Fin de campagne électorale en Turquie





La campagne pour les élections locales est terminée en Turquie. Le scrutin se tient ce dimanche 29 mars 2009. Ces élections ne sont ne sont pas seulement municipales mais plus généralement locales, car les électeurs voteront à plusieurs échelons et pour plusieurs instances.

L’administration territoriale décentralisée turque ressemble à celle de la France avant les réformes de décentralisation de 1982. Elle est principalement structurée autour de deux échelons : les municipalités («belediye») et les provinces («il»). Si les municipalités disposent de pouvoirs exécutif (maire ou en turc «belediye başkanı») et délibérant (conseil municipal ou «belediye meclisi») élus, au niveau départemental (comme en France avant 1982), seule l’assemblée («il özel idaresi») est élue, l’exécutif revenant au préfet (vali) nommé par le gouvernement. Toutefois, cette administration territoriale décentralisée révèle deux spécificités importantes : l’existence de maires de village ou de quartier («muhtar») et la présence de 16 mairies métropolitaines («Büyükşehir Belediyesi») disposant d’un maire et d’un conseil municipal métropolitains ainsi que de maires et de conseils d’arrondissement. À cela s’ajoute, à tous les échelons (village ou quartier, municipalité normale ou d’arrondissement, municipalité métropolitaine), l’élection des maires au suffrage universel direct. Dernière précision importante : dans les grandes villes, le conseil métropolitain n’est pas élu distinctement des conseils d’arrondissement mais en est l’émanation (ce qui veut dire qu’une partie des conseillers municipaux d’arrondissement siègent aussi au conseil central métropolitain).

Tout cela étant certes un peu compliqué, rien de tel pour éclaircir les choses, qu’une mise en situation concrète de l’électeur turc qui vote en ce dimanche. S’il vote dans une grande ville («Büyükşehir»), comme Istanbul, Bursa, Izmir, Ankara ou Diyarbakır (…), notre électeur votera donc 5 fois : pour le «muhtar» de son quartier, pour le conseil et pour le maire de son arrondissement, pour le maire métropolitain et enfin pour le conseil de sa province («il özel idaresi»). Dans tous les autres cas, l’électeur turc votera 4 fois : pour le «muhtar» de son quartier ou de son village (s’il habite en secteur rural), pour le maire et le conseil municipal de sa ville ou de son district (s’il habite en secteur rural), pour le conseil de sa province («il özel idaresi»). La caractéristique de ce système est de favoriser une forte personnalisation de la fonction de maire puisque ce dernier est directement élu par les électeurs et non par le conseil municipal, comme en France. L’électeur peut donc parfaitement voter pour la liste d’un parti politique, pour l’élection du conseil municipal, et choisir une personnalité qui n’est pas de ce parti mais qui le séduit plus, pour l’élection du maire.

En Turquie, depuis le passage au pluralisme après la seconde guerre mondiale, ces élections locales sont les quatorzièmes du genre. Ce scrutin a néanmoins évolué au grès des réformes de l’appareil territorial turc (notamment avec la création des mairies métropolitaines dans les années 80) et a gagné en importance sur le plan politique. Depuis une vingtaine d’années, en effet, au-delà des enjeux locaux, ces élections ont souvent constitué un test politique majeur. Ainsi en 1989, les élections locales avaient marqué la fin de l’état de grâce de l’ANAP (Parti de la Mère Patrie), le parti de centre droit à tendance islamique de Turgut Özal, qui dominait alors la vie politique turque. En 1994, le scrutin local avait révélé l’ampleur du phénomène islamiste en Turquie. À la surprise générale, le «Refah Partisi» avait conquis les plus grandes villes du pays, notamment Ankara et surtout Istanbul, dont un certain Recep Tayyip Erdoğan était devenu maire. En 2004, les élections locales avaient confirmé et amplifié l’influence de l’AKP, porté au gouvernement par les élections législatives de 2002. Les enjeux politiques des prochaines élections locales semblent devoir être de moindre importance. Peu de changements majeurs sont attendus dans les grandes villes si ce n’est au niveau des mairies d’arrondissement. Les deux enjeux de taille de ce scrutin sont : d’une part, la confrontation qui oppose le DTP et l’AKP dans le sud-est (car si le DTP maintient ses positions ou les amplifie, il rappellera aussi au parti majoritaire le caractère incontournable de la question kurde) ; d’autre part, l’ampleur au niveau national du résultat de l’AKP (qui est d’ores et déjà assuré d’arriver en tête).

Les derniers sondages sont incertains à cet égard. L’Institut «KONDA» estime que les grands partis politiques représentés au parlement devraient confirmer leurs résultats aux législatives de 2007, l’AKP (47,9%) et le CHP (23,5%) les amplifiant même légèrement, tandis que le MHP resterait stable (14,3%). Ces partis accroîtraient aussi leur influence par rapport à la précédente consultation locale de 2004. L’Institut «Metropoll» crédite ces partis de résultats légèrement inférieurs (44,3% pour l’AKP, 22,4% pour le CHP et 11,5% pour le MHP). Enfin, l’Institut «A&G» donne à l’AKP un score inférieur (39,8%), tandis que le CHP et le MHP atteignent des scores nettement supérieurs (respectivement 26,4% et 15,2%). Pour l’AKP, une victoire confirmant ou amplifiant son score historique de 2007 (46,7%), serait le signe d’un regain de légitimité lui permettant de relancer des réformes importantes, en particulier son projet de Constitution civile enlisé depuis plusieurs mois. Sans être déterminantes, ces élections ne sont donc pas sans enjeux.

Pour le reste, la campagne électorale bien qu’animée n’aura pas été d’une originalité débordante. L’AKP a eu une fâcheuse tendance à resservir les recettes et les mots d’ordre qui lui avaient réussi en 2007. Reprenant ses affiches à dominante jaune, le parti majoritaire y a montré des Turcs moyens, conducteurs de chantiers, employés, infirmières (…) et insisté sur sa capacité à améliorer le service. À Istanbul, le CHP a beaucoup cherché à personnaliser la campagne autour de son candidat à la mairie métropolitaine, Kemal Kılıçdaroğlu, symbole du combat contre la corruption que le parti kémaliste entendait impulser à l’occasion de ces élections locales dans le sillage des scandales qui ont éclaboussé l’AKP à l’automne dernier. Le MHP, pour sa part, a demandé aux électeurs de voter avec leur cœur sur des affiches assez glaciales. Quant au «Saadet Partisi» (islamiste), l’une des seules petites formations à avoir engagé une campagne importante au niveau national sur de grands espaces publicitaires, il a surtout tenté de faire entendre sa différence et de décourager le vote utile de son électorat en faveur de l’AKP. Les premiers résultats tomberont ce soir après la fermeture des bureaux de vote.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *