Déploiement des missiles Patriot en Turquie : considérations financières, diplomatiques et stratégiques

Vladimir Poutine en visite à Istanbul au début du mois de décembre 2012. Le 21 novembre 2012 devant le Conseil de l’OTAN, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan demandait officiellement l’installation de batteries de missiles type Patriot (Phased Array Tracking to Intercept Of Target – Poursuite à antenne active pour l’interception de cible) le long de la frontière turco-syrienne. Le déploiement en Turquie de ce système de défense balistique déjà opérationnel aux Etats-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas, a été approuvé par l’OTAN le 4 décembre 2012. La République kémaliste entend ainsi se protéger contre toute menace provenant de Syrie et notamment contre les risques liés à l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Bachar Al-Assad. Présentée par l’OTAN et Ankara comme un dispositif de défense d’urgence, l’installation de missiles Patriot par le biais de l’OTAN est toutefois un dénouement surprenant à la compétition internationale qui s’est engagée pour la rénovation des capacités militaires turques. Depuis septembre 2009, la Turquie a lancé un appel d’offre finalement fixé à 4 milliards de dollars pour se doter de son propre système de défense aérien. Après trois ans d’une rude compétition entre les compagnies russe (Rosoboronexport) et américaine (Lockhead Martin et Raytheon), et dans une moindre mesure les entreprises chinoise (China National Precision Machinery) et franco-italienne (Eurosam), Ankara suspend son appel d’offre et s’en remet aux mécanismes de l’OTAN pour atteindre son objectif de défense nationale.

 Pourquoi ce choix ? C’est tout d’abord une aubaine financière pour Ankara qui sollicite désormais la participation de ses alliés pour l’établissement de son système de défense balistique. L’Allemagne, les Pays-Bas et les Etats-Unis s’engagent à déployer respectivement quelques 380 soldats et deux batteries de missiles Patriot (type PAC-3 ayant une capacité de 16 missiles par lanceur). Chaque batterie comporte cinq éléments : les missiles eux mêmes, les lanceurs, les générateurs, une antenne radar, ainsi qu’une station de contrôle (ECS). Le partage des coûts logistiques nécessaires à un déploiement sur le sol turc est en cours de négociation. Les Pays-Bas chiffrent le montant de l’opération à 55 millions de dollars tandis que l’Allemagne prévoit une dépense minimale de 25 millions d’euro. En tant que pays hôte, la Turquie couvrira les dépenses liées au logement des troupes de la coalition, leurs besoins en nourriture et en électricité. Bien que le coût du matériel militaire reste à définir, l’opération est financièrement intéressante pour Ankara.

 Au-delà des considérations financières, la mise sous tutelle de la sécurité turque offre plusieurs avantages. Cela permet d’abord de rassembler l’ensemble des alliés de l’OTAN autour des impératifs de défense de la Turquie, mais aussi, face aux nombreuses incertitudes quant à l’avenir de la Syrie, de partager les responsabilités d’une éventuelle intervention. En demandant ce déploiement, la Turquie marque son appartenance à l’Alliance atlantique et son positionnement dans l’antagonisme qui oppose la Russie, la Chine et l’Iran, à une grande partie de la communauté internationale. En ce sens, Léon Panetta, directeur de la Central Intelligence Agency, a déclaré le 14 décembre 2012, que « le but de ce déploiement est de donner un signal fort. Les Etats-Unis, travaillant très étroitement avec leurs alliés de l’OTAN, aideront à défendre la Turquie, en particulier contre toutes les menaces potentielles pouvant provenir de Syrie ».

 Mais en rendant à la Turquie un rôle de premier plan aux frontières de l’OTAN, la démarche d’Ankara se pose comme un sérieux obstacle aux intérêts régionaux de la Russie et de l’Iran. La compatibilité des missiles Patriot avec le système américain de bouclier anti-missile, dont certains éléments furent installés en Turquie en 2011 (voir notre édition du 15 décembre 2011), constitue pour Moscou et Téhéran une première source d’inquiétude.

Par la voix d’un chef des Gardiens de la Révolution, le général Yadollah Javani, l’Iran déplore une « nouvelle erreur stratégique » et rappelle que « si le déploiement de missiles Patriot est la première étape d’une intervention en Syrie, la Turquie devrait savoir que ses pertes seront bien plus lourdes que dans le passé ».

En visite à Istanbul le 3 décembre 2012, Vladimir Poutine a lui prévenu que « mettre en place des capacités additionnelles à la frontière ne calme pas la situation mais au contraire l’exacerbe », avant de reconnaître que « Moscou et Ankara ne peuvent trouver pour le moment une approche mutuelle sur les moyens de régler la situation en Syrie ».

Pour la Russie, la déconvenue est double. D’une part, la décision turque accentue l’influence des pays occidentaux sur l’avenir régional, et d’autre part, elle exclut Moscou de tout partenariat militaire avec la Turquie. Dernier coup dur pour les intérêts russes, au début du mois de décembre 2012, le sénat américain votait l’amendement Cornyn qui interdit au Pentagone de conclure des contrats avec Rosoboronexport. Le texte dit vouloir sanctionner le soutien diplomatique et militaire apporté par la Russie au régime de Bachar Al-Assad.

Ainsi, l’appel de Recep Tayyip Erdoğan devant le Conseil de l’OTAN est le résultat d’une difficile équation mêlant considérations financières, diplomatiques et stratégiques. Dans le contexte de bipolarisation des puissances internationales autour de la question syrienne, le processus d’autonomisation de la politique régionale d’Ankara semble atteindre ses limites. Et compte tenu des inquiétantes perspectives en matière de sécurité régionale, le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan fait finalement le choix d’un retour dans le giron de l’OTAN et de Washington.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *