Le général Yaşar Büyükanıt prochainement auditionné au sujet du «e-memorandum» du 27 avril 2007

Yaşar Büyükanıt, qui fut le 25e chef d’état-major des forces armées turques, de 2006 à 2008, sera prochainement auditionné par la commission parlementaire chargée d’enquêter sur les coups d’Etat et les interventions militaires factieuses. Cette commission, présidée par la députée AKP Nimet Baş, s’est récemment intéressée au «coup d’Etat post-moderne» de 1997, en auditionnant des militaires, mais aussi de nombreux acteurs de la société civile (membres du patronat, journalistes notamment..). Elle semble désormais concentrer son attention sur des événements plus récents, en particulier le déroulement de l’élection présidentielle de 2007, qui avait provoqué de fortes tensions entre l’AKP et les militaires. La commission doit notamment interroger le général Büyükanıt sur le fameux e-mémorandum que l’état-major avait posté, sur le site internet des forces armées turques, dans la nuit du 27 au 28 avril 2007, après le premier tour boycotté de l’élection présidentielle (cf. notre édition du 29 avril 2007). Ce texte, qui évoquait des atteintes graves à la laïcité, ressemblait à s’y méprendre aux mémorandums qui avaient précédé les coups d’Etat antérieurs de l’armée turque. Il avait été alors interprété comme un message de mise en garde de l’armée au gouvernement de l’AKP, au moment où le parti majoritaire essayait de s’emparer de la présidence de la République.

Succédant à son collègue Hilmi Özkök, chef d’état-major entre 2002 et 2006, qui avait joué la carte du consensus avec l’AKP, pendant la première législature de ce dernier, le général Büyükanıt était, en revanche, dès sa nomination, apparu comme un «dur», pourfendant, d’abord, les prétendues faiblesses de l’AKP sur les dossiers kurde et chypriote, avant de s’attacher à dissuader Recep Tayyip Erdoğan d’être candidat à la présidentielle en 2007. Bien que le premier ministre se soit finalement détourné de l’objectif présidentiel, l’ex-chef d’état-major s’était employé, par la suite, à  barrer la route à Abdullah Gül, le numéro 2 de l’AKP. Le «e-mémorandum» du 27 avril, connu aussi sous le nom de «mémorandum de minuit» ou de «e-coup d’Etat», a été l’un des moyens de dissuasion auquel l’establishment politico-militaire a eu recours pour essayer d’entraver la conquête de la présidence de la République par l’AKP. L’échec de cette manœuvre d’intimidation allait révéler que l’armée n’avait plus l’influence dont elle avait pu jouir sur le système politique turc. En effet, le pouvoir politique, en la personne du ministre de la justice de l’époque, Cemil Çiçek, réagit vertement, en rappelant à l’autorité militaire son devoir d’obéissance au gouvernement civil. En dépit des efforts également déployés par la Cour constitutionnelle pour empêcher l’AKP d’accéder à la présidence (cf. notre édition du 30 avril 2007), les élections législatives anticipées provoquées par le blocage de la présidentielle déboucheront sur une victoire de l’AKP, et finalement, au mois d’août 2007, sur l’élection d’Abdullah Gül à la présidence de la République (cf. notre édition du 31 août 2007).

Après ce qui fut analysé comme un grave revers politique de l’armée, Yaşar Büyükanıt se tiendra plus en retrait, notamment au cours de la seconde année de son mandat, qui verra la justice, en particulier la Cour constitutionnelle et le procureur général de la Cour de cassation, devenir le fer de lance du camp laïciste face à la progression politique de l’AKP. Atteint par la limite d’âge, le général Büyükanıt laissera d’ailleurs sa place, dès le 28 août 2008, à l’un de ses lieutenants, le général İlker Başbuğ, qui fut sans doute le dernier chef d’état-major à lutter pied-à-pied pour tenter de contenir la pénétration de l’appareil d’Etat par l’AKP (cf. notre édition du 3 septembre 2008). Quant à Yaşar Büyükanıt, en dépit de sa réputation de «dur», et de quelques casseroles sonnantes et trébuchantes, comme par exemple son implication dans l’affaire de Şemdinli (attentat organisé par des barbouzes contre une librairie kurde dans un district de la province de Hakkari) ou le fait qu’il ait admis avoir été l’auteur du «e-mémorandum» du 27 avril 2007, il n’a pas connu, jusqu’à présent, d’ennuis trop graves avec la justice. Rappelons en effet que beaucoup des petits camarades de l’ex-chef d’état-major sont aujourd’hui derrière les barreaux, à commencer par son successeur, İlker Başbuğ (cf. notre édition du 7 janvier 2012).

Il faut dire que derrière le fameux «e-coup», un autre événement non moins célèbre se profile, et polarise toutes les attentions, depuis un certain temps déjà. Il s’agit de la rencontre entre Yaşar Büyükanıt et Recep Tayyip Erdoğan, qui a eu lieu, le 4 mai 2007, au palais de Dolmabahçe. Lors de cette réunion dont le contenu est toujours resté secret jusqu’à ce jour, les deux hommes auraient scellé un pacte de non-agression, et le général aurait par la suite bénéficié d’une sorte de protection, qui lui aurait permis d’échapper aux ennuis judiciaires fâcheux, qui ont frappé beaucoup de généraux turcs, à partir de 2008, dans le cadre des grandes affaires de complot (Ergenekon, Cage, «plan d’action contre la réaction», Balyoz…)

L’opposition kémaliste, dont l’ancien leader Deniz Baykal a refusé récemment de témoigner devant la commission à propos du «e-mémorandum», a donc contre-attaqué en réclamant que le premier ministre soit, lui-aussi, auditionné au sujet de la réunion de Dolmabahçe.  Recep Tayyip Erdoğan s’est dit prêt à témoigner devant la commission, mais depuis longtemps il a prévenu que Büyükanıt et lui-même se sont mutuellement promis de ne jamais rien révéler du contenu de leur rencontre.

La comparution du premier ministre n’est donc pas acquise, loin s’en faut. Des cafouillages se sont produits, ces derniers jours, à ce sujet, l’un des membres de la commission, au demeurant député de l’AKP, ayant laissé entendre que l’audition de Recep Tayyip Erdoğan était imminente, tandis que la présidente Nimet Baş le démentait formellement. Quoi qu’il en soit, on terminera sur une note humoristique en observant que l’audition du général Büyükanıt, qui a été, elle, confirmée et fixée au 8 novembre prochain, devrait avoir lieu… au palais de Dolmabahçe.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *