La visite de Barack Obama en Turquie, un succès qu’il va falloir gérer…


La visite du président américain à Ankara et à Istanbul, les 6 et 7 avril 2009, a été largement saluée par la presse et la classe politique turques comme un succès. En tendant la main au monde musulman, en soulignant l’importance stratégique que conserve la Turquie pour les Etats-Unis et en apportant un soutien appuyé à la candidature d’Ankara à l’Union européenne, Barack Obama a ouvert une nouvelle ère dans les relations turco-américaines, particulièrement malmenées au cours des deux mandats de George W. Bush. Devant la Grande Assemblée Nationale de Turquie, en particulier, force est de constater qu’il a su trouver le ton juste, par des formules qui ont fait mouche :

«Les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l’islam» ; ou encore : «Laissez-moi être clair, les Etats-Unis soutiennent fermement la candidature de la Turquie à l’Union Européenne

Loin d’être une digression finale, ce séjour turc doit être réinsérée dans la tournée européenne que Barack Obama a effectuée, du 1er avril au 7 avril. Car ce n’est pas un hasard si cette tournée commencée à Londres pour participer au G20, poursuivie à Strasbourg pour assister au sommet de l’OTAN et à Prague pour rencontrer les dirigeants de l’Union Européenne, s’est achevée par un séjour minutieusement préparé en Turquie. Le président américain s’est en effet indiscutablement appuyé sur son allié turc, si ce n’est pour énoncer les axes forts de sa politique étrangère, du moins pour commencer à dévoiler sa vision du monde.

En réitérant à plusieurs reprises son soutien à la candidature de la Turquie, le président Obama n’a pas seulement mis du baume sur le cœur aux Turcs, déçus par la tournure prise par les négociations avec Bruxelles, il a voulu rappeler que la construction européenne concernait aussi Washington. Car, si la position américaine favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Europe n’est pas nouvelle, exprimée dans un tel contexte, elle entendait signifier que les convictions multilatéralistes du nouveau locataire de la Maison Blanche ne l’amèneraient pas à délaisser le rôle prépondérant qui, pour un président américain quel qu’il soit, reste celui de son pays dans l’ordre international contemporain.

Dans le sillage de son déplacement en Europe, sa venue en Turquie était aussi destinée à permettre aux Etats-Unis de renouer en douceur avec le monde musulman. Dans un contexte très défavorable après les récentes élections israéliennes et encore marqué par les deux mandats de Georges W. Bush, Barack Obama a préféré s’employer à restaurer progressivement la confiance avec ses alliés musulmans par un comportement novateur crédible plutôt que d’accroître la désillusion dans la région par des annonces spectaculaires ayant peu de chance d’être suivies d’effets. La période Bush est terminée, le message sera sans doute passé, mais sur tous les fronts (Proche-Orient, Irak, Iran, Afghanistan), tout reste à faire et le rétablissement d’un esprit positif, permettant d’avancer sur ces dossiers, risque de prendre du temps.

En tout état de cause, force est de constater que la Turquie aura été fortement valorisée tout au long de la tournée du numéro un américain sur le vieux continent. Il est vrai que Barack Obama était incité à ménager son allié turc pour tenir compte d’impératifs très immédiats, liés en particulier au positionnement stratégique de la Turquie sur les voies de transit des troupes et du matériel américains destinés à l’Irak et à l’Afghanistan. Mais plus qu’une simple affaire de conjoncture, les points de vue exprimés par le président américain témoignent aussi d’une perception durable et pertinente du rôle stratégique de la puissance régionale politique et économique qu’est désormais ce pays.

Il reste que l’on peut s’interroger sur les effets que peut avoir à terme cette survalorisation de la Turquie par Washington, tant du côté européen que du côté musulman. Faisant suite au véto turc à la candidature de Anders Fogh Rasmussen à la tête de l’OTAN, le soutien des Etats-Unis à la candidature turque n’a pas seulement déplu aux Européens du noyau dur (France Allemagne…), mais aussi aux instances européennes (Commission européenne en particulier). Côté musulman, l’intérêt américain pour Ankara risque également d’accroître encore l’inquiétude des pays arabes modérés comme l’Arabie Saoudite ou l’Egypte, déjà indisposés par l’omniprésence de la Turquie ces derniers mois, qui sont soucieux de ne pas se voir dépossédés de leur rôle de pivots dans la région.

En bref, si la visite du 44e président américain a bien été une réussite pour la diplomatie turque, celle-ci devra aussi gérer habilement ce succès dans les mois à venir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *