Loin du «front», les polémiques font rage…

Depuis une semaine, l’artillerie turque riposte aux chutes sporadiques d’obus de l’armée syrienne sur son territoire, dont on se souvient que l’une d’entre elles a été meurtrière, le 3 octobre 2012 (cf. notre édition du 4 octobre 2012). Cette «drôle de guerre» qui a subitement tenu la une de la presse turque n’empêche pourtant pas les polémiques d’aller bon train. Deux de ces polémiques se détachent d’une actualité qui va son rythme faux, ces derniers jours.  En tout état de cause, elles sont révélatrices du débat politique en Turquie et de l’évolution de ses principales forces.

La première a un rapport direct avec la crise syrienne. Elle oppose le président du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu (photo à droite), au ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu. Ce n’est pas la première fois que les deux hommes croisent le fer à propos de la situation syrienne, mais ces dernières heures leur confrontation a pris une tour plus dur. Le leader kémaliste est, en effet, revenu sur une suggestion du chef de diplomatie turque qui, le 6 octobre dernier, a proposé que Bachar el-Assad démissionne pour permettre à son vice-président Farouk al-Shara de prendre la direction d’une transition politique, qui associerait le régime de Damas à ses opposants pour mettre un terme à la guerre civile en cours. Pour justifier sa suggestion, Ahmet Davutoğlu (photo à gauche) a dit voir en Faruk al-Shara, «un homme sage qui n’a pas pris part aux massacres et qui connaît bien le système syrien.» Kemal Kılıçdaroğlu a vu dans cette initiative, ainsi que dans d’autres propos afférents qu’aurait tenus le ministre,  une preuve supplémentaire de la logique sectaire qui animerait, selon lui, la diplomatie de l’AKP, et notamment son comportement à l’égard de la crise syrienne. Il estime notamment que cette ouverture faite à Faruk al-Shara tiendrait au fait que le vice-président syrien serait un sunnite, une analyse que le ministère des affaires étrangères a démenti à deux reprises.

Lors de la réunion de son groupe parlementaire, le 9 octobre, le leader du CHP a enfoncé le clou, en s’en prenant cette fois directement à la politique étrangère dont Ahmet Davutoğlu est à l’origine depuis que l’AKP est arrivé au pouvoir : « Qui est actuellement du côté de la Turquie ? Le Hamas, Barzani, le Qatar et l’Arabie Saoudite.», a déclaré le leader du CHP, avant de poursuivre :

«La Syrie, elle, a l’appui du Brésil, de l’Iran, de la Russie et de la Chine. Est-ce que c’est de la profondeur stratégique ou de l’aveuglement stratégique ? Le processus qui a abouti à un équilibre aussi insensé est l’œuvre d’un ministre des affaires étrangères dont l’incompétence est désormais connue du monde entier.»

Et Kemal Kılıçdaroğlu de clore son apostrophe en traitant carrément le ministre des affaires étrangères «d’idiot». On peut certes estimer que la fameuse diplomatie du «zéro problème avec nos voisins» et que la théorie de la «profondeur stratégique», qui va avec, rencontrent actuellement certains problèmes. Mais on doit aussi convenir que l’évaluation des forces en présence, opérée par Kemal Kılıçdaroğlu, a omis un protagoniste de taille qui s’est pourtant manifesté au cours des dernières heures. Anders Fogh Rasmussen (photo à droite), le secrétaire général de l’OTAN, a en effet fait savoir que l’Alliance avait son plan pour apporter son appui à la Turquie, si le besoin s’en faisait sentir.

Une autre polémique qui concerne la question kurde, cette fois, a réussi à passer entre les obus syriens… Elle fait suite aux propos, tenus le 7 octobre, par le nouveau chef de la police de Diyarbakır, Recep Güven (photo à gauche). Ce dernier a effet déclaré qu’il n’était pas insensible à la mort des rebelles kurdes du PKK qu’il combat, allant même jusqu’à dire : «Celui qui ne pleure pas quand un terroriste meurt dans la montagne n’est pas un être humain.»

Le propos a traversé, comme une trainée de poudre, les principales lignes de partage de la classe politique turque, révélant le dernier état des positions en présence. Comme on pouvait s’y attendre, le MHP a condamné les déclarations du chef de la police de Diyarbakır. Lors de la réunion de son groupe parlementaire, mardi, Devlet Bahçeli (photo à droite) n’a pas hésité à s’écrier : «Si celui qui ne pleure pas la mort d’un terroriste n’est pas humain, alors cette salle est remplie de gens qui ne sont pas humains.» En revanche, on comprend qu’à l’autre bout de l’échiquier politique turc, le BDP ait salué la déclaration de Recep Güven. Sırrı Sakık (photo à gauche), le député BDP de Muş s’est réjoui d’un tel commentaire, «inhabituel en Turquie», a-t-il dit, en estimant que pour résoudre un problème aussi difficile et périlleux que l’est la question kurde, il fallait être capable de partager ses sentiments de pitié et de souffrance. À la différence des propos que n’auraient probablement pas manqué de tenir certains membres du CHP, à l’époque de Deniz Baykal, les représentants actuels de ce parti, tel Sezgin Tanrıkulu, l’un de ses vice-présidents, ont salué la déclaration du chef de la police de Diyarbakır, en estimant qu’il était rassurant qu’un policier puisse avoir un tel regard.

Plus complexe a été la réaction de l’AKP, puisque ses membres se sont montrés partagés sur la question. Comme à son habitude, lors de la réunion de son groupe de députés, Recep Tayyip Erdoğan, n’a pas fait dans la nuance, condamnant la déclaration de Recep Güven, et lui reprochant de sortir de son rôle : «Nous ne pleurons pas pour la mort d’un terroriste qui a tué nos fils et qui a été tué en cherchant à le faire… », a déclaré le premier ministre. Puis faisant référence à la déclaration du policier : «On use de ce genre d’artifices verbaux pour satisfaire certaines personnes… laissons cela aux politiques, chacun doit faire son travail.» Pourtant, la veille, le vice-premier ministre, Bülent Arınç (photo à droite), dont on sait qu’il est proche de la confrérie Fethullah Gülen, avait été beaucoup moins sévère à l’égard du chef de la police de Diyarbakır, en affirmant que ses propos étaient «appréciables» et en espérant que tous les membres des forces de police en service dans cette région partageraient l’opinion de Recep Güven…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *