Victoire en demi-teinte pour l’AKP aux élections locales


L’AKP a remporté une victoire en demi-teinte aux élections locales qui se sont déroulées, le 29 mars 2009, en Turquie. Avec 40,13% des voix (dernières estimations, les chiffres cités dans cet article sont encore provisoires), le parti au pouvoir devance certes ses rivaux, mais il fait un score nettement inférieur à celui qu’il avait réalisé lors des dernières élections législatives en 2007 (46,7%), et lors des précédentes élections locales en 2004 (41,7%). C’est aussi la première fois que l’influence du parti majoritaire décroît, lors d’une élection, depuis sa victoire aux législatives de 2002. Ce résultat confirme une usure de l’AKP qui s’était manifestée au deuxième semestre 2008, au moment du scandale «Deniz Feneri». Pourtant l’attitude pugnace de Recep Tayyip Erdoğan lors du forum de Davos paraissait avoir remis le parti gouvernemental en selle. Mais depuis, les effets de la crise financière (notamment un taux de chômage record) se sont fait sentir. Selon les experts, l’opinion publique ne rendait pas l’AKP directement responsable de cette situation, mais il est probable que cette dernière aura finalement pesé quand même dans la balance.

Comme on pouvait s’y attendre, l’AKP (majoritaire dans 51 provinces sur 81) a conservé ses places fortes en Anatolie (notamment Kayseri, Erzurum, Konya, Amasya, Afyon, Aksaray, Nevşehir, Erzincan…) et les deux plus grandes villes du pays qu’il détient depuis un bail (Istanbul, Ankara), gagnant même la ville de Trabzon (ce qui était attendu). Toutefois, le parti de Recep Tayyip Erdoğan a perdu la ville d’Antalya, échouant aussi dans les métropoles d’Izmir et de Diyarbakır, des objectifs qu’il s’était pourtant fixé et où le premier ministre était allé faire personnellement campagne. Dans un certain nombre de villes, en outre, bien qu’il ait remporté l’élection du maire, il n’aura pas de majorité dans les conseils municipaux et devra composer avec l’opposition. C’est là techniquement un effet du présidentialisme qui caractérise le système municipal turc (cf. notre édition du 29 mars 2009), mais c’est politiquement la conséquence d’un tassement du parti gouvernemental qui a dû batailler ferme pour conserver des positions souvent menacées.

En face, l’opposition a accru très sensiblement son influence. Avec 28,18% des voix, le CHP se retrouve majoritaire dans 13 provinces qui sont pour la plupart des provinces de la partie européenne de la Turquie (Edirne, Kırklareli et Tekirdağ), du pourtour méditerranéen (Çannakkale, Izmir, Aydın, Muğla, Antalya et Içel) ou du littoral de la mer Noire (Zonguldak, Sinop, Giresun et Artvin). Tout en conservant facilement la métropole d’Izmir (où son candidat Aziz Kocaoğlu a été élu avec plus de 53%), il reprend Antalya à l’AKP et réalise de bons scores dans les métropoles d’Ankara et d’Istanbul où ses candidats (Murat Karayalçin avec 31,5% et Kemal Kılıçdaroğlu avec 36,9%) talonnent les maires sortants réélus (Melih Gokçek avec 38,5% et Kadir Topbaş avec 44,3%). Le bon score de Kemal Kılıçdaroğlu à Istanbul pourrait en outre renforcer l’influence de celui-ci au sein du CHP. Pour sa part, le MHP maintient son influence avec un score global estimé à 14,79%. Mais surtout le parti nationaliste renforce son enracinement local en remportant les mairies d’Adana et de Balıkesir et en se retrouvant majoritaire dans 10 provinces du sud-est (Adana, Osmaniye), du sud-ouest (Isaparta, Uşak, Manisa, Balıkesir) et de la mer Noire (Bartın, Karabük, Kastamonu et Gümüşhane). Enfin, dans le sud-est, le parti kurde DTP l’emporte dans 8 provinces (Tunceli, Diyarbakır, Batman, Siirt, Şırnak, Hakkari, Van et Iğdır) et conserve brillamment la ville de Diyarbakır où son candidat Osman Baydemir est réélu avec plus de 65% des suffrages.

Cette élection confirme la polarisation des suffrages autour de l’AKP, du CHP, du MHP et du DTP (ce dernier étant certes surtout influent dans le sud-est mais réalisant des résultats significatifs dans certaines grandes métropoles à l’ouest, comme Istanbul). Ce phénomène de renforcement des grands partis, que l’on avait pu observer lors des élections législatives de 2007, a définitivement rayé de la carte les vieux partis de centre droit (le DP arrive cependant en tête dans le département de Yalova) et ruine l’influence des petites formations. Seuls restent encore visibles : les islamistes du «Saadet Partisi» qui avec 4,71% des voix améliorent leur score des élections législatives de 2007 (2,34%) et retrouvent celui des élections locales de 2004 (4,77%) et le DSP (Demokrat sol parti, parti démocrate de gauche), crédité nationalement de 2,40% mais qui remporte deux provinces (Eskişehir et Ordu) tout en conservant la métropole d’Eskişehir.

Ce scrutin local constitue donc un avertissement pour l’AKP dont le leader, Recep Tayyip Erdoğan, s’est dit insatisfait hier soir, à l’annonce de résultats qu’il avait prédits meilleurs à la fin de la campagne électorale. Le gouvernement comptait, en effet, sur une victoire plus probante pour pouvoir relancer des réformes de fond, en particulier la réforme constitutionnelle enlisée depuis plusieurs mois. Ce demi-succès risque de rendre sa tâche difficile tout en ouvrant une fenêtre d’opportunité aux formations d’opposition dont l’influence est désormais égale à celle du parti au pouvoir. Enfin, les résultats enregistrés par le DTP dans les provinces du sud-est, alors même que l’AKP avait utilisé les grands moyens pour y amplifier son influence, indiquent au gouvernement qu’il ne pourra pas ignorer le fait kurde et le réduire à une question de développement économique.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 3 janvier 2014

    […] lieu en mars 2014 : il s’agit des élections locales, cinq ans après le renouvellement du 29 mars 2009. Il y a quelques mois, « l’AKP a tenté d’avancer la tenue des élections […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *