Opération Pilier de Défense: Une mise à l’épreuve de la médiation turque dans le conflit israélo-palestinien

Depuis son arrivée au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP) a adopté une politique étrangère plus active dans le domaine de la gestion des crises. En s’appuyant sur ce que le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, appelle une ‘profondeur stratégique’, c’est-à-dire les liens historiques et la position géographique, la Turquie aspire à accroitre son rôle de médiateur dans les dans les crises régionales et internationales. Cependant, l’attitude turque dans la crise de Gaza de novembre 2012 est révélatrice d’un écart  entre les objectifs affichés et la réalité.

En ce qui concerne le Moyen Orient, la question palestinienne occupe une place centrale dans la politique turque. L’attitude de l’AKP est de considérer la question palestinienne comme une opportunité lui permettant de jouer un rôle constructif dans la région. L’intérêt de la Turquie a aussi une dimension économique : en effet, la Palestine pourrait constituer un débouché économique pour les entrepreneurs turcs. Par exemple, après l’intervention à Gaza en 2004, l’Union des chambres et bourses de Turquie (TOBB) a monté un projet de construction d’une vaste zone industrielle aux alentours d’Erez, poste frontière entre Israël et les territoires palestiniens. En outre, en politique intérieure, le gouvernement de l’AKP voit son implication dans la question israélo-palestinienne comme un moyen d’entretenir le soutien de la population. En effet, la question palestinienne est sensible pour des larges segments de la société turque. Selon un sondage effectué en octobre 2000 71% des Turcs avaient un intérêt dans les affaires palestiniennes et 60% exigeaient un rôle plus actif de la Turquie au nom du peuple palestinien. Selon un autre sondage réalisé en novembre 2003, 66% des Turcs soutiennent les Palestiniens dans leur lutte ; alors qu’un sondage de juillet 2004 a relevé que le public soutenait à 82% le Premier ministre Erdoğan pour avoir blâmé Israël pour poursuivre le terrorisme d’État (voir l’article de Today’s Zaman du 19 janvier 2009). Cette attitude de la population pousse le gouvernement à agir activement dans le conflit. Cependant, son orientation fortement pro-palestinienne se traduit par une prise de position des diplomates qui remet en question la neutralité de la Turquie. La crise de la bande de Gaza due à l’opération « Pilier de Défense » montre bien les limites de la position turque. Lancée par l’armée israélienne le 14 novembre 2012 afin de faire cesser les tirs de roquette vers le sud d’Israël dont le Hamas était tenu responsable, elle s’est terminée après huit jours d’affrontements, avec un accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas conclu grâce à la médiation de l’Egypte. La Turquie s’est positionnée comme alliée des Palestiniens, plutôt que comme médiatrice.

Or, une condition pour pouvoir accéder aux négociations comme tiers est d’entretenir des bonnes relations bilatérales avec les parties et une certaine impartialité. Mais, en ce qui concerne la Turquie, elle manque désormais de contacts directs avec Israël ; et elle n’oublie pas de le souligner. En réponse à une question de la part d’un reporter sur les conséquences que cette crise aurait sur les relations turco-israéliennes, Erdoğan a affirmé qu’ « il n’existe rien de ce genre. De quelles relations parlez-vous ? » (voir l’article du Turkish Weekly du 17 novembre 2012). En effet, depuis l’affaire Mavi Marmara en 2010, – l’arraisonnement par Tsahal de ce navire amiral d’une flottille humanitaire en partance pour Gaza avait provoqué la mort de neuf passagers turcs -, la Turquie impose trois exigences au rétablissement de relations diplomatiques avec Israël (voir notre édition du 3 septembre 2011). Elle demande une compensation pour les familles des victimes, des excuses officielles du gouvernement israélien, et la levée du blocus de Gaza. Conditions qu’Israël n’a pas satisfaites, en citant l’opposition intérieure à une réconciliation aux conditions imposées par la Turquie (voir l’article du Turkish Weekly du 24 novembre 2012). En outre, le critère d’impartialité met aussi en péril le rôle de médiateur de la Turquie. Il suffit de lire les déclarations du Premier ministre Erdoğan à propos de la dernière attaque israélienne contre la bande de Gaza « ce qui se passe, c’est du terrorisme » ; « Israël mène une campagne de nettoyage ethnique » ; « nous nous en tenons à nos frères de Gaza et leur cause légitime ».

Pourquoi une telle prise de position ? Comparée avec celles des autres acteurs internationaux, la position turque s’avère être la plus radicale. L’Union Européenne a appelé à une cessation immédiate des hostilités et à agir dans le respect du droit international humanitaire; les États Unis ont gardé profil bas, tout en réaffirmant le droit d’Israël à l’auto-défense ; l’Égypte, pour qui il s’agit de la première expérience dans le conflit depuis l’arrivée à la Présidence de la République de Morsi en juin 2012, a assumé une fonction de leadership et de garantie du respect du cessez-le feu des deux côtés, sans lesquels la trêve du 22 novembre aurait difficilement pu être atteinte.

Donc, quels intérêts pour la Turquie, et en particulier pour l’AKP ? La prise en considération des aspirations de son électorat est-elle une raison suffisante ? L’enthousiasme des peuples arabes pour les nouvelles orientations de la diplomatie turque représente une occasion pour la Turquie d’exercer un soft power dans ces pays et d’accroître son influence régionale. De plus, les dynamiques internationales donnent à la Turquie une large marge de manœuvre. D’un côté, les États-Unis, l’Union Européenne et Israël, considérant le Hamas une ‘organisation terroriste’, n’entretiennent guère de relations avec lui, et ils sont obligés de s’appuyer sur l’action de la Turquie et de l’Égypte pour pouvoir faire pression sur lui. D’un autre côté, le bouleversement des régimes arabes suite aux révoltes, et notamment la prise du pouvoir par les Frères musulmans en Égypte, font qu’Israël ne dispose pas actuellement d’alliés arabes ou musulmans qui puissent maintenir des liens étroits avec le Hamas et soient capables de faire office de médiateurs. D’où le fait que Tel Aviv s’est souvent  adressé à la Turquie pour convaincre les Palestiniens de ‘renoncer au terrorisme’ et que les services secrets turcs et israéliens ont été en contact au cours de la crise de Gaza.

La Turquie a agi consciente de disposer d’une position privilégiée : pouvoir soutenir la cause palestinienne, et ainsi profiter de ce que cela lui apporte en termes de popularité interne et dans les pays arabes, tout en restant un acteur de référence dans la gestion de la crise de Gaza. Cependant, le rôle que l’Égypte joue avec son nouveau leadership politique au niveau régional pourrait indiquer que le poids de la Turquie sur certains dossiers au Moyen-Orient risque de diminuer dans les années à venir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *