables politiques présents (le ministre bissau-guinéen des affaires étrangères, M. Faustino Fudut Imbali ; le conseiller de son homologue turc, Naci Koru ; le ministre des finances, Mehmet Şimşek) étaient accompagnés d’hommes d’affaires dont la présence suggère l’importance économique que représente le développement des partenariats avec les pays africains. La nomination de Namık Tanık (PDG de la société NATA Holding) à la fonction de représentant consulaire au consulat de Guinée-Bissau en est l’illustration manifeste. De surcroît, on relevait la présence de représentants des syndicats patronaux de la TÜGİAD, de la TÜSİAV ou encore celle du directeur de la chambre de commerce d’Ankara. Le discours de M. Faustino Fudut Imbali cadre parfaitement à cette idée :

« Les relations politiques mais aussi économiques vont se développer entre nos deux pays. Notre république attend les hommes d’affaires turcs et souhaite qu’ils investissent dans notre pays ».

Bien que la nouvelle puisse sembler anecdotique, elle est cependant l’occasion de faire le point sur le développement des relations diplomatiques turco-africaine. Au cours des dix dernières années et suite à une politique volontariste de l’AKP, la Turquie s’est implantée dans de nombreux secteurs au sein de la plupart des pays d’Afrique subsaharienne. Un total de 27 ambassades ont été ouvertes à travers le monde, 19 se situant en Afrique subsaharienne, ce qui porte le nombre total d’ambassades en Afrique à 26. La compagnie aérienne nationale Turkish Airlines dessert aujourd’hui 18 pays dans la région. Mesut Özcan, co-directeur du centre de recherche stratégique du ministère des Affaires étrangères de Turquie (SAM : Stratejik Araştırma Merkezi) commente ainsi la situation :

« L’ouverture d’une ambassade en Afrique a un coup marginal comparé aux retombés financières qui suivent. Les retours sur investissements se font très vite. Les exportations vers l’Afrique ont une croissance géométrique ».

En effet, le volume du commerce entre la Turquie et l’Afrique subsaharienne – issu en grande partie du secteur du bâtiment – est passé de 742 millions de dollars en 2000 à 17 milliards en 2011

À l’instar de la Chine, la Turquie est devenue un nouvel acteur sur le continent africain. Cependant, outre les intérêts économiques, la Turquie prétend instaurer une relation d’égal à égal avec les pays concernés. Lors d’un discours à l’occasion du forum turco-africain qui s’était tenu à Ankara les 9 et 10 mai 2012 (cf. plaquette de communication ci-contre), le vice-premier ministre Bülent Arınç s’était exprimé ainsi sur la question :

« Nous sommes loin de la pensée coloniale, nous voulons assurer un développement favorable avec l’Afrique. Il ne faut pas se contenter d’un discours misérabiliste. Nous ne sommes pas comme les Européens, nous ne faisons pas dans la littérature, nous voulons vous aider concrètement ».

Dans la pratique, cela signifie que les partenariats économiques sont accompagnés de trois stratégies complémentaires : l’aide au développement à travers les programmes de l’agence gouvernementale de développement (la TİKA, Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı) et de diverses ONG ; les programmes d’éducation turcophone à travers l’octroi de bourses à des étudiants africains et par le développement d’un réseau d’écoles turcophones en Afrique par la mouvance de Fethüllah Gülen dont le syndicat d’hommes d’affaires (TUSKON) est également très actif sur le continent africain (cf. article de Gabrielle Angey du 23 août 2010) ; enfin, la participation accrue à la résolution de conflits, dont le cas de la Somalie en est l’exemple le plus frappant.

La Turquie est devenue un acteur fondamental – un médiateur – dans la résolution de la crise somalienne, ce que souligne Mesut Özcan :

« Ces différentes contributions nous assurent beaucoup de bénéfices. Conjointement, nous devenons garant d’une mission éthique et sommes amenés à jouer un rôle nouveau. Par exemple, si l’Angleterre veut organiser une réunion avec la Somalie, la Turquie y est conviée. »

Mesut Özcan explique également le rôle de la Turquie en Afrique et l’attrait qu’elle représente pour certains pays – à majorité musulmane ou non – par l’usage du « soft power », concept qui renvoie à la capacité d’un Etat à influer sur les relations internationales par des moyens non coercitifs (culturels, économiques voire idéologiques). Pilotées par le ministre des affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, les nouvelles orientations de la politique extérieure turque répondent à une stratégie à long terme qui repose sur une vision multipolaire du monde, où aucun des acteurs n’est à négliger. Le fait qu’Ankara cherche à devenir un partenaire de premier plan en Afrique subsaharienne peut être considéré comme l’un des aspects de ces nouvelles orientations diplomatiques. En diversifiant ses partenariats économiques et en développant son rayonnement culturel en Afrique, la Turquie y trouve des alliés potentiels et un nouveau champ d’influence. La Turquie engrange déjà le bénéfice politique de cette démarche africaine, comme l’a montré son élection pour la première fois comme membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’ONU (pour la période 2009-2010), acquise grâce à un vote massif des pays africains en sa faveur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *