Le chef d’Etat-major préfère «le peuple de Turquie» aux «Turcs»


Dans son traditionnel discours annuel devant l’académie militaire, le 14 avril 2009, le chef d’état major, Ilker Başbuğ, a surpris tout le monde en développant une vision nouvelle de l’Etat et de la nation. Attendu sur «Ergenekon», le général Başbuğ a pourtant évité un sujet, qui concerne comme l’on sait de nombreux militaires ou anciens militaires (même si sa dernière vague d’arrestations le 13 avril a surtout frappé des universitaires) et annoncé qu’il donnerait plus tard son opinion sur les derniers développements en cours lors une conférence de presse spécifique.

Ce discours à l’académie militaire n’a pas été pour autant de pure routine, car le chef d’état major, abordant la lutte contre le PKK, en est venu à des considérations de fond sur la citoyenneté. Estimant que la lutte en question n’avait rien d’un conflit ethnique, il n’a pas hésité à dire que les Kurdes dans leur spécificité devaient être considérés comme des citoyens à part entière et que l’Etat ne menait pas à leur égard de politique d’assimilation.

«Laissez-moi vous rappeler qu’Atatürk a dit : c’est le peuple de Turquie –Türk Halkı- qui a fondé la République de Turquie. Si vous dites que ce sont les Turcs –Türkler-, cette considération perd de son sens profond», a-t-il déclaré avant de poursuivre : «Qui a fondé la République de Turquie ? Le peuple de Turquie. Atatürk désigne ici tous les éléments de la nation. Sans distinction ethnique ou religieuse. S’il avait utilisé le mot «Turc» au lieu de «peuple de Turquie», il y aurait eu une distinction ethnique

S’exprimant une semaine après que Barack Obama a parlé de minorité, à propos des Kurdes, devant la grande assemblée nationale, le général Başbuğ a rejeté l’idée de reconnaître en Turquie des communautés distinctes comme au Liban ou en Irak. En revanche, il a admis que les citoyens de Turquie puissent avoir une identité multiple et affirmé qu’une spécificité culturelle ou religieuse secondaire s’ajoutant à l’identité nationale principale devait être protégée par l’Etat.

Cette déclaration est particulièrement importante. La définition officielle de la citoyenneté, notamment celle de l’armée, de l’establishment et de l’Etat, a en effet toujours été très ambiguë. Il est vrai que Mustafa Kemal au moment de la guerre d’indépendance et au début de la République avait donné de la citoyenneté une définition ouverte, mais celle-ci a pris par la suite une dimension très ethnique et assimilatrice, tendant à nier les spécificités religieuses, ethniques ou culturelles existantes. Les Constitutions turques ont toujours reconnu l’égalité devant la loi des citoyens «sans distinction de langue, de race, de couleur, de sexe, d’opinion politique, de croyance philosophique, de religion ou de secte, ou distinction fondée sur des considérations similaires.» (cf. notamment art. 10 de la Constitution de 1982). Mais, dans les faits, cette conception a souvent servi à nier les particularismes existants. Au cours des dernières années, des conflits majeurs se sont développés autour de l’usage des termes «Turc» (Türk) et «de Turquie» (« Türkiyeli » ), opposant les tenants d’une citoyenneté d’essence ethnique à ceux qui prônent une citoyenneté ouverte, ces derniers étant soupçonnés par les premiers de trahir les idéaux fondateurs de l’Etat turc. Il y a peu notamment les professeurs Ibrahim Kaboğlu et Baskın Oran ont du affronter un procès long et difficile pour avoir rendu un rapport, plaidant pour la reconnaissance d’identités multiples en Turquie.

Il n’est donc pas exagéré de dire que des propos comme ceux qu’a tenus le général Basbuğ auraient été susceptibles de causer à leur auteur, il n’y a pas si longtemps, de très sérieux ennuis avec la justice, pour peu qu’un avocat nationaliste s’enquiert d’engager contre lui des poursuites sur la base de l’article 301 ou d’une autre disposition du code pénal. Ce genre de discours atteste donc de l’évolution qui est en cours en Turquie sur les questions de citoyenneté et d’identité. Toutefois, s’il a été commenté favorablement par un certain nombre d’intellectuels et d’éditorialistes, il a été aussi accueilli avec méfiance par d’autres, qui y voient une manière d’encadrer, et peut-être de limiter, une mutation inéluctable.

En tout état de cause et même si des indices d’évolution réelle se multiplient ces derniers temps (cf. nos éditions du 13 janvier et 25 février 2009), la question kurde reste entière à bien des égards. Au moment même où le général Başbuğ s’exprimait, une vague d’arrestations importante est survenue dans les milieux kurdes, touchant une cinquantaine de personnes dont une majorité exercent des responsabilités au sein du parti kurde DTP. Depuis novembre 2007, ce dernier, bien que quatrième formation représentée au parlement, est sous le coup d’une procédure de dissolution devant la Cour constitutionnelle. La Cour a certes décidé de surseoir à statuer afin de permettre à la classe politique d’engager une réforme libéralisant le statut des partis politiques, mais au jour d’aujourd’hui, une telle réforme n’a toujours pas eu lieu.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Osman Yurekli dit :

    « Türk Halkı » ne veut pas dire « peuple de turquie » mais « peuple turc ». Il a donc fait une distinction entre la notion de peuple et d’ethnie turque. Il s’agit là d’un détail qui a une importance fondamentale car il veut dire que les Kurdes font parti du peuple turc.
    La notion de « peuple de turquie » serait plutôt tradiute par « Türkiye Halkı ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *