Les leçons de l’interception par la Turquie d’un avion de ligne syrien

Dans la nuit de samedi à dimanche, l’agence officielle syrienne SANA a annoncé que Damas avait décidé d’interdire son espace aérien aux avions turcs. Une initiative qui a été suivie, quelques heures plus tard, de l’annonce par le ministre turc des affaires étrangères qu’Ankara interdisait désormais son espace aérien aux vols de ligne syriens. Ces décisions font suite à l’interception, le 10 octobre dernier, d’un avion syrien par des F-16 de l’armée de l’air turque. Forcé d’atterrir à l’aéroport d’Esenboğa à Ankara, cet appareil, qui effectuait une liaison entre Moscou et Damas, s’est vu confisquer une partie de sa cargaison, principalement constituée par des pièces de rechange destinées à des radars.

Recep Tayyip Erdoğan a justifié cette opération en estimant que les Syriens avaient violé les règles de l’aviation civile, qui interdisent le transport de matériel militaire par un avion de ligne. Pour sa part, le ministre syrien des transports a accusé Ankara de «piraterie», en affirmant que le contenu de la cargaison était tout à fait légal. Quant à Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, il a demandé les raisons de cette interception au gouvernement turc, et lui a reproché d’avoir mis en danger la vie des passagers de l’avion, parmi lesquels se trouvaient 17 russes. Enfin, tout en reconnaissant que les pièces de radars confisqués pouvaient avoir un double usage civil et militaire, le chef de la diplomatie russe a affirmé que la cargaison n’avait rien d’illégal.

On s’est beaucoup interrogé ces derniers jours sur la nature légale ou illégale de la cargaison de cet avion syrien, et sur l’origine des renseignements qui ont incité les autorités turques à intercepter ce vol. La Turquie n’a pas exhibé le matériel saisi, ni livré ses sources d’information. Il paraît en revanche quasi-certain qu’avant de prendre en charge ses passagers à l’aéroport international de Vnukovo à Moscou, l’avion suspect avait chargé le matériel litigieux à 200 km de la capitale russe, à l’aéroport militaire du Tula.

L’incident est intervenu au moment même où les relations turco-syriennes s’étaient encore dégradées suite à la chute d’obus syriens sur le territoire turc, l’un d’entre eux ayant causé la mort d’une femme et 4 enfants, le 3 octobre dernier, et justifié une longue riposte de l’artillerie turque (cf. notre édition du 4 octobre 2012). On n’a pas manqué d’observer également que cette affaire a précédé de quelques jours une visite prévue pour le 14 octobre de Vladimir Poutine en Turquie, et qui du coup, a été repoussée au mois de décembre prochain…

Quoi qu’il en soit, il est clair que cet incident calculé ou non, a permis à la Turquie de reprendre quelque peu la main, au moment où elle paraissait en passe d’être débordée par les implications et les conséquences de la crise syrienne qui se déroule à ses portes. Tout l’été, Ankara a paru subir l’événement. Le 22 juin, l’un de ses avions a été abattu par la DCA syrienne (cf. nos éditions des 24 juin et 29 juin 2012), par la suite le nombre des réfugiés a triplé posant des problèmes redoutables de logistique  (cf. article de Nicolas Fait, le 24 juillet 2012), tandis que l’évacuation du nord de la Syrie, par les troupes de Bachar el-Assad, faisait craindre au gouvernement turc l’apparition dans ce pays d’une région kurde aux mains d’organisations proches du PKK (cf. notre édition du 26 juillet 2012). Les obus syriens qui ont commencé à tomber au début du mois d’octobre sur le territoire turc, sans que l’on sache jusqu’à quel point cet «arrosage» sporadique était volontaire, sont venus confirmer le mauvais pas dans lequel se trouvait la Turquie, en lui faisant sentir par ailleurs une fois de plus son impuissance à réagir. Au caractère hautement périlleux de cette situation s’est ajoutée une sensation d’isolement de plus en plus inquiétante. «Taquinée» à ses frontières par un régime baasiste n’ayant plus rien à perdre, incitée à la modération par ses alliés, Ankara sentait tous les jours un peu plus se renforcer le soutien indéfectible à Damas des puissances russe et iranienne voisines.

En interceptant cet avion, la Turquie a donc d’abord montré qu’elle pouvait elle-aussi «faire des misères» à Damas, sans trop prendre risque, et par contrecoup, elle s’est même payé le luxe de «taquiner» Moscou. Elle a ensuite corrélativement réussi à susciter le soutien renouvelée de ses alliés, qui pour la plupart ont estimé que l’interception de l’avion syrien était justifiée, Guido Westerwelle, le ministre allemand des affaires étrangères, faisant même un crochet par la Turquie, à son retour de Chine, pour venir apporter son soutien à son homologue turc. Enfin et surtout, le gouvernement turc a adressé un message à l’allié russe de la Syrie en le démasquant en quelque sorte. Car, en confisquant ce chargement (légal ou non), Ankara a aussi montré à la communauté internationale que la Russie soutenait jusqu’au bout un régime moribond dont les violences contre les populations civiles atteignent actuellement leur paroxysme. Un constat que n’a pas manqué de faire aussi publiquement, comme par hasard, Victoria Nuland, la porte-parole du département d’Etat américain.

De façon très significative, Ahmet Davutoğlu, dont la politique de bon voisinage a souvent été critiquée ces derniers temps, n’a cessé de plastronner, ce week-end, en dénonçant le comportement syrien, et affirmant haut et fort que «lorsqu’on en venait à des considérations de sécurité, pour l’OTAN, la frontière turque était aussi importante que la frontière norvégienne.»

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *