Fiche de lecture : Sitzenstuhl, Charles. La Diplomatie Turque au Moyen-Orient : Héritages et Ambitions du Gouvernement de l’AKP 2002-2010. L’Harmattan, 2011.

En bref : L’ouvrage de C. Stitszenhul, mémoire de master II augmenté, est une synthèse des rares livres publiés en France dans les années 2000 sur le thème de la nouvelle politique étrangère turque vis-à-vis du Moyen-Orient arabe. N’ayant manifestement pas accès aux sources turques en turc et ne prenant pas en compte le point de vue arabe, l’analyse, remarquable par son esprit de synthèse, ne parvient pas à éviter l’écueil principal qu’est le manque de recul à l’égard des sources et d’une pensée dominante qui non seulement suggère un sujet mais également la manière dont il doit être traité.

Contenu

Dans la première partie de l’ouvrage, partie d’histoire contemporaine de la Turquie, l’auteur met en avant l’ambigüité et la complexité des relations des turcs et de la Turquie avec le Moyen-Orient arabe. Résumant les analyses de D. Billion, R. Mantran (et alii), Dorronsoro etc., il revient avec une certaine précision sur les rapports d’abord complexes puis ouvertement conflictuels entre nationalismes turc et arabe. La révolution turque inaugure en effet la période occidentaliste et une rupture presque totale avec les pays arabes dont beaucoup sont encore sous mandat européen. Puis, en 1964, la Turquie s’autonomise un tant soit peu de ses alliés américains et européens pour amorcer un retour au Moyen-Orient et cherche à affirmer sa puissance à l’échelle régionale. Ce processus se poursuivrait peu ou prou jusqu’en 2002.

Dans la seconde partie, parvenu à la période récente, C. Stitzenhul explique comment l’avènement de l’AKP illustre les mutations internes de la société turque et comment ceci va occasionner une réorientation majeure de la politique étrangère turque vis-à-vis des pays  des arabes. L’auteur insiste sur le rythme des initiatives turques et paraît convaincu de la profondeur des liens qu’elle engendre.

Dans sa dernière partie, l’ouvrage tente une analyse stratégique de la « nouvelle » politique étrangère turque. L’auteur décrypte trois dimensions principales de ce qu’il présente comme un état de fait incontestable : devenue puissance globale, l’ascendant turc à l’échelle régionale semble avéré. L’obsession sécuritaire turque (les Kurdes comme risque interne et l’Irak) ; le « soft power » et les efforts de médiation-pacification au Moyen-Orient pour s’assurer sécurité et prospérité ; enfin, les incertitudes que fait peser cet activisme moyen-oriental sur les relations de la Turquie avec ses alliés de l’OTAN et Israël.

Critique

Au croisement de la science politique, de l’histoire contemporaine et de relations internationales en constante mutation, prendre de la hauteur reste la principale gageure.

L’ouvrage de C. Stitzenhul, élève de l’IEP de Strasbourg, est appréciable par la synthèse qu’il opère des diverses sources aisément accessibles au moment où il rédige son mémoire. En cela, il constitue un outil d’utilisation facile et de découverte rapide de la politique étrangère turque en ce début de XXIème siècle. Si l’introduction effraye un peu par la reprise de nombreux stéréotypes qui laissent préjuger d’un développement pauvre, la première partie de l’ouvrage dénote cependant par la précision du rappel historique, bien supérieur à la plupart des articles académiques produits sur le sujet. Le découpage historique qui fait de 1964-2002 une période relativement homogène est toutefois gênant.

La politique étrangère de l’AKP est communément présentée comme la seule véritable rupture avec l’héritage kémaliste en la matière. Comme la majorité des observateurs – mais en faisant abstraction de certaines analyses récentes qui ont tenté d’aller à l’encontre de la pensée unique (voir notamment Dal, Emel Parlar. “Entre Précaution Et Ambition: Le Néo-ottomanisme de la Nouvelle Politique Extérieure de l’AKP En Question.” EurOrient, no. hors-série (2010): 35–58) – Stitzenhul présente la période depuis 2002 comme un tournant sans équivalent dans l’histoire contemporaine turque après avoir considéré celle-ci comme témoignant d’une continuité excessivement homogène.

On notera aussi les références multiples à la théorie du « Soft power » de J. Nye, théorie appliquée à la politique étrangère turque par M. Benli Al-Tunışık (Middle East Technical University, Ankara) dans diverses publications du TESEV, de revues de politiques internationales ainsi que dans l’ouvrage dirigé par D. Schmid et alii (Schmid, Dorothée et alii. La Turquie Au Moyen-Orient: Le Retour D’une Puissance Régionale ? Paris: CNRS Editions, 2011). L’inconvénient principal de ce concept paraît relever du recours par trop systématique et trop superficiel qui en est fait pour apporter un renfort théorique au classement dans une même catégorie de dimensions hétérogènes de la politique étrangère.

Concernant la bibliographie, elle comporte les principaux ouvrages de base sur l’histoire contemporaine turque et sa politique étrangère ainsi que de doctrine des relations internationales, tant en français et qu’en anglais. En revanche, il appert qu’elle ne comporte presque aucune source « primaire », si ce n’est l’interview d’A. Kalın disponible sur Youtube et les conseils avisés de l’historien A. Kuyaş. Il n’y a pas non plus de sources en turc ou en arabe, ce qui se ressent à la lecture de l’ouvrage, lorsque l’auteur évoque par exemple l’impact de la conquête culturelle turque dans le monde arabe en se fiant à ce que la presse (turque, française) et quelques chercheurs turcs et turcologues ont pu écrire sur le sujet. Il semble faire fi du fait qu’il s’agit là d’un phénomène qui, s’il ne saurait être négligé, est essentiellement télévisuel (et n’inclut peu ou pas la musique en réalité), ne concerne pas toutes les tranches de population et n’a probablement pas dépassé pour le moment l’aspect conjoncturel d’un phénomène de mode qui ne saurait remettre en cause les frontières linguistiques. Bref, « en restant en Turquie » et en puisant dans une bibliographie par trop restreinte, cet ouvrage demeure prisonnier de la pensée dominante du moment qui accorde un crédit qu’on peut juger excessif à la nouveauté et à la portée des initiatives turques au Moyen-Orient arabe. Bref, il commet peut-être la maladresse de donner dans le journalisme tout en se présentant comme travail de recherche, et s’épargne dès lors une prise de recul indispensable à toute étude de science politique, de relations internationale et a fortiori d’histoire. Les reconfigurations à l’œuvre dans les pays arabes apportent d’ailleurs un amer démenti à la thèse selon laquelle la puissance de la Turquie est une réalité définitivement avérée dans la région.


Jean-Baptiste Le Moulec

Doctorant en Sciences Politiques

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 novembre 2013

    […] Fiche de lecture : Sitzenstuhl, Charles. La Diplomatie Turque au Moyen-Orient : Héritages et Ambitions du Gouvernement de l’AKP 2002-2010. L’Harmattan, 2011. Publié le 16/10/2012 sur : [http://ovipot.hypotheses.org/7961] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *