Pas de trêve politique en Turquie pour les fêtes !

« Les fêtes » ! Ne croyez surtout pas que j’use d’expressions hexagonales pour aborder les réalités turques ! Car, en cette fin de mois d’octobre, en Turquie, on peut bien parler «des fêtes», puisque s’enchainent, cette année, la fête du sacrifice (l’une des plus importantes fêtes musulmanes) dont la date a été fixée par les autorités religieuses du pays le 25 octobre, et la fête nationale commémorant la proclamation de la République en 1923, qui est célébrée tous les ans le 29 octobre. Pour autant, ces festivités prolongées ne donnent pas lieu à une trêve politique véritable !

Rien que l’usage des termes festifs a désormais son importance. Les milieux laïques et d’opposition n’hésitent pas à présenter concomitamment des souhaits de bonnes fêtes pour les deux événements, tout en évoquant le premier sous le vocable traditionnel de «Kurban Bayramı» (fête du sacrifice en turc), préféré en l’occurrence à «Eid al-Adha» (la terminologie arabe), qui a eu tendance à se généraliser, au cours des dernières années en Turquie, comme d’ailleurs le terme «Ramazan Bayramı» (fête de Ramadan) a remplacé de plus en plus communément «Şeker Bayramı » (fête du sucre utilisé traditionnellement antérieurement, et faisant référence aux confiseries que l’on offre aux enfants à la fin du Ramadan). Les journalistes laïques (telle Belgin Akaltan dans le Hürriyet Daily News) regrettent ces écarts de langage, tout en affirmant qu’ils ont préféré faire un don à la LÖSEM (une fondation de lutte contre la leucémie infantile) ou à la ÇYDD (l’association d’éducation laïque fondée par Türkan Saylan, (cf.notre édition du 23 mai 2009), plutôt que de recourir à la pratique «barbare» du sacrifice. Pour sa part, la presse pro-gouvernementale ou fethullahçı s’étonne de la rhétorique élitiste, jugée parfois même «islamophobe», de ces «Turcs blancs», qui répugnent à prendre le couteau le jour du sacrifice mais qui, loin d’être végétariens, apprécient particulièrement les restaurants de kebab et n’hésitent pas à donner dans leurs colonnes la recette du Çoban Kavurma, un succulent sauté d’agneau aux légumes (cf. notamment, quant à cette seconde vision des fêtes, la chronique de İshan Yılmaz dans Sunday’s Zaman). Loin de ces querelles sémantiques, profitant de ce week-end, plus long que le pont de Şabahettin Paşa, beaucoup de Turcs ont avant tout pris leur voiture pour aller rendre visite à leur famille, ou rallier un lieu de villégiature où ils dégusteront sûrement des mets délicieux et observeront, à leur guise, les us et coutumes qui leur sont chers.

Les tensions qui empêchent une trêve politique, en ces jours de fête, ne découlent pourtant pas que d’une guerre des mots et des usages. La fête nationale en particulier risque d’être chaude, puisque l’opposition et un certain nombre d’ONG et d’associations, furieuses que sa célébration soient concentrée cette année à Çankaya, la résidence du président de la République, ont appelé à la tenue d’une manifestation devant l’ancien parlement d’Ankara. Le problème est que cette manifestation a été interdite par le gouverneur de la capitale, aux motifs qu’elle risquait de donner lieu à des violences, ce qui a provoqué une nouvelle passe d’armes entre Recep Tayyip Erdoğan, qui a soutenu (et peut-être inspiré) la décision du gouverneur, et le leader de l’opposition, Kemal Kılıçdaroğlu, qui a annoncé qu’il bouderait les cérémonies officielles pour se rendre au rassemblement interdit. Le leader du parti kémaliste a d’ailleurs déjà annoncé la couleur, en allant pour le «Kurban Bayramı», jeudi, à la prison de Silivri, afin de rendre visite aux députés de son parti, incarcérés dans le cadre de l’affaire Ergenekon.

En dehors des polémiques provoquées par la célébration des fêtes, d’autres foyers de tension existent actuellement, notamment celui de la question kurde. Si les accrochages et affrontements armés ont connu une baisse d’intensité et de fréquence dans le sud-est du pays, depuis la deuxième quinzaine de septembre, en revanche l’attention est actuellement polarisée par la  grève de la faim qu’ont entreprise plusieurs centaines de prisonniers politiques kurdes, incarcérés dans le cadre de l’enquête sur le KCK (l’Union des communautés du Kurdistan). Ils demandent une amélioration des conditions de détention du leader du PKK, Abdullah Öcalan, et leur mouvement atteindra bientôt son 50e jour. Beaucoup d’observateurs reprochent au gouvernement d’avoir d’autant plus mal géré cette affaire que des possibilités de négociations existeraient, et que la dégradation de l’état de santé des grévistes pourrait accroître rapidement la gravité de la crise.

Un autre dossier mal parti est celui des réformes constitutionnelles en cours. Il concerne, en premier lieu, l’avancement des élections locales (initialement prévues le 29 mars 2014) au 27 octobre 2013. L’idée qui motive cette mesure est, on le sait, de faciliter le déroulement de la campagne pour la première élection présidentielle au suffrage universel qui doit avoir lieu au mois d’août 2014. L’avancement des élections locales requiert néanmoins le vote d’un amendement constitutionnel, qui ne peut être acquis qu’à la majorité renforcée des deux tiers (367 voix contre 550). Or, l’AKP a échoué de 7 voix à obtenir cette majorité, il y a 15 jours, et le président de la République, qui ne souhaite pas soumettre ce projet à référendum en estimant que cela perturberait la sérénité des débats avant la présidentielle, l’a renvoyé pour une nouvelle lecture au parlement, où il risque fort d’être à nouveau rejeté. Dès lors, beaucoup d’observateurs pensent désormais que le gouvernement aura du mal à organiser les prochaines élections locales de façon anticipée.

En second lieu, cette difficulté conjoncturelle de calendrier électoral à dimension constitutionnelle vient rappeler que l’élaboration de la nouvelle constitution, voulue par le gouvernement, semble de plus en plus compromise. La commission de conciliation composée de représentants des quatre partis qui siègent au parlement (AKP, CHP, MHP, BDP) est dans une impasse totale, six mois après le début de ses travaux, alors même que le premier ministre a annoncé, le 2 octobre dernier, qu’il donnait au parlement jusqu’à la fin de cette année pour achever sa copie, sous-entendant que si ce délai n’était pas respecté, il confierait l’affaire aux seuls parlementaires de son parti et renoncerait donc à une élaboration consensuelle de la prochaine charte constitutionnelle…

À toutes et à tous, bonnes fêtes quand même !

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *