Investissements et coopération : les facettes du « nouveau paradigme turco-chinois »

L’année 2012 fut pour la Turquie l’année officielle de la culture chinoise (cf. photo), et 2013 sera pour la Chine l’année officielle de la culture turque. Des relations qui semblent donc se porter pour le mieux. Pourtant, en 2009, Pékin et Ankara entretenaient des relations très tendues, tensions suscitées par la répression des Ouïgours en 2009 par le gouvernement chinois. La révision des positions tenues par la Turquie sur le dossier coïncide avec le redoublement de ratifications d’accords économiques et diplomatiques entre les deux pays. Une lecture biaisée de Confucius le souligne : « une injustice n’est rien si on parvient à l’oublier », et Ankara semble désormais tournée vers d’autres horizons que ceux de la défense des turcophones de la province du Xinjiang. Lors d’une visite en Chine fin 2009, Ahmet Davutoğlu était allé jusqu’à parler de la naissance d’un «nouveau paradigme turco-chinois» (cf. article du 25 février 2011).

Le paradigme prend réellement forme début 2010, période où les visites officielles entre les deux pays se multiplient. Des accords portant sur le projet de ciment en Méditerranée ainsi que sur le projet de l’énergie du charbon à Çankırı avaient alors été signés. Dans la même lignée, un volet comprenant une coopération culturelle s’était matérialisé avec la ratification d’un protocole d’accord par les ministres de la culture des deux pays, prévoyant d’ouvrir des instituts Confucius en Turquie et des centres culturels Yunus Emre en Chine. Récemment, ce processus diplomatique est apparu à un nouveau degré d’accomplissement avec la visite officielle de Recep Tayyip Erdoğan à Pékin en avril 2012 (cf. photo), première visite officielle d’un premier ministre depuis 1985, époque à laquelle Turgut Özal cherchait à ouvrir l’économie turque.

On trouve dans l’actualité récente un exemple frappant du processus politique et économique avec la visite à Ankara de Wan Jifei (cf. photo), président du Conseil chinois pour la promotion du commerce international (China Council for the Promotion of International Trade ; CCPIT), dans le cadre du Forum turco-chinois de commerce et d’investissement organisé par la TUSKON, puissant syndicat d’hommes d’affaires en Turquie lié à la confrérie de Fethullah Gülen. Les deux objectifs – celui d’augmenter les investissements chinois en Turquie et celui de développer les partenariats en pays tiers – sont soulignés par le président du syndicat, Rızanur Meral :

« Avec la TUSKON, les investisseurs chinois sont invités à venir en Turquie, mais aussi en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Asie centrale où nous souhaitons établir des partenariats ».

En ce qui concerne le premier objectif, nous savons selon les statistiques chinoises que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a été multiplié par 18 en dix ans (1 milliard de dollars en 2001 contre 18,7 en 2011) et que l’objectif actuel et de le porter à 100 milliards de dollars. Pour le second objectif, la Chine affirme à demi-mot son intérêt pour la Turquie.

Comme le signale Wan Jifei, « La Turquie, se trouve à la confluence de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique », avantage d’une situation géographique qui permettrait à la Chine de se rapprocher de certains secteurs qu’elle convoite. On pourrait également y voire la volonté qu’a la Chine de redorer son blason dans certains pays où son image d’investisseur est passablement écornée, alors que la Turquie conserve globalement une bonne image dans les pays où elle investit (cf. article du 16 septembre). A titre d’exemple, l’implantation de firmes chinoises en Afrique et les relations que Pékin entretient avec les pays africains font l’objet de critiques acerbes. Nombreux sont les analystes et observateurs à reprocher à la Chine de piller les ressources et matières premières, d’avoir une politique impérialiste et de maintenir au pouvoir des gouvernements corrompus en s’inscrivant dans une forme de néocolonialisme. La Turquie, de son côté, demeure un pays partenaire apprécié par les pays d’Afrique subsaharienne, bien qu’elle n’ait pas toujours une politique extérieure facile à décrypter (notamment sur le rôle des investisseurs liés aux Fetullahçı, sur le fonctionnement des écoles turcophones liées au même réseau (cf article du 23 août 2010) ou encore du fait de la coopération économique qu’elle entretient avec certains chefs d’Etat ou de gouvernement comme le président soudanais, Omar al-Bachir).

Finalement, l’essor des relations entre les deux pays peut être compris comme partie prenante d’un phénomène plus global qu’est l’accroissement des relations économiques et politiques entre les grandes puissances économiques émergentes qui se cachent derrière les acronymes BRIC ou encore TIMBI, inventés par des économistes anglo-saxons (Chine, Brésil, Afrique du Sud, Inde, Nigeria, Indonésie, etc.). Dans ce cadre où la performance économique prime, les positions développées par Ahmet Davutoğlu concernant les aspects coopératif et humanitaire des partenariats établis avec les pays en voie de développement ont peut être désormais une limite : conserver avant tout des taux de croissance économique records.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *